Mardi 19 août 2014 2 19 /08 /Août /2014 16:19

Les agissements de Mr Deby ces derniers temps dans les régions du BET dépassent tout simplement l’entendement pour ne pas dire ahurissants ; certes tout monarque absolu et accompli qu’il est, il est établi qu’il dispose personnellement du Tchad, de sa population, de ses ressources et enfin de ses institutions. C’est un euphémisme que de répéter cela, mais les gestes et les paroles d’un Deby délirant à Faya ressemblent beaucoup à ceux d’un psychopathe ou à des hoquets d’un mourant sur son lit d’hôpital que ceux d’un Chef d’Etat s’adressant à ses citoyens !

A l’instar de la plupart des pays du sahel, les tchadiens découvrent des gisements aurifères alluvionnaires dans le nord du Tchad et du Niger ; aussitôt c’est la ruée vers l’or de toutes les régions et toutes les couches sociales. Chacun investit ses maigres ressources pour acquérir du matériel de détection des métaux et les accessoires et effectuer ensuite le grand voyage vers le nord. Comme Mr Deby n’a jamais eu une réponse adéquate aux problèmes sociaux auxquels ses citoyens sont quotidiennement confrontés, il brandit le seul moyen dont il excelle en la matière : la violence. Ainsi Il chargea l’armée de les chasser de toutes les zones du Tibesti où ils opéraient en confisquant le matériel de détection et le butin. Sans se lasser du comportement inconséquent de leur Président, les orpailleurs s’étaient retrouvés du côté du Niger où ils étaient accueillis et installés avec des structures d’accueil appropriées. Aux pressions de Deby, l’Assemblée nationale nigérienne a insisté pour laisser les orpailleurs travailler. Mais le Niger finira par les expulser tant les pressions et menaces de Deby sont devenues insupportables.

Les échos en provenance du nord ont provoqué la saignée dans l’administration et au même au sein de la garde rapprochée de Deby. Un des groupements commandés par un de ses propres neveux, comprenant plus de 200 éléments auraient déserté pour rejoindre les chercheurs d’or. Alors Deby frappe. D’abord il demande aux populations locales « de chasser les étrangers qui sont en train de voler vos richesses ! » Un président de la république, garant de la stabilité et de la cohésion nationale, qui crée de la zizanie entre les populations, du jamais vu ni entendu ! Et bien sûr il y a eu des affrontements entre les locaux et les orpailleurs, puisque le Chef en voulait ; bilan de 2 cotés, plus de 35 morts dont personne n’en parle. Dans la même lancée, Deby demanda à l’armée d’arrêter tous les orpailleurs et les conduire dans les différents bagnes du pays, piller leurs biens et confisquer les véhicules. On ne s’étonne pas de l’illégalité notoire de tous ses actes, car en monarque absolu, tous les actes étaient et sont illégaux, par contre un président de la république qui encourage le pillage des biens des citoyens par l’armée et d’autres citoyens, c’est aussi du jamais vu ni entendu ! Avant de s’envoler pour N’Djamena, Deby nomme un officier supérieur de la région, son représentant personnel sans qu’on sache ce que deviennent les autorités administratives de la région qui sont censées aussi le représenter personnellement ! Des cafouillages et incohérences inadmissibles dans la gestion d’un Etat au XXIème siècle. Dans la même foulée, Deby nomme le CEMGA adjoint originaire de la région, COM OPS, alors qu’on n’est pas en guerre et lui fait adjoindre des éléments triés, originaires de la région, qu’il les nomme étant «des faniste secs » pour traquer les orpailleurs qui se sont échappés et pris la direction de l’est et que Deby les qualifie des « MPS secs » dans l’intention avouée que les « fanistes secs » ne lésinent pas sur les moyens pour « travailler » les fuyards rattrapés (MPS secs). Voilà comment un Chef d’Etat réveille et instrumentalise les vieux démons pour créer des zizanies entre les populations.

Tout compte fait, on se demande pourquoi Deby a fait d’un phénomène social banal une crise au niveau de l’Etat, avec des actes et paroles qui le ridiculisent aux yeux de l’opinion nationale et internationale et qui l’enfoncent d’avantage dans sa conduite de kleptocrate. . Mais pourquoi cet acharnement contre les orpailleurs ? Quel délit ont-ils commis ? Faire de l’orpaillage est-il un délit en soit? Selon tous les observateurs, la colère et les décisions de Deby sont inversement proportionnels à l’évènement. Deby a t il confondu les orpailleurs à une rébellion ? Ou comme beaucoup le pense, c’est sa méchanceté atavique de voir les autres se débrouiller sans lui qui refait surface ? Ou bien veutil faire main basse sur l’or, comme il le fait amplement avec les biens de l’Etat.

Tant que les tchadiens continuent à observer et subir les faits et gestes du sultan d’Amdjeress dans une résignation fataliste, sans aucune indignation ni de la part des hommes politiques, de la société civile ou autre couche sociale, alors le sultan ira encore très loin avec la vie des tchadiens.

Mahamat Ahmat
N’Djamena – Tchad

Par Nouvel Essor - Publié dans : société
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 5 août 2014 2 05 /08 /Août /2014 10:12

Anniversaire, commémoration, journées mondiales …

 

le 1er août Fête de l'indépendance du Bénin

 

le 3 août Proclamation de l'indépendance du Niger (1960)

 

le 5 août : Fête de l'indépendance du Burkina Faso

 

le 6 août : Explosion de la première bombe atomique (1945)

 

le 7 août Fête de l'indépendance de Côte d’Ivoire

 

le 9 août : journée internationale des populations autochtones

 

le 11 août Fête nationale du Tchad

 

le 15 août Fête nationale du Congo (Congo-Brazaville)

 

le 17 août Fête nationale du Gabon

 

le 23 août : journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition

 

le 26 août : Déclaration des droit de l'homme et du citoyen (1789)

 

Actions situées à Paris (75)

 

jusqu'au 6 septembre, du lundi au samedi de 10h à 19h : Exposition photograpique de Omar Victor Diop : photographe sénégalais dont le portfolio éclectique comprend aussi bien des projets conceptuels que de la photographie de mode et du portrait posé - Lieu : Agence de voyage la maison de l'Afrique, 90 rue Bonaparte - Paris 6ème Métro - ligne 6 arrêt saint Sulpice - ligne 12 arrêt Rennes - Rens. 01.56.81.38.29 conferences@maisondelafrique.fr http://www.maisondelafrique.fr/

 

jusqu'au 24 août du mardi au samedi de 12h à 18h, les vendredis et samedis jusqu'à 22h et le dimanche de 10h à 18h : Exposition Great Black Music, les musiques noires dans le monde : un parcours thématique sensoriel et immersif, qui prend en compte la géographie et l'histoire au travers de centaines de documents sonores et audiovisuels, de films, de photographies mis en scène de façon interactive et spectaculaire - Entrée 9€ - Lieu : Cité de la Musique, 221 av Jean Jaures, Paris 19ème, M° / Tram : Porte de Pantin - Rens. Reservation 01 44 84 44 84 http://www.greatblackmusic.fr/

 

jusqu'au 21 septembre le mardi de 11h à 21h, du mercredi au dimanche de 11h à 19h.2014 : Exposition Maji-Maji : La relecture intime d'un chapitre de la lutte anticoloniale en Tanzanie. Une installation de l'artiste plasticienne Kapwani Kiwanga qui s'est fait connaître à travers ses projets afro-futuristes. Les documents présentés ont tous un lien avec la guerre maji-maji. Vers 1905-1906, au Tanganyika allemand (dans l'actuelle Tanzanie), une vingtaine de groupes se soulèvent contre la culture forcée du coton : c'est le mouvement "maji-maji". On estime à 75 000 environ le nombre de victimes de la répression menée par les troupes coloniales allemandes qui pratiquaient la politique de la terre brûlée, avec pour conséquence la famine. - Lieu : Espace en libre accès au sous-sol du Jeu de Paume à Paris, Jardin des Tuileries, 1 place de la Concorde Paris 8è, M° Place de la Concorde - Rens. 01 47 03 12 50 kkiwanga@gmail.com www.jeudepaume.org www.kapwanikiwanga.org

 

jusqu'au 30 août du mardi au samedi à 21h30 : Représentation de ‘La vie de ma mère ! Ma banlieue est drôle !’’ Petit cours de sociologie humoristique sur la banlieue écrit et mis en scène par PATSON avec: Linda Zohra, Sarah Eva, Mohamed Konte, Mike Etienne, Jackee Toto, Mohamed Konate, Booker & Izzy, Ricardo - Qui a dit qu’en banlieue, il ne se passe rien ? Qui a dit que la banlieue, c’est triste ? La vie de ma mère ! Ma banlieue est drôle ! - Des jeunes de 13 à 26 ans déploient tout leur talent dans un spectacle mis en scène par l’humoriste Patson. Drôles et insolites, ils nous parlent de leur vie, de la vie dans les quartiers : humour, slam, rap, ils nous prouvent qu’en banlieue, rimes et belles plumes, rire et génie, art et envie sont bel et bien présents ! . Le prochain Top Show aura lieu le 28 novembre 2014 à Évry (91) en présence de 40 jeunes issus de six villes différentes - tarif de 22 27€. - Lieu Théâtre du Splendid, 48 rue du Faubourg Saint-Martin, Paris 10è, M° Château d'Eau ou Strasbourg-Saint-Denis. Rens 01 42 08 21 93 http://www.lesplendid.com

 

vendredi 1er août à 19h : Concert U-Roy, la légende vivante du reggae jamaïcain puis de 20h30 à l'aube Rub a Dub Party ! soirées mensuelles au Cabaret Sauvage, s’imposent comme les soirées dédiées aux musiques jamaïcaines sur Paris - 25€ en prévente - dans le cadre du Black summer festival - Lieu : Cabaret Sauvage, Parc de la Villette - Paris 19è - Accès piéton par le 211, avenue Jean Jaurès par Porte de Pantin Accès piéton par le 59 bd Macdonald par Porte de la Villette - Rens : 01 42 09 03 09 cabaret@cabaretsauvage.com www.cabaretsauvage.com

 

samedi 2 août à 19h30 Concert de Pape & Cheik : Originaires de Kaolack au centre du Sénégal, Papa Amadou Fall et Cheikhou Coulibaly, alias Pape et Cheikh, forment depuis 15 ans un duo complice et pugnace. - Entrée 33€ en prévente - dans le cadre du Black summer festival - Lieu : Cabaret Sauvage, Parc de la Villette - Paris 19è - Accès piéton par le 211, avenue Jean Jaurès par Porte de Pantin Accès piéton par le 59 bd Macdonald par Porte de la Villette - Rens : 01 42 09 03 09 cabaret@cabaretsauvage.com www.cabaretsauvage.com

 

du lundi 4 août au 26 septembre : Stage de danse contemporaine d’expression africaine : un moyen de faire entrer ces interprètes dans ce nouveau courant pour leur donner au cours des huit semaines la possibilité de travailler avec un danseur chorégraphe conteur comédien africain accompagné des percussionnistes et travailler sur les problématiques d’écritures contemporaines issues d’un patrimoine, possédant un vocabulaire riche et précis, d’affiner au plus près les polyrythmies de danses pygmées et m’bochi d’Afrique centrale, le rapport corps/danse/musique et onomatopées, de ces raisons d’être. Coût de la formation : 2535€ pour 240h de cours en huit semaines (possibilité de la prise en charge AFDAS et d’autres organismes) - Lieu : Centre de Danse Chrysogone Diangouaya 29, rue des Roses, Paris 8è - Rens. 09 52 68 32 20 chrysogoned@yahoo.fr wedia@free.fr

 

les lundis 11, 18, 25 août à 14h30 et les mercredis 13, 20, 27 août à 10h30 : Rikiatou et la calebasse magique : une invitation au voyage mêlant conte et musique inspirés de l'imaginaire africain, De 6 à 99 ans… Durée : 40mn Spectacle + 15mn atelier de sensibilisation aux instruments entendus. Tarif unique : 8€ à 5€ - Lieu : Théâtre Darius Milhaud, 80 allée Darius Milhaud, Paris 19è, à 5 mn des parcs de la Villette et des Buttes Chaumont - Rens. 01 42 01 92 26 (réservation) www.theatredariusmilhaud.fr www.etedesptitsfutes.com

 

jeudi 14 août de 19h à 04h du matin : Soirée Afrowork : de 19h à 21h: Buffet dînatoire et cocktails vous seront offerts. A partir de 21h : Jeux de rencontres, puis DJ Masta Premier aux platines jusqu'a 4h. Nex school, old school afrobeat, ragga, Dancehall, Kizomba, Zouk - Entrée 16 € sur réservation, 18 € sur place. Prix couple 30 € sur réservation. Toute entrée après 21h donne droit à une seule consommation. - Lieu : Réservoir 16 rue de la Forge Royale, Paris 11è, M° Ledru Rollin (ligne 8) - Reservation 06.16.12.98.09 afrowork@gmail.com au plus tard Lundi 11 Août.

 

vendredi 15 août de 18h30 à 19h30 : Rassemblement du Cercle de silence à Paris contre le traitement inhumain des sans papiers - Vous pouvez vous joindre au cercle à tout moment, même pour seulement quelques instants. Par notre participation au cercle de silence, nous voulons dénoncer les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu'ils n'ont pas de papiers en règle. Nous en appelons à la conscience de tous et vous invitons à rejoindre le cercle de silence place du Palais-Royal, le 3e vendredi de chaque mois de 18h30 à 19h30 - Lieu : Place du Palais Royal, Paris 1er, M° Palais-Royal-Musée-du-Louvre - Rens. http://paris.demosphere.eu/rv/32003

 

du mardi 19 au samedi 23 août : Université d’été européenne des mouvements sociaux ATTAC - Plus de mille personnes de toute l’Europe se retrouveront à Paris, Université Paris VII - Diderot, pour un grand rassemblement altermondialiste : l’Université d’été européenne des mouvements sociaux (European Summer University - ESU). Organisé à l’initiative du réseau des Attac d’Europe, cet événement sera l’occasion de rencontres et débats, avec la participation de nombreuses personnalités internationales parmi lesquelles David Graeber, Susan George, Eric Toussaint, Aris Chatzistefanou, Lori Wallach, Aminata Traoré, Walden Bello ou encore Pablo Solon… N’attendez plus et inscrivez-vous dès maintenant sur www.esu2014.org ! Au programme, de nombreuses activités des invités venus des quatre coins du monde sur des sujets d’actualité, depuis le traité transatlantique à l’euro, en passant par la taxe sur les transactions financières et le climat. Un programme culturel composé de visites, d’évènements militants, culturels et festifs sera par ailleurs proposé aux participants. - Exemples de thèmes : Comment la finance en est-elle venue à dominer le monde, et que faire pour « désarmer les marchés » ? > Union européenne et impérialisme > Défier le régime commercial et d’investissement et le pouvoir des multinationales - Pour le bien-vivre ! > Dette illégitime des Etats : pourquoi et comment l’annuler ? > Marchandisation et financiarisation de l’eau. Défis et résistance en Europe et dans le monde. > Relations Afrique Europe > Rompre avec la finance prédatrice, promouvoir une finance alternative > Souveraineté alimentaire > Un autre regard sur la monnaie et les banques centrales. > Venezuela, Equateur, Bolivie, déstabilisation en Amérique latine ? > Europe forteresse. Que fait-on subir aux étranger.e.s aux frontières de l’Europe ? > Soutenir les détenu-e-s : prisons cachées et obstacles à l’asile > Migrations : au-delà des idées reçues, une politique migratoire plus ouverte couplée à une citoyenneté de résidence ? > Accaparement des terres : un fléau combattu par les peuples > Le microcrédit, un outil supplémentaire au service de la finance contre les peuples ? > Aquifères fossiles sahariens et exploitation de gaz et pétrole de schiste au Maghreb - Expositions > Awra Amba, une “ utopie éthiopienne” > La Nakba Exode et expulsion de Palestiniens en 1948 - PAF pour les 5 journées (hors hébergement, transport et nourriture) : 40 €, 20 € (tarif réduit), 60 € ou plus de solidarité - Il est aussi possible de s’inscrire en formation professionnelle en fonction de l'employeur et/ou de l'organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) Lieu : Université Paris VII - Diderot, Paris 13è - Rens et Inscription www.esu2014.org

 

Par Nouvel Essor - Publié dans : société
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 5 août 2014 2 05 /08 /Août /2014 10:01

 

Washington accueillera pour la première fois, du 4 au 6 août prochains, un sommet États-Unis - Afrique. Parmi la quarantaine de dirigeants africains invités, plusieurs ont déjà été reçus ou ont accueilli Barack Obama.

C'est une première. Du 4 au 6 août, une quarantaine de chefs d'État africains devraient affluer à Washington à l'occasion du sommet États-Unis-Afrique. Selon les autorités américaines, il sera question de coopération économique et sécuritaire, mais aussi de bonne gouvernance démocratique.

À quelques exceptions près, la quasi-totalité des pays du continent seront conviés. Parmi les exclus figurent notamment le Soudan d'Omar el-Béchir, visé par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), l'Érythrée d'Issayas Afewerki ou encore le Zimbabwe de Robert Mugabe, toujours soumis à des sanctions états-uniennes.

Une seule tournée africaine pour Obama

Seuls trois chefs d'État africains attendus à ce sommet historique ont officiellement reçu Barack Obama chez eux : le Sénéglais Macky Sall, le Sud-Africain Jacob Zuma et le Tanzanien Jakaya Kikwete. Ils avaient accueilli le président américain lors de son unique tournée africaine, qui le mena de Dakar à Dar Es Salaam en passant par Pretoria entre fin juin et début juillet 2013.

Avant ce voyage très médiatisé, le premier président noir des États-Unis ne s'était rendu sur le continent qu'à deux reprises depuis son investiture, en janvier 2009. Une première fois au Caire, en juin 2009, où il prononça un discours remarqué d'ouverture adressé au monde arabo-musulman. Et une seconde au Ghana, pays symbole de la bonne gouvernance démocratique, en juillet 2009.

Les chefs d'État africains qui ont officiellement reçu Barack Obama

Macky Sall, à domicile comme à l'extérieur

Depuis l'arrivée d'Obama aux affaires, d'autres chefs d'État africains ont, eux, été officiellement reçus à la Maison Blanche. Comme Ellen Jonhson Sirleaf, prix Nobel de la paix et présidente du Liberia, pays historiquement lié aux États-Unis. Mais aussi le Nigérian Goodluck Jonathan et le Gabonais Ali Bongo Ondimba, tous deux à la tête d'importantes puissances pétrolières et reçus coup sur coup les 8 et 9 juin 2011. 

Un mois plus tard, en juillet 2011, le président américain innove en conviant simultanément quatre de ses homologues emblématiques d'Afrique de l'Ouest francophone : Alpha Condé (Guinée), Alassane Ouattara (Côte d'Ivoire), Mahamadou Issoufou (Niger), et Boni Yayi (Bénin). La même formule est retenue en mars 2013. C'est cette fois au tour du Sénégalais Macky Sall - le seul chef d'État africain à avoir officiellement rencontré Obama à domicile et à l'extérieur -, de la Malawite Joyce Banda, du Sierra Leonais Ernest Bai Koroma et du Cap-Verdien Jose Maria Pereira Neves d'être invités à Washington. Parmi les autres dirigeants africains officiellement reçus figurent le roi du Maroc Mohammed VI, allié historique des États-Unis en Afrique du Nord, et Ismaïl Omar Guelleh, président de Djibouti, où se trouve la principale base militaire américaine du continent.

Benjamin Roger

Jeuneafrique

Par Nouvel Essor - Publié dans : société
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 14 juillet 2014 1 14 /07 /Juil /2014 17:15
Rédigé le Mardi 8 Juillet 2014 à 18:53 | | 2 commentaire(s)

C’est une information donnée par le magazine américain Forbes. Le journal se reporte à des expatriés occidentaux et des experts africains. Dans son édition datée du 30 juin, le très prestigieux journal de l’élite américaine assure qu’à l’opposé, Mobutu Sese Sese qui a dirigé le Congo durant 32 ans avait accumulé cinq milliards $US. A en croire l’auteur, « Joseph Kabila « doit quitter le pouvoir à la fin de son mandat en 2016. Dans le cas contraire, les Etats-Unis et l’Union européenne vont s’attaquer à sa fortune planquée dans des paradis fiscaux.

Sous le titre « L’agenda secret neo-conservateur d’Obama », Richard Miniter, journaliste d’investigation bien connu qui collabore notamment à cette publication, écrit que Barack Obama qui affiche la posture d’un non-interventionniste au Moyen-Orient se comporte de plus en plus en « néo-conservateur » en Afrique.

En Afrique, note-t-il, le même président se montre fort heureusement plus dynamique. Selon lui, le cas le plus dramatique pour les efforts de l’Administration Obama est sans doute celui de la République démocratique du Congo qui serait, pour lui, un « Etat manqué » bien que doté d’importantes ressources en minerais stratégiques. Il cite au passage l’instabilité qui règne à l’Est avec la présence des rébellions internes et externes.

Au Congo-Kinshasa, dit-il, l’Administration Obama met l’accent principalement sur la « promotion des valeurs démocratiques ». Et de constater qu’il s’agit d’un sujet qui est rarement fait mention hors du continent africain.

Richard Miniter de scruter à la loupe le « système Kabila » à la lumière de la controverse du moment relative à la fin de son second et dernier mandat en décembre 2016. Il assène : « La RDC est dirigée par un homme, Joseph Kabila, qui montre des signes de sa volonté de ne pas quitter le pouvoir en 2016?. « Kabila, poursuit-il, représente à lui seul un specimen de maux dont souffre l’Afrique. Il a hérité la Présidence à la suite de l’assassinat de son père, qui, lui-même, s’était emparé du pouvoir dans le sang et le chaos ».

Citant des sources françaises et allemandes, Miniter assure que « Joseph Kabila » a pu amasser environ 15 milliards USD au cours de la décennie précédente. Cette masse d’argent se trouverait dans des banques situées dans les îles britanniques et ailleurs. « A l’opposé, Mobutu Sese Seko, un dictateur qui a dirigé le Congo durant 32 ans, avait accumulé 5 milliards $ US ». « Kabila a sous son contrôle des concessions petrolières et a la haute main sur des concessions minières jugées les plus riches du monde ».

Se fondant sur des informations obtenues auprès des expatriés occidentaux et des experts africains et autres, le journaliste fait remarquer qu’à l’instar de son prédecesseur, « Kabila » a érigé la kleptocratie en une affaire de famille. Son frère, Souleymane « Kabila », est soupçonné d’avoir détourné $300 millions du trésor public. « Le frère et la soeur de Kabila (Ndlr : Zoé et Jaynet), qui sont tous les deux députés nationaux, possèdent une société qui détient le monopole de tous les imprimés du gouvernement congolais. C’est le cas notamment du nouveau passeport biométrique ».

Abordant l’aspect politique, Richard Miniter écrit : « Maintenant Kabila parait décidé à se maintenir au pouvoir au-delà de 2016, en violation du prescrit constitutionnel ». Pour lui, l’homme tente ainsi d’instaurer une « présidence à vie ». « La réponse des Etats-Unis a été sans équivoque », martèle-t-il. Cette réponse a été délivrée par l’Envoyé du président Barack Obama en l’occurrence, l’ancien sénateur américain Russ Feingold. Celui-ci a rappelé la phrase prononcée par Obama à Accra. A savoir que « l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, elle a besoin des institutions fortes. » « Il a raison », admet-il.

Selon lui, Feingold a été tout aussi direct en proposant des actions militaires pour le désarmement des groupes rebelles. L’Envoyé du président américain aurait déclaré à New York Times que, passer l’été, il n’y aura plus d’excuse pour mener des actions militaires d’envergures contre les récalcitrants. Feingold aurait exclu tout « palabre » avec les miliciens Hutu des FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda).

Le collaborateur de Forbes de poursuivre qu’ »il est évident que Kabila doit quitter le pouvoir à la fin de son mandat ». « Le plus grand cadeau qu’il pourra faire à son pays est d’inaugurer une tradition de passation de pouvoir dans une ambiance pacifique et dans le respect de la Constitution”. Dans cette hypothèse, souligne-t-il, « il pourrait amorcer une nouvelle page de l’histoire ». « Dans le cas contraire, les Etats-Unis et l’Union européenne vont lui infliger des sanctions au niveau de ses avoirs ».

Pour lui, les « biens mal acquis » par « Kabila » ne seront guère à l’abri en dépit du fait qu’ils sont dans des comptes ouverts dans des paradis fiscaux. « Ces biens seront saisis au profit du peuple congolais qui a tant souffert ». « Des prétendus dictateurs corrompus, pourraient ainsi, à l’avenir, quitter le pouvoir rien qu’avec leur propre argent. Ce serait un changement rafraichissant ». L’Administration Obama pourrait également amorcer un « nouveau départ » en faisant respecter les idéaux chers à l’Amérique que sont la loi, l’ordre, le pluralisme démocratique et la tolérance sociale. Des idéaux qu’il faut appuyer par des actions militaires. « Une politique à étendre au-delà du Congo », tempête le journaliste américain.

A défaut de ces actions, conclut-il, la « doctrine Obama » sera noyée dans une cacophonie contradictoire où on pourra savoir uniquement ce dont on est contre sans toutefois savoir ce qu’il y a lieu de faire ».
Par Nouvel Essor - Publié dans : société
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 14 juillet 2014 1 14 /07 /Juil /2014 11:04

Ca ressemble à une plaisanterie ou une anecdote, mais il n’en est pas. Pour piller l’Etat toutes les astuces sont bonnes, toutes les manigances les plus sophistiquées sont pratiquées. Le pays est devenu un cadavre à la merci des vautours de la famille et de quelques bouffons. « Il n’y a pas d’argent dans le pays » entend-on souvent dans la rue et dans les bureaux de l’administration *; en réalité l’argent est bel et bien là, en quantité inestimable, mais il est dans les poches ou dans les contenaires et dans les comptes bancaire à l’étranger des membres de la famille. L’argent pillé par des méthodes dont certaines font tout simplement rire parce qu’il n’y a plus des larmes à verser.

Comme il a été décrit il y a quelques semaines comment le principal bureau des douanes à N’djaména a été dichotomisé pour permettre l’ouverture des comptes fictifs, la procédure fait désormais tâche d’huile et s’étend désormais à toutes les régies financières de l’amont à l’aval.

Le Trésorier payeur General qui est le beau fils de Deby et le DG de la BCC (membre de la famille régnante) s’entendent pour ouvrir un compte privé, dénommé « trésor publicité », dont la signature est détenue par les deux Messieurs. Le TPG déclenche une opération de renflouement des caisses du trésor public et harcèle les sociétés de la place, les hommes d’affaires pour s’acquitter des impôts, taxes et autres redevances. Les uns et les autres sont sommés de libeller les chèques au nom du trésor public. Enfin, diront certains, pour une fois notre argent va tomber au trésor public ! Mais que nenni ! Une équipe choisie et triée par le DG de BCC est prête pour manipuler tous les chèques déposés par les entreprises ou les particuliers : il est ajouté les lettres « ité » devant « public » et le compte devient trésor publicité. Un compte privé. Ainsi, selon des témoins oculaires plus 120 milliards de nos CFA ont pris le chemin de Dubaï et le locataire du palais rose ne serait pas étranger. Il faut le faire !

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad

Par Nouvel Essor - Publié dans : société
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés