Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 16:40

Publié le 27 avr, 2016

1- Les populations tchadiennes ont vécu, impuissantes, la nuit du 21 au 22 avril l’entreprise criminelle du gouvernement MPS. L’armée nationale, noyautée par une milice tribale dominée par des éléments soudanais, a tiré des armes de tout calibre blessant et tuant des innocents dans leur sommeil.

2- Dès la proclamation des résultats, l’ensemble des casernes et des partisans du pouvoir essaimés dans les quartiers se sont mis à tirer, provoquant des morts et des blessés. On a dénombré à N’Djaména 2 morts dont un bébé et plusieurs dizaines de blessés de sources hospitalières, 2 morts à Bongor, 2 morts à Moundou dont un adolescent de 11 ans, 1 mort à Abéché, etc. Tous ces crimes ont été perpétrés par une milice armée de MPS qui devrait être poursuivie.

3- En fait, c’est une opération bien planifiée d’intimidation de la population. Depuis 25 ans, Déby a toujours, frauduleusement, remporté des élections. Mais c’est la première fois, cette année, que sa « victoire » est fêtée simultanément à coups de canons et d’ armes de guerre dans toutes les grandes villes.

4- Lors d’une réunion présidée par le Premier Ministre le 13 avril 2016 à la primature et consacrée à la violence post électorale, le gouvernement a décidé de prépositionner les forces de toutes catégories dans les villes et les arrondissements de N’Djaména supposés tumultueux ou acquis à l’opposition. Ces tirs sont un avertissement pour tous ceux qui oseront contester les résultats des élections proclamés par la CENI. Certains candidats y sont abusivement et nommément cités comme des « incitateurs » à la haine tribale en connivence avec la société civile.

5- De ce qui précède, les Candidats de l’opposition à l’élection présidentielle du 10 avril 2016 notent avec effroi que : Le Gouvernement a programmé une persécution gratuite contre sa population ;

  • Non content du hold-up électoral, le gouvernement se livre à la chasse aux sorcières des militants et des sympathisants de l’opposition,
  • obligeant beaucoup à l’exil dans les pays voisins ;
  • Certains candidats sont nommément cités et leur sécurité menacée ;
  • Un pogrom en prélude à un nettoyage ethnique est programmé après ces résultats ;

Les candidats attirent l’attention de l’opinion nationale et internationale et en particulier des organisations de défense des droits de l’homme sur les actes cruels, criminels et inhumains du Gouvernement du Tchad. Le peuple tchadien est appelé à ne pas tomber dans les pièges du pouvoir et à résister à la folie meurtrière durégime MPS.

Fait à N’Djaména, le 25 avril 2016

Published by Nouvel Essor
commenter cet article
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 23:07

27 avril 2016, 01:01 UTC

Les autorités tchadiennes doivent faire la lumière sur le sort de plusieurs éléments des forces de défense et de sécurité présumés ‘disparus’, et ouvrir une enquête indépendante sur les mauvais traitements subis par d’autres qui n’auraient pas voté pour le parti au pouvoir, ont déclaré aujourd’hui, Amnesty International et la Ligue tchadienne des droits de l’homme (LTDH).

Les autorités doivent faire la lumière sur ces disparitions en mettant en place une commission d’enquête indépendante et impartiale afin d’amener les responsables présumés à répondre de leurs actes devant des tribunaux civils

Selon certains médias, plus de 40 membres des forces de défense et de sécurité seraient portés disparus depuis le 9 avril, jour de leur vote à l’élection présidentielle. Les deux organisations de défense des droits humains sont en mesure de confirmer plus de vingt cas de disparitions présumées.

« Les autorités doivent faire la lumière sur ces disparitions en mettant en place une commission d’enquête indépendante et impartiale afin d’amener les responsables présumés à répondre de leurs actes devant des tribunaux civils, conformément au droit tchadien
et aux normes internationales relatives à un procès équitable, sans recours à la peine de mort», a déclaré Balkissa Ide Siddo, chargée de campagnes sur l’Afrique centrale à Amnesty International.

Face aux allégations de disparitions des éléments des forces de défense et de sécurité – dont des gendarmes, policiers et militaires de différentes unités de commandement – les autorités ont affirmé que les concernés avaient été déployés en mission commandée.

Le 21 avril, quatre des personnes présumées disparues ont été présentées à la télévision nationale comme preuve qu'elles sont toujours en vie. Mais aucune information sur leur localisation n’a été communiquée à leurs familles qui n’ont plus leurs contacts et qui ignorent leur date de retour.

Ces familles ont d’ailleurs déclaré qu'il est extrêmement inhabituel que ces agents partent en mission sans préavis. En outre, leurs collègues ignoraient qu’un tel déploiement était prévu.

Amnesty International et la Ligue tchadienne des droits de l’homme ont pu s’entretenir avec des éléments des forces de défense et de sécurité qui ont affirmé avoir été arrêtés, violentés et détenus le 9 avril dernier.

Les organisations ont également recueilli les témoignages d’une vingtaine de personnes à la recherche de leurs parents disparus après avoir voté. D’après les informations collectées par Amnesty International et la Ligue tchadienne des droits de l’homme, dans au moins deux bureaux de vote, des responsables militaires ont contraint des éléments des forces de défense et de sécurité à publiquement voter pour le parti au pouvoir. Ceux qui ne se sont pas soumis à ces injonctions ont été soit bastonnés publiquement, soit placés en détention dans une cellule durant plusieurs heures.

Un policier a raconté à Amnesty International : « On nous obligeait à voter pour le parti au pouvoir. Deux personnes étaient à l’entrée de l’isoloir. Dès que j’ai pris les bulletins de vote, elles m’ont demandé de cocher en faveur du président. J’ai résisté et on m’a pris. Je n’ai pas eu le temps de voter. Ils ont pris mon bulletin de vote et ma carte d’électeur. Le commandant a donné une gifle à une policière devant tout le monde parce qu’elle a voté pour un opposant devant eux.»

Outre ceux qui sont toujours présumés disparus, plusieurs agents de sécurité ont été arrêtés le même jour avant d’être libérés. Un policier interrogé par Amnesty International a déclaré qu’ils étaient une quarantaine entassés dans une cellule de quatre mètres sur cinq avant d’être libérés vers 19 heures.

Plus de 20 familles sont toujours sans nouvelles de leurs parents, maris, pères, frères et fils, militaires et policiers.

« Les responsabilités doivent être situées sur les cas d’arrestations arbitraires, de détention et de violence exercée sur des éléments des forces de sécurité», a déclaré Balkissa Ide Siddo.

« Plus de 20 familles sont toujours sans nouvelles de leurs parents, maris, pères, frères et fils, militaires et policiers. Elles ne cessent de faire le pied de grue dans nos locaux à la recherche d’informations », a déclaré Me Midaye Guerimdaye, Président de la Ligue tchadienne des droits de l’homme.
« Les autorités doivent leur enlever cette angoisse qui les déprime en apportant une réponse claire à leurs questions ».

Published by Nouvel Essor
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 00:18

Publié le 20 avr, 2016


1. Le 10 avril 2016, il y a eu une forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote. Cela s’explique par une relative confiance dans le système biométrique, susceptible selon eux, d’enrayer ou du moins de limiter la fraude, et un fort désir d’obtenir le changement par les urnes ;

2. Des voix se sont élevées de partout dans le pays pour protester contre certains manquements : insuffisance des bulletins de vote dans certains bureaux, non affichage des noms obligeant les électeurs à aller de bureau de vote en bureau de vote pour savoir où ils pourraient voter, découverte des bureaux de vote parallèles, absence des procès-verbaux, vol des procès-verbaux, vol des urnes, etc.

3. Les supports officiels de l’élection faisant défaut, les votes et les dépouillements sont perturbés. On assiste à l’emballement des pratiques frauduleuses : procès-verbaux non signés ou volontairement surchargés, remplis de la même écriture ; enveloppes non scellées , scellées et déchirées avant dépouillement, agrafées et scotchées ; fiches des résultats manuscrites ; Alors que les dépouillements sont faits dans certaines régions conformément à l’article 73, dans d’autres, le président de la CENI a demandé leur suspension pour que les résultats soient proclamés à N’Djaména en application de l’article 74 du code électoral.

4. Des personnalités politiques, administratives, militaires et traditionnelles s’interfèrent dans le processus de vote pour que les résultats soient modifiés en faveur du candidat du MPS.

5. En fait, il y a deux CENI dont une occulte organise, distribue, fait la mise en place des matériels de vote et en assure l’exploitation parallèle.

6. L’Etat d’urgence, toujours en vigueur dans la région du Lac, a été l’occasion pour les militaires d’intimider la population afin qu’elle vote le candidat Idriss Déby Itno, faute de quoi, elle serait abandonnée à la merci de BOKO HARAM.

7. Pendant le vote des militaires, il n’y a pas eu d’isoloirs pour protéger le secret du vote et ceux-ci ont été contraints de choisir le candidat Idriss Déby Itno, sinon ils sont arrêtés, emprisonnés et certains sont à ce jour portés disparus. Depuis le 9 avril, plusieurs corps de militaires ont été retrouvés et identifiés.

8. De ce qui précède, les candidats à l’élection présidentielle du 10 avril 2016 opposés au candidat du MPS, déclarent que :

– l’immixtion intempestive et volontaire des autorités administratives, militaires et traditionnelles dans le processus électoral pour soutenir le candidat Idriss Déby Itno avant, pendant et après le vote a favorisé et amplifié la fraude, rendant la visibilité des résultats impossible et le recours au contentieux électoral auprès du Conseil constitutionnel aléatoire, faute de preuves ;

– l’interruption du système biométrique, suite au refus du pouvoir d’utiliser les Kits de reconnaissance et d’identification de l’électeur, ne permet plus un traitement biométrique du vote. Dès lors, c’est le traitement manuel des résultats qui doit être adopté pour l’élection du 10 avril 2016 ;

– l’analyse des tendances des résultats montre que dans les sept régions du sud où se concentrent environ 55¨% des électeurs, le candidat Idriss Déby Itno n’a pas obtenu le score qu’il espérait. Il en est de même au Ouaddaï et dans d’autres régions du nord.

9. Le recours au deuxième tour est donc inévitable pour départager les candidats en compétition. Toute autre attitude ou prétention contraire serait de nature à provoquer des conflits post-électoraux dont les conséquences seraient désastreuses pour le Tchad, la sous-région et la communauté Internationale. La responsabilité en incomberait exclusivement au MPS et à son candidat Idriss Déby Itno.

10. Les candidats souhaitent que tous les efforts soient conjugués pour la consolidation de la paix, de la démocratie et la construction de l’Etat de droit au Tchad.

Fait à N’Djaména le 17 avril 2016

LES CANDIDATS

Noms et Prénoms (voir image)

Signature (voir image)

Published by Nouvel Essor
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 12:42

Le Gouvernement de Salut National qu'envisage l'opposition est la seule issue politiquement viable dans son rapport avec les tchadiens, la suite logique de sa non reconnaissance du holdup électoral en cours et de surcroît une issue cohérente avec les positions de départ jusque-là tenues.

Entrée dans un Gouvernement d'Union Nationale avec IDI présuppose que les opposants reconnaissent sa victoire et acceptent de travailler sous une autorité illégitime. C'est un schéma politiquement très risqué en période tension et détermination de la jeunesse tchadienne. Risqué pour ne pas dire suicidaire parce que la société civile se désolidariserait probablement, la jeunesse militante se désolidariserait également.

Ceux qui seront perçus à tort ou à raison comme des traitres pourraient payer des prix politiques forts. Pour les partis qui se compromettront, c'est une mort politique. Vu l'âge moyen des opposants, personne parmi eux ne pourra se faire oublier et reconquérir un jour les cœurs des tchadiens. D'ailleurs, certains ont des calebasses et ont déjà reçu l'indulgence des tchadiens. Ils n'auront plus une seconde chance.

Si la position des opposants est une position de principe, de conviction, de choix du camp du peuple alors la seule issue est celle de contester le holdup électoral, de ne pas reconnaitre la victoire, de contester la légitimité du pouvoir de IDI et de passer à l'action : former le Gouvernement de Salut National.

Il faut un Gouvernement de rupture qui rassurera tout de suite les tchadiens que ce n'est pas la continuité, que ce n'est pas le même système avec des hommes nouveaux, mais que ce sont des hommes véritablement nouveaux, des idées et des visions véritablement nouvelles devant poser un ordre véritablement nouveau.

Il faut aussi un gouvernement d'équilibre générationnel et politique entre les seniors, la jeunesse tant de l'intérieur que celle de la diaspora, la société civile dans un rôle d'observateur et les femmes. Il s'agit des personnes capables de proposer des idées, visions et solutions concrètes pour l'alternance démocratique et un changement répondant aux aspirations des tchadiens.

Oui, il faut établir le rapport de force et surtout montrer aux tchadiens que l'actuelle opposition est à la hauteur des aspirations et de la détermination de la jeunesse. C'est ce que le Gouvernement de Salut National le fera. En termes d'images et de prestige, IDI sera le plus grand perdant parce que le monde et l'Afrique sauront qu'il est contesté par son peuple et chez même s'il conserve un temps le pouvoir.

IDI peut garder le corps du pouvoir, le peuple à travers le Gouvernement de Salut National en gardera l'âme, l'esprit et la légitimité.

Le reste, le peuple vigilant s'en occupera au cas par cas.

Yemi Pierre Kemth

Published by Nouvel Essor
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 19:02

POINT ,DE ,PRESSE ,DES ,DELEGUES ,DES ,CANDIDATS ,DE ,L'OPPOSITION,

Ayant ,pour ,mission ,de ,représenter ,les ,candidats ,des ,partis ,politiques ,en ,compétition,à ,la ,CENI ,nationale ,et ,conformément ,aux ,dispositions ,de ,l'article ,74 ,du ,Code,électoral, ,les ,délégués ,des ,candidats ,de ,l'opposition ,tenons ,par ,le ,présent ,point ,de,presse ,à ,informer ,l'opinion ,nationale ,et ,internationale ,de ,ce ,qui ,se ,passe ,à ,la ,CENI,nationale ,quant ,au ,recensement ,des ,résultats ,sur ,le ,plan ,national.,

Du ,14 ,au ,L7 ,avril ,20L6, ,nous ,avions ,pris ,part ,aux ,travaux ,du ,recensement ,des ,procès,verbaux ,des ,Bureaux ,de ,vote ,en ,provenance ,de ,quelques ,démembrements ,de ,la,CENI.,

Le ,recensement ,des ,résultats ,faut-il ,le ,rappeler, ,est ,un ,travail ,méthodique ,et,méticuleux ,qui ,consiste ,à ,examiner ,les ,quatre ,exemplaires ,sériés ,des ,procès ,verbaux,de ,couleur ,non ,identique, ,bureau ,de ,vote ,par ,bureau ,de ,vote, ,c'est-à-dire ,la,régularité ,des ,voix ,obtenus ,par ,candidat ,et ,leur ,conformité ,au ,suffrage ,exprimé ,en,rapport ,aux ,bulletins ,nuls ,s'il ,y ,en ,a ,eu. ,Ce ,travail ,doit ,être ,effectué ,en ,présence ,des,délégués ,des ,candidats ,comme ,le ,stipule ,l'article ,susmentionné.,

Recenser ,des ,résultats ,électoraux, ,c'est ,poser ,des ,questions ,si ,irrégularité ,est,constaté ,sur ,un ,procès ,verbal ,à ,l'effet ,d'obtenir ,de ,renseignements ,nécessaires ,; ,c'est,aussi ,obtenir ,et ,être ,en ,mesure ,de ,connaître ,les ,résultats ,de ,sontcandidat ,à ,la ,fin ,de,l'opération ,car, ,rbcenser ,étymologiquement ,veut ,dire: ,compter'ou ,évaluer ,les,éléments ,d'une ,grandeur ,nombrable ,c'est-à-dire ,dénombrer ,ou ,quantifier. ,Mais,comment ,peut-on ,dénombrer ,à ,la ,fin ,d'une ,opération ,de ,recensement ,si ,on ,ne ,peut,pas ,prendrehote ,de ,ce ,dont ,on ,recense, ,si ,l'on ,ne ,doit ,pas ,posdr ,de ,question ,?,

C'est ,malheureusement ,dans ,cettè ,condition ,que ,nous, ,délégués ,des ,candidats,opposés ,au ,candidat ,ldriss ,Deby ,ltno ,aüions ,travaillé ,4 ,jours ,durant. ,Nous ,avions ,été,autorisés ,à ,accéder ,à ,la ,salle ,de ,saisie ,et ,de ,contrôle ,mais ,nous ,ne ,sommes ,pas,autorisés ,à ,poser ,des ,questions ,aux ,agents ,de ,saisie, ,ni ,à ,prendre ,des ,notes. ,De ,plus,,nous ,sommés ,privés ,de ,nos ,téléphones ,portables ,tendis ,que ,ceux ,du ,MPS ,utilisent,librement ,les ,leurs. ,Ainsi, ,refusant ,de ,cautionner ,le ,faux ,qui ,est ,entrain ,d'être ,mis ,en,place ,par ,la ,CENI ,et ,son ,organe ,technique ,le ,BPE, ,nous, ,délégués ,des ,candidats ,avons,décidé ,en ,date ,17 ,avril ,201-6 ,de ,nous ,retirer ,du ,processus ,de ,dépouillement ,des,résultats. ,Par ,conséquent, ,les ,délégués ,des ,candidats ,de ,l'opposition ,ne ,se,reconnaissent ,pas ,dans ,les ,opérations ,de ,recensement ,des ,résultats. ,Ce ,travail ,de,recensement ,des ,résultats ,de ,tous ,les ,bureaux ,de ,vote ,de ,l'intérieur ,et ,de ,l'extérieur,a ,commencé ,de ,façon ,non ,conforme ,aux ,dispositions ,du ,code ,électoral ,et ,se ,poursuit,en ,toute ,illégalité.,

Fait ,à ,N'Djamena ,le ,L9 ,avril ,2016,Pour ,les ,délègues ,des ,candidats ,de ,l'opposition,

Le ,port ,parole,

MAKIDO ,DORMBAYE

Published by Nouvel Essor
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 21:38

« Que vous le vouliez ou non, nous allons le prendre ». IDI a parlé bien avant le vote, IDI aura accompli ! N'est-ce pas la toute puissance ?

La CENI parallèle est prête. Elle tiendrait ses chiffres dans la fenêtre basse de 52 % à 63 % pour IDI. Le reste des points serait distribué entre les vainqueurs vaincus par cette CENI de l'ombre.

La stratégie de l'opposition civile tchadienne a empêché le président de l'Union Africaine d'aller chercher un grand chiffre qui ferait de lui le meilleur parmi les dictateurs africains réélus par KO au premier tour des présidentielles de 2016. Ce n’est pas grave. Il tient quand même le petit faux chiffre qui lui assure l'opération 26 + 5.

Le résultat pourrait être pour aujourd'hui ou demain si toutes les conditions souhaitées sont réunies. C'est-à-dire si le Président de la (vraie) CENI cède finalement aux pressions et accepte de livrer lui-même les résultats. Mais une autre sortie plus flexible pourrait lui être ménagée si le Président de la (vraie) CENI refuse de passer à la télévision d'État pour se faire voir par des centaines de milliers de tchadiens : il pourrait ne rien signer et déléguer la lecture du résultat à une malheureuse tierce personne qui empochera en passant quelques paquets de billets et surtout sera celui qui aura prononcé l'interdit et le faux au détriment du peuple tchadien : la victoire d'un vaincu à la présidentielle de 2016.

La présidentielle de 2016 au Tchad n'est pas une élection démocratique. Ni d'apparence ni d'essence ni de racine.

Nous avons simplement assisté à un jeu dont une règle cardinale stipule que gagner signifie perdre et confisquer. Autrement dit, le vainqueur est le vaincu qui a la force de mettre tout le monde devant le fait accompli de sa victoire.

Mais attention, se déclarer vainqueur ne sonne pas la fin du match. C'est tout au plus la mi-temps. Parce que les tchadiens ne sont pas prêts à se laisser transformer en chair à consensus. Ça prend plus qu'une simple déclaration pour les dissuader.

Par ailleurs, ceux qui envisageraient facilement une capitulation élégante sous le masque des mots comme la stabilité, la responsabilité, le consensus, la paix ou le péril national sont invités à bien réfléchir aux conséquences politiques d'un tel acte qui pourrait être interprété comme une trahison d'une cause commune. Une interprétation possible de la jeunesse politiquement plus engagée et hautement consciente des enjeux du moment.

Je veux simplement dire que la défaite de l'opposition politique ne sera pas un problème pour les opposants, mais la trahison des opposants sera un problème pour l'opposition politique.

Pour le moment, rien et je le répète rien n'autorise à suspecter ou accuser les acteurs de l'opposition qui se sont battus et se battent admirablement, avec peu de moyens il faut le relever. Sans relever le fait que la stratégie au premier tour a fonctionné même si elle n'a pas empêché les fraudes.

Je finis en saisissant cette opportunité, avant la divulgation imminente du résultat, pour renouveler mon appui aux acteurs de l'alternance !

Ensemble jusqu'au bout.

Joe Al Kongarena

Published by Nouvel Essor
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 21:27

Tchad: Kebzabo veut une enquête indépendante sur le vote des militaires disparus

Par RFI Publié le 19-04-2016 Modifié le 19-04-2016 à 11:13

Au Tchad, l'opposition dénonce la disparition de militaires n'ayant pas voté pour le président sortant au scrutin du 10 avril dernier. Lundi 18 avril, au cours d'une conférence de presse, le chef de file de l'opposition, Saleh Kebzabo a parlé d'une soixantaine de militaires portés disparus dont les corps de certains ont été retrouvés charriés par le fleuve. Le chef de file de l'opposition appelle à une enquête indépendante sur le vote des militaires

Au Tchad, l'opposition dénonce la disparition de militaires lors du premier tour du scrutin présidentiel. Aucun résultat n'est connu pour l'instant et le dépouillement se poursuit. Le vote a eu lieu le 10 avril, et la veille, le 9, pour les populations nomades et les militaires. Et c'est là qu'est le problème pour l'opposition, qui dénonce la disparition de militaires n'ayant pas voté pour le président sortant, Idriss Déby Itno.

Le chef de file de l'opposition, Saleh Kebzabo, a évoqué lundi 18 avril au cours d'une conférence de presse une soixantaine de militaires portés disparus, dont certains ont été retrouvés morts, portant des traces de tortures, chariés par le fleuve. Comme Joseph Djmirangar Danadji, Saleh Kebzabo appelle à une enquête indépendante sur le sort de ces militaires.

Le vote des forces de défense est totalement décrédibilisé car en l'absence d'isoloirs, le scrutin était public avec obligation pour les électeurs de voter pour le candidat d'Idriss Deby Itno. Ceux qui n'ont pas suivi ces consignes de leur hiérarchie ont été arrêtés, jetés en prison...

Saleh Kebzabo, le leader de l'UNDR

19-04-2016 - Par RFI

Par ailleurs, toujours au Tchad, le Dr Albissaty Allazam, un des portes-paroles du mouvement « Ça suffit » a été condamné à 4 mois de prison avec sursis et aussitôt libéré. Il avait été arrêté alors qu'il préparait des manifestations contre la candidature du président Deby à un cinquième mandat. Il a pu rentrer chez lui ce lundi en fin de journée.

Published by Nouvel Essor
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 11:36

TCHAD : 22 000 000 000 de FCFA pour le Président de la CENI ...

M. Royoumbaye Nadoumngar, Président de (la vraie!) CENI du Tchad, est soumis à une très forte pression depuis quelques jours. Outre les menaces sur son intégrité physique et celle de sa famille, on lui aurait également fait la promesse d’une rondelette somme de 22 milliards de FCFA comptant s'il acceptait les résultats concoctés par la CENI parallèle devant confirmer la victoire d’IDI dès le premier tour.

Jusqu’à la présente minute, Le Président de la CENI a refusé et tient bon, malgré les menaces, les intimidations et les harcèlements. Et malgré le fait qu’il est suivi 24h/24 par les agents de la police politique ANS.

Il faut signaler que, dans sa lutte pour le respect strict de la vérité des urnes, M. Royoumbaye Nadoumngar se retrouve presque seul face à son destin : non soutenu par les instances diplomatiques qui assument leur parti-pris pour le président sortant, au nom de la pseudo-stabilité et des intérêts sulfureux, c’est au peuple tchadien et surtout la jeunesse de lui exprimer massivement leurs soutiens qui l'aideront à tenir et ce, aussi longtemps qu'il fera passer les intérêts communs avant les siens.

L'histoire a voulu que M. Royoumbaye Nadoumngar soit l'arbitre qui devra trancher le match démocratique au Tchad en 2016. Soutenons-le pour que ses forces remportent sur ses faiblesses. Et qu’il fasse éclater la vérité des urnes telles qu’elles se sont exprimées. C’est aussi cela le devoir de tout citoyen.

Joe Al Kongarena

joe.alerte@gmail.com

Tel. (Canada) : 1 514 978 45 88

http://www.facebook.com/joealkongarena/

Published by Nouvel Essor
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 13:31

On pensait que la fraude était bien rodée, bien huilée et devenue même scientifique au niveau de la superstructure du MPS ; mais apparemment la peur de perdre a poussé le MPS à forcer le passage de manière sans scrupules et éhontée : interdiction à la presse internationale de couvrir l’évènement (voir la protestation de TV5), coupure de l’accès à l’internet et au réseau téléphonique, empêchement des délégués des partis d’opposition d’assister aux dépouillements, et enfin bourrage des urnes déposées aux camps de réfugiés sans leur présence effective : (Kari-Yari 180 000 voix ; Ferchené, Koukou angaranga, plus de 200 000 voix).
La volonté de frauder n’a jamais été aussi évidente, et pour les tenants du pouvoir, les premières tendances leur donnent malheureusement raison pour recourir à ce système:

  • La zone méridionale échapperait à 100% au MPS ; Kebzabo, Laoukein, Alhabo et Dadnadji se partageraient la zone. Les MPSistes font circuler des infos selon. lesquelles au Moyen Chari, le MPS arrive en tête, ce qui serait complètement faux.
  • Il en serait de même pour l’ex BET, raflé par l’UNDR, à l’exception d’Amdjeress en partage aussi avec l’UNDR !!
  • L’ex Ouaddaï géographique aurait 100% voté PLD à l’exception de Dar Kobe, partagé entre MPS et UNDR, à l’exception de Tiné qui aurait voté majoritairement diverses oppositions
  • Le MPS serait en tête au Kanem, par contre à Mao centre, il est battu à plate couture par l’UNDR ;
  • au Lac, au Batha, au Salamat et au Chari Baguirmi , malgré le zèle des autorités administratives qui utilisaient toutes sortes de fraudes, d’empêchements, du manque des cartes d’électeur et de l’exclusion des observateurs de l’opposition, le vote serait très partagé entre les différents candidats.
  • Al Manna aurait remué ciel et terre pour pouvoir placer Deby en tête dans le Bahr Ghazal.
  • -Le Directeur de campagne de Deby n’a pas pu faire basculer son Guerra natal au profit de son candidat, moins encore le Borkou, la terre de ses parents maternels !
  • N’Djamena auraient basculé carrément dans l’opposition.
    Telle est la situation synoptique présentée par les différents bureaux de vote à travers le pays à ce matin du 12/03/16.

Au vu de ce qui précède, on remarque que le Sultan est pour la première fois depuis 26 ans de pouvoir sans partage, dans une situation de cul-de-sac. Le coup K.O prévu est presque impossible pour deux raisons fondamentales : D’abord le décalage et le rejet sont tels que rien ne justifie un tel forcing ; ensuite la mobilisation de l’opinion nationale et surtout celle de la jeunesse conscientisée, sont telles que les signes d’un dérapage à grandeur nature seront contrecarrés si jamais on persiste dans l’arrogance.

Alors les labos occultes sont à la recherche d’une solution alternative pour éviter l’alternance votée par le peuple tchadien souverain : accepter le 2ème tour tout en s’assurant de gagner haut les mains ; pour cela il faut tripatouiller les PV de telle sorte que les potentiels seconds soient recalés et mettre à leur place un candidat de moindre envergure.

En fait ce concept de coup K.O. matérialisé ailleurs a été conçu avec les conseils des officines occultes et officieuses de l’occident, c’est pourquoi, très rassuré par ce parapluie, Mr Deby se fend à prendre des initiatives osées qu’on ne lui connaissait pas. Or le soutien de ces parrains est- et serait- très aléatoire au vu des résultats qui ne puissent justifier aucune dérobade. Quant à la litanie (paix, sécurité) qui revient souvent comme une ennuyeuse psalmodie pour camoufler les insuffisances et les turpitudes du régime avec l’accord tacite de ces mêmes parrains, cette litanie ne passe plus.

Il faudrait rappeler aux uns et aux autres que le Tchad avait déjà fait son deuil de somalisation, de libyennisation depuis 37 ans. Tous ceux qui brandissent cet épouvantail se trompent largement d’époque. Il n’y aura ni l’une ni l’autre. Et Deby aurait lui-même constaté : le conflit Nord/ Sud n’existe plus. On se rappelle que Deby avait nommé à la primature à deux reprises des cadres de la zone septentrionale dont l’un est son propre cousin, au poste de PM, sans qu’il n’y ait aucune objection de quelle que région que ce soit, seule la compétence de l’individu comptait. Si aujourd’hui le BET, le Ouaddaï géographique et surtout la bourgade Tiné qui est le symbole de la lutte contre la précédente dictature et qui était le fief mythique de MPS, basculent dans l’opposition, et quelle opposition il s’agit bien sûr de Mr « SABSABO » qu’on avait inculqué dans la mémoire collective des Béris comme le Satan en personne depuis 26 ans, alors disons-le clairement et à haute voix que la paix, la sécurité et l’avenir radieux du Tchad se feront sans Mr Deby. Son maintien à la tête du pays est un risque à éviter.

Deby est utile et nécessaire pour ses parrains occidentaux au détriment du Tchad et des tchadiens, il est le vecteur principal de la propagation de l’islamisme en Afrique subsaharienne, il est le bras armé des monarchies du golfe par le régime islamiste soudanais interposé.

Après 26 ans de gabegie, de mal gouvernance, de bâillonnement des libertés et de droits de l’homme en huis clos, faire partir Deby et son régime est un devoir sacré, n’en déplaise à ses parrains.


Beremadji Félix
N’djaména – Tch
ad

Published by Nouvel Essor
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 08:44

Levez-vous ! Trop c’est trop ! Ça suffit !

« Il arrivait que, malgré les précautions prises par le lanista (Maître des gladiateurs, directeur des combats) des révoltes se produisaient, elles étaient en général rapidement réprimées par les forces de polices locales et tout rentrait dans l’ordre. Lorsque soixante-quatorze pensionnaires, des Thraces, des gaulois, des Germains, s’évadèrent de l’école de Lentulus Batiatus, située à Capoue, personne ne pouvait soupçonner que cet événement mineur serait à l’origine d’un des plus grands dangers courus par Rome au cours de son histoire ». (La guerre de Spartacus 73-72 avant J.C.)

  • Spartacus un homme Libre qui vécu dans les Balkans, vendu et réduit en esclavage à Rome il fut le chef des peuples révoltés en Italie entre 73 et 71 avant J.C.

    Voilà pourquoi, je vous appelle tous, Spartacus, jeunes de mon pays (le Tchad), parce que Spartacus fut celui qui exhorta les opprimés à agir, il fut la conscience révolutionnaire et sociale. Il fut le meneur de la plus grande rébellion d’esclave de la république romaine.

    A cause de ses guerres de libération, il est aujourd’hui, pour beaucoup d’intellectuels de gauche, un exemple voire un symbole pour les révolutionnaires du monde entier.

    Au siècle dernier, un mouvement s’est réclamé de lui en Allemagne le « Spartakisme ». Ce mouvement a eu à jouer un rôle important dans la révolution de 1918.

    Hier, sous le règne de Mr Hissène HABRE le peuple tchadien a été réduit au silence.

    Mais aujourd’hui, sous le règne de Mr Idriss DEBY et de ses enfants, ses épouses, ses frères, ses sœurs, ses neveux et nièces et les autres membres de son clan (cf. les Arnaqueurs de la république in « Tchad actuel »), la grande majorité des tchadiens n’est pas seulement réduite au silence, elle est surtout réduite à la pauvreté et l’esclavage. Les biens du pays sont captés, volés, pillés et transférés hors du Tchad.

    Pour mieux assoir son pouvoir d’exploitation, Mr Idriss Deby et les siens se sont appuyés, pendant ces 26 ans de règne, sur la cupidité de certain-e-s tchadien-ne-s, communément appelé-e-s Choucous, Laougouras, Moymadi-ngare et leurs enfants. Ceux-là et celles- là, en plus de perdre honneur et dignité pour des miettes, ne rechignent pas à trahir ceux des leurs en les livrant parfois à une mort atroce.

    Nous avons tous, attendu pendant longtemps un chef, assez courageux, pour sortir le pays de la misère, de l’humiliation, des viols des filles. Nous avons tous pensé, à tort, que les sieurs Kamougué, Gougouni, Kebzabo, Moungare, Kassiré, Alingué, Lol Choua etc. allaient être capables de s’entendre pour sauver le Tchad et les tchadien-ne-s. Ils ont tous été, à un moment où à un autre à la mangeoire de la famille Itno. Ils ont tous, à un moment ou à un autre, ramassé les miettes et se sont tus. Certains se sont tus à jamais (Que Dieu ait leur âme), d’autres continuent encore et toujours à nous distraire voire à nous endormir avec des slogans creux habillés de mensonges à chaque élection dont les trucages sont connus à l’avance.

  • Jeunesse, bâillonnée, méprisée, opprimée, humiliée, violée et réduite à rien. Jeunesse réduite aux petits boulots, au parasitisme pour manger, pour dormir, pour se vêtir, pour se soigner, pour s’instruire, Levez-vous ! Levez-vous car, aujourd’hui, vous êtes en colère. Nous sommes tous et toutes en colère.

  • Levez-vous jeunesse du Tchad et montrez aux yeux du monde entier que désormais, vous prenez votre destin et surtout, celui de votre patrie, en main.

    La liberté entre les mains, des rêves pleins la tête, dites à ces pillards que ça suffit, trop c’est trop, y en a marre !

    Nous sommes tous et toutes fatigué-e-s d’être haïs, persécutés, détroussé(e)s par une minorité prédatrice venue d’ailleurs pour la plupart, arme à la main baïonnette au canon, hargne viscérale au ventre. Oui, trop c’est trop !

    Allez, nos gladiateurs, nos Spartacus debout et à l’ouvrage, notre liberté dépend de votre courage.

    Spartacus doit être pour vous, jeunesse tchadienne, une source d'inspiration pour refuser l’asservissement de ces prédateurs et prédatrices, de cette horde sans foi ni loi.

    Je n’en doute point, jeunesse du Tchad que vous allez changer le cour de la situation et de l’histoire de votre pays.

    Souvenez-vous de leurs noms, de leurs visages car ils ont défigurez le vôtre, ils ont détruits et sali ce qu’il y avait de noble dans notre pays : votre éducation,votre bien-être, vos rêves, votre culture et enfin votre histoire. . .

  • Un jour viendra où vous les présenterez, tous et toutes, devant la justice des hommes libres et de l’histoire pour qu’ils payent le mal qu’ils ont fait à tous les TCHADIENS ET TCHADIENNES, aux filles, aux femmes, aux garçons, aux hommes ….

  • Marguerite-Odile Kabatchang

    Appel à la jeunesse tchadienne

Published by Nouvel Essor
commenter cet article