Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 17:06

Tchad: voici la liste des militants arrêtés par la police

1-Gamo Remy, Secrétaire Général du CAMOJET

2. Dadji Rahamata, Conseillère du bureau de CAMOJET

3. Mahamat Maki, Chargé de communication

4. Abdelnassir , membre

5.Béchir Hamid

6. Pando Eric Hervé Coordonnateur de l'ASJDH

7.Dr Mahamat Adam khalifa

8. Nourri Babikir

9.Babikir Adoum

10. Mousa Abakar Nour

11. Moussa Mayo

12. Mahamat Tahir Moussa

ADVERTISEMENT

13. Ngartingam Nansara

14. Frank Blague

15. Ahmat Mahamat Ali

16. Mahamat Nour

17. Mahamat Barh Béchir. leader du parti RPR

18. Djetenyom Maxime

19 Ali Saleh, auteur de la lettre ouverte pour Idriss Deby

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 16:50

TCHAD/URGENT: Mme DADJI Rahamat Conseillère du Camojet Tchad vient d'être arrêtée par la police de Deby.

  • 7 février 2016

Les responsables du CAMOJET et d'autres jeunes croupissent en prison en ce moment pour le droit de la jeunesse Tchadienne. Il y a 9 ans, la Police de Deby a assassiné sauvagement le Président du Camojet Adoum Abakar Malloumi, le camojet s'était retrouvé tout seul sans être soutenu par la jeunesse ni par les hommes politiques. Aujourd'hui, lorsque j'évoque juste le nom de celui qui était mon ami, mon compagnon et aussi mon formateur dans la la lutte Adoum Abakar, des larmes coulent de mes yeux. Beaucoup l'ont oublié. Seuls ses parents et ses soeurs ne l'ont pas oublié. Le Camojet a manifesté son désaccord en 2005 et 2006 en s'opposant à la modification de la constitution et à la réélection du Président Deby en distribuant des tracts dans les villes. Aucune organisation de la société civile ni qui que ce soit n'a soutenu cette jeune organisation qui à chaque fois prend des risques en bravant l'autorité. Le Camojet a toujours été censuré par les hommes de l'ombre qui servent le régime en faisant semblant d'être des opposants ou société civile mais qui sont absents dans les vraies actions. Beaucoup de responsables de camojet ont subit et continuent de subir des pressions du système. Certains ont préféré s'exiler et d'autres sont restés pour se battre sur le terrain. Qaund on organisait chaque fois des conférences de presses, les médias ne venaient pas couvrir. Ceux qui venaient, exigeaient qu'on les paie le transport alors qu'on n'avait nous même à peine de quoi manger étant chomeurs. Malgré cela, le camojet continuait à se battre sans que l'on parle de cela dans les médias.

Il y a quelques jours, le Secrétaire Général du CAMOJET avait été sous pression et avait annulé la marche du 2 février. Toute la jeunesse et beaucoup de responsables n'ont pas cherché à comprendre les vraies raisons mais ont tous condamné GAMO Remy en le traitrant de tous les noms d'oiseaux et certains ont même promis le tuer. Aujourd'hui, GAMO Remy avec son équipe ont mis tout le monde devant leurs responsabilités. Il n'y a personne pour agir ou réagir. Ils sont seuls en prison et à la merci de Deby et ses assassins. Quand GAMO Rémy a annulé la marche, le Gouvernement représenté par Hassane Sylla et le SG de la fonction publique avait proposé l'intégration de 30 membres du CAMOJET à la fonction publique. GAMO Remy avait refusé et c'est lui qui est en prison. Si Deby décide de tuer ces jeunes aujourd'hui en prison, personne ne réagira pour eux. Ce seraient seulement leurs parents et leurs amis qui seront en deuil pour quelques jours. Je m'insurge aujourd'hui pour dire que j'ai honte, j'ai honte de la jeunesse Tchadienne. J'ai honte de ce combat que certains font depuis des années pour la sécurité et la justice sociale mais que les gens sont incapables de comprendre. Beaucoup disent que pourquoi je reste à l'étranger et que je m'exprime. Savez vous ce que j'ai bien pu faire au Tchad? Quand on se battait avec les ministres leur arrachant les micros lors de leurs discours. Quand le CAMOJET portait plainte contre l'Etat et certains mafiasos du régime. Qui a soutenu nos actions. Beaucoup disent que le CAMOJET est une organisation corrompu. Qui peut démontrer avec preuve ces allégations et montrer quand et qui a donner l'argent au camojet avec des Photos à l'appui? Je suis tellement en colère que j'ai juste envie de demander à mes Mahamat Zene Cherif et tous les autres membres du CAMOJET de laisser tout tomber parce que le Tchad, la jeunesse Tchadienne ne mérite pas une organisation comme le Camojet. Ne laissons pas le gouvernement fantoche de Deby casser cette dynamique. Malheur à ceux qui bâillonnent leurs peuples.

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 22:24

Publié le 6 fév, 2016

Le collectif des Associations et Mouvements de jeunes du Tchad (CAMOJET) a appelé à une manifestation samedi contre la répression et les violences dont elle est victime depuis 25 ans.

Cet appel intervient après la dispersion violente par la police anti-émeute d’un sit-in jeudi dans la capitale tchadienne d’une centaine de jeunes diplômés devant le ministère de l’Education nationale « venus exiger leur intégration dans la Fonction publique », a expliqué par téléphone son secrétaire général, Remy Gamo.

Selon lui, « huit étudiants ont été légèrement blessés », ce que dément le porte-parole de la police Paul Manga, joint par l’AFP, qui assure qu’il n’y a eu aucun blessé. « A notre connaissance nous n’avons enregistré ni blessé ni mort, et pas d’arrestations », a-t-il dit.

Remy Gamo a affirmé que, vendredi, « toute la capitale » était quadrillée par la police.

« Les portes de la Fonction publique ne peuvent pas rester fermées pour les jeunes diplômés », a poursuivi le secrétaire général du CAMOJET dont le mouvement suspend « toute option de dialogue avec le gouvernement et appelle toute la jeunesse de l’ensemble du territoire national à une marche nationale le samedi 6 février ».

La loi de finances pour 2016 suspend en effet toute intégration à la fonction publique pour les trois ans à venir.

Le Tchad, dirigé depuis 25 ans par le président Idriss Deby Itno, est classé parmi les 10 plus pauvres pays au monde malgré sa rente pétrolière, selon l’indice de développement humain (IDH) des Nations unies.

Après la découverte de gisements de pétrole en 2003, les revenus pétroliers lui ont permis de moderniser son armée, de se doter d’un meilleur réseau routier et de construire de nombreux bâtiments publics. Mais l’amélioration des conditions de vie de la population n’a pas suivi.

Régulièrement, les fonctionnaires, notamment les enseignants, font grève pour percevoir leurs arriérés de salaire. Le pays enregistre actuellement une baisse de ses recettes du fait de la chute des cours du brut et il est en outre engagé dans un effort de guerre important dans sa lutte contre les islamistes nigérians de Boko Haram.

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 15:16

COMMUQUE DE PRESSE

L’Association Sociale des Jeunes pour la défense des Droits Humains s’insurge contre l’attitude arbitraire de répression de nos forces de l’ordre qui date de l’époque dictatoriale, sur les élèves, étudiants, diplômés sans emploi, journalistes et les leaders d’opinions.

L’ASJDH soutient entièrement les revendications légitimes de la jeunesse victime de ce régime, et sollicite l’abrogation de ce fameux texte suspendant pendant 3 ans l’intégration des diplômés à la fonction publique.

Par ailleurs, l’ASJDH adhère à l’appel à la manifestation lancé par CAMOJET ce samedi 6 février 2016 à 7h30, point de rencontre, la devanture de la dite organisation.

L’Association Sociale des Jeunes pour la défense des Droits Humains demande à tous les jeunes de 7 à 77 ans sans exception, ni connotation quelconque de sortir très massivement faire preuve de citoyenneté afin de triturer cette injustice de grande envergure que nous font subir quotidiennement les autorités.

En outre, nous demandons à l’Etat d’assister d’une manière ou d’une autre tous les jeunes tombés sous le coup barbare de quelques policiers véreux !

Le Président

Pando Eric Hervé

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 17:16

Cameroun - Universités: Jacques Fame Ndongo et le classement à controverse des meilleures Universités au Cameroun YAOUNDE

03 FEV. 2016 © Géraldine IVAHA | Cameroon-Info.Net

Le classement des meilleures Universités du Cameroun publié par le cabinet Changing Consulting a fait des mécontents mardi 2 février 2016 à la Fondation Tendent Muna.

Le cabinet Changing Consulting a procédé à la publication des résultats de son étude qui fait le classement des meilleurs établissements d’enseignement supérieur et à vocation professionnelle au Cameroun, mardi 2 février 2016 dans les locaux de la Fondation Tandeng Muna à Yaoundé.

Force est de constater que dans ce classement, les établissements privés surclassent les établissements publics. A en croire le quotidien Le Messager du mercredi 3 février 2016, l’annonce de ces résultats est fortement contestée, surtout dans le domaine de la médecine et de la santé humaine. L’annonce de l’Institut Supérieur des Sciences de Bagangté (ISS) en tête du classement, devant la Faculté de Médecine des Sciences Biomédicales (FMSB) a engendré un «brouhaha sourd» dans la salle.

Pour les responsables de l’Université de Yaoundé I, cette «étude ne relate pas la réalité des faits. Il faut qu’il précise que cela relève de leur perception et que ça ne saurait se traduire autrement que tel». Le ministre de l’Enseignement supérieur (MINSUP) Jacques Fame Ndongo a pourtant mis un point d’honneur à rassurer les uns et les autres sur la fiabilité de ces résultats. Pour lui, «tout travail scientifique juste et bien mené, devrait et doit déranger. Et ce travail dérange, preuve qu’il repose sur l’objectivité de la science», a affirmé le MINESUP.

«Les enseignants du public se considèrent comme des fonctionnaires et se comportent comme tels. Ils se disent qu’ils n’ont pas d’efforts particuliers à fournir puisqu’ils y sont et qu’ils y resteront, à moins d’être révoqués. Alors que ce sont ces mêmes enseignants qui excellent dans les établissements privés» a conclu Jacques Fame Ndongo.

Pour Charles Bogning, directeur de général de Changing Consulting, c’est un comité d’experts «6 chevrons du même corps», qui a tranché en prenant en compte les réalités socio-économiques du pays.

Géraldine IVAHA

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 18:23

agenda africain, Ile de france, fevrier 2016 : faire STOP si pas interessé - agenda des actions africaines en région parisienne de janvier 2016 - Pour éviter mes courriels : faire STOP - Si vous souhaitez recevoir cet agenda régulièrement chaque début de mois, sachez qu'il est gratuit : il suffit de m'autoriser à vous le transmettre à jp.vanhoove@wanadoo.fr - Si vous pouvez le retransmettre à vos amis c'est encore mieux : voir aussi à la fin de ce document

Anniversaire, commémoration, journées mondiales …

le 3 février : jour des Héros mozambicains

le 4 février : Anniversaire de l’abolition de l’esclavage (4 février 1794) la commémoration de la 1ère abolition de l'esclavage n'est pas un repli sur le passé. C'est notre avenir qui est en jeu. La négrophobie est non seulement impunie, mais institutionnalisée et banalisée. Face à l'indifférence des institutions, il appartient à la communauté des Afro-descendants et des Africains de France de s'organiser. La première des choses est de prendre en charge notre mémoire. C'est une question de dignité, et tout simplement de survie. 4 février 1794, abolition de l’esclavage en France: cet événement historique – imposé par la révolte des esclaves de Saint-Domingue (depuis République d'Haïti), engagée dès le mois d’août 1791 – n’est pas une évidence car il est communément admis – et enseigné à l’école – que la date de l’abolition de l’esclavage est le 27 avril 1848. En réalité, l’esclavage a été bien aboli par la Convention nationale le 4 février 1794 (16 pluviôse an II) et s’il y a eu une seconde abolition, c’est que l’esclavage avait été rétabli par Napoléon le 20 mai 1802, avec un début de génocide pour se débarrasser des récalcitrants. La date du 4 février est souvent occultée car elle oblige à parler de Napoléon, à mettre en évidence le fait que ce sont les esclaves eux-mêmes qui se sont libérés. - Organisé pas l’association des amis du général Dumas et Claude Ribbe - Lieu : Place du général-Catroux, Paris 17è, M° Malesherbes - Rens. joss@general-dumas.com

vendredi 5 février 2016 : célébration de la Première Journée Internationale Contre les Violations constitutionnelles en Afrique - Burundi, RDC et Congo-Brazzaville pour cette première édition - contact : Florence Dini 06.20.08.02.01.

le 7 février : Fête de l'indépendance de Grenade (1974)

le 11 février 1975 : Assassinat du Colonel de Gendarmerie Richard Ratsimandrava : Ainsi disparut celui qui tenta pour la première fois à Madagascar, d'instaurer un pouvoir d'Etat à assise populaire à travers les Fokonolona - les communautés de base au niveau des villages et des quartiers des villes. On n'a jamais officiellement trouvé les commanditaires de cet assassinat. - Rens : Julien Rakotoarimanana / Dadazily : jlnrakoto@gmail.com

le 18 février : Fête de l'indépendance de la Gambie

le 20 février : Journée de la résistance non violente

le 21 février : journée internationale de la langue maternelle

le 21 février 1965, Malcolm X s’apprêtait à prononcer un discours à New York contre l’oppression et le racisme. Il n’en aura pas le temps : il est abattu. Pour l’élite, ce fut un soulagement. Mais, un demi-siècle après sa mort, le leader afro-américain continue d’inspirer des gens dans le monde entier.

le 22 février : Fête de l'indépendance de Sainte-Lucie (1979)

le 23 février : Fête Nationale de la Guyane

le 27 février : Fête de l'indépendance de la République Dominicaine (1844)

Actions situées région parisienne ou non localisées

Actions situées dans l'Oise (60)

samedi 6 février de 14h15 à 18h30 : Projection du film « Kimbidalé » en présence de l'auteure et réalisatrice Emmanuelle Labeau suivie d'un Café citoyen sur la thématique des mutilations génitales féminines en présence d'Yvette Cesbron, médecin PMI, Secours Populaire Français - Café citoyen sur la thématique des mutilations génitales féminines Organisé par Femmes Solidaires dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre l'excision - Lieu : Espace Elsa-Triolet , av Anatole-France à Montataire (60) - Rens. 03 44 27 54 08 femmes.solidaires.m@free.fr http://oise.pcf.fr/81609

Actions situées à Paris (75)

jusqu'au 6 mars 2016, mardi à jeudi 10h-19h, vendredi 10h-21h30, samedi et dimanche 10h-20h : Exposition "Osiris, mystères engloutis d'Égypte" En hiéroglyphes, Osiris s'écrit avec un siège et un œil. Maître des ressuscités, Osiris est l'un des socles de la civilisation pharaonique et l'incarnation du regard du créateur qui anime toutes les formes de vie affirmant la victoire de l'amour sur la mort. Cette exposition révèlera les dernières découvertes sous-marines de Franck Goddio et de ses équipes, et notamment les vestiges de la cérémonie des Mystères d’Osiris qui étaient célébrés dans les villes de Thônis- Héracléion et Canope. Tarif 15,50€ et 10,50€ - Lieu : Salle du Haut Conseil, 9ème étage, Institut du monde arabe (IMA), 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, Place Mohammed-V, Paris 5è, M° Jussieu, ligne 7 - Rens. 01 40 51 38 38 http://www.imarabe.org

jusqu'au 17 juillet de 11h à 19h (sauf mardi et jeudi): Exposition Chefs-d'œuvre d'Afrique dans les collections du musée Dapper - Des pièces majeures sélectionnées uniquement à partir du fonds Dapper et qui sont présentées ensemble pour la première fois et qui puisent leurs significations dans les cultures de l'Afrique centrale ou dans celles de l'Afrique de l'Ouest. La collection du musée se caractérise par la diversité des provenances géographiques et par l'ancienneté. L'exposition, qui comprend quelque 130 pièces, présente des œuvres majeures. Certaines sont uniques et n'ont aucun équivalent dans le monde, telles des sculptures du Gabon ( Fang, Kota, Punu...) du Cameroun (Bangwa), du Bénin (Fon), ou encore du Mali (Dogon, Soninke) - Lieu : Musée Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Rens. 01 45 02 16 02 - 01 45 00 07 48 comexpo@dapper.fr www.dapper.com.fr

jusqu'au 30 juin les jeudi de 19h à 21h : Cours de Kabyle : La population kabyle constitue une part importante de l’histoire de Paris et la langue kabyle résonne souvent dans les rues de la capitale. Que vous soyez d’origine kabyle ou pas, venez découvrir cette langue et cette culture et faites découvrir à vos enfants la richesse de ce patrimoine culturel et linguistique, qui est aujourd’hui une des composantes de l’identité de Paris. - Tarif annuel : 410€ ou 320 € pour 60h de cours réduit - Lieu : à demander à l'inscription - Rens 01 53 09 99 84 www.institut-cultures-islam.org

jusqu'au 30 juin les jeudi de 19h à 21h : Formation en wolof : Le Wolof, langue originaire de la vallée du Sénégal, est le principal moyen de communication utilisé au Sénégal et en Gambie. Elle traverse aussi la Mauritanie. Son apprentissage est une véritable ouverture sur l’Afrique de l’Ouest. Pour les personnes n’ayant jamais appris et pratiqué la langue pour leur permettre d’acquérir les structures linguistiques de base, de reconnaître et d’utiliser le vocabulaire et les expressions courantes, et de communiquer à l’oral dans les situations simples de la vie quotidienne. - Tarif annuel : 410€ ou 320 € pour 60h de cours réduit - Lieu : à demander à l'inscription - Rens 01 53 09 99 84 www.institut-cultures-islam.org

jusqu'au 29 mai 2016 du mardi au vendredi de 10h à 17h30, samedi et dimanche de 10h à 19h: Exposition "Frontières" pour comprendre le rôle et les enjeux contemporains des frontières dans le monde et retracer les histoires singulières de ceux qui les traversent aujourd’hui - L’exposition retrace trois aspects de cette histoire des frontières et pose un regard diachronique, politique, économique ou sociétal, sur les murs-frontières dans le monde, puis en Europe (zone Schengen et la Méditerranée) avant de traverser la France. Tarif : 6€ , libre pour le - de 26 ans, gratuite tous le premier dimanche de chaque mois et incluent le droit d’entrée à l’exposition permanente et à toutes les expositions temporaires du Musée. - Lieu : Musée national de l'histoire de l'immigration de la porte Dorée, 293 av Daumenil, paris 12è, M° et Tram Porte dorée - Rens. et Réservations pour les groupes : 01 53 59 64 30 - reservation@histoire-immigration.fr

jusqu’au vendredi 1er juillet les vendredis de 17h30 à 19h et les dimanches de 14h à 16h: Cours De Capoeira Angola d'expression culturelle afro-brésilienne - musique: jeu des instruments et chants de la Capoeira Angola; mouvements: activité physique avec mouvements d'attaques et de défense. - Lieu : Gymnase Marie Paradis, 5 rue Léon Schwartzenberg, Paris 10è - Rens. 06 66 56 13 90 cedanze.paris@hotmail.com https://cecariovermelho.wordpress.com

tous les mercredis de 15h à 20h30 : Meeting pour exiger la libération des prisonniers politiques en Côte d'Ivoire : Ambassade de Côte d'Ivoire, M° Victor Hugo - Rens. 06 65 71 95 68 chritzekou2@gmail.com

mercredi 3 février à 19h : "Séna" sur l’Humour : Pour rappel, le Séna est une rencontre créole, au cours de laquelle le public, sous la conduite d'un MC discute d'un thème éclairé par des textes extraits d'ouvrages de la littérature caribéenne qui sont lus, dits, joués par des comédiens professionnels. La rencontre se termine sur un repas antillais - Les littératures de la Caraïbe ne manquent pas de personnages picaresques ou carnavalesques dont les aventures extraordinaires, les combats pour la survie prennent des aspects burlesques. Les contes également ne manquent pas d’humour et quelques auteurs écrivant pour la scène, notamment le Grenadien-Trinidadien Paul Keens-Douglas, travaillent la veine humoristique avec un réel talent. - Lieu : Café du musée Dapper, 45 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è - Réservation obligatoire au 01 45 00 91 75 reservation@dapper.fr http://www.dapper.fr

mercredi 3 février à 21h, vendredi 5 février à 21h : Représentation de "la Fuite" : Un enfant de 10 ans raconte sa fuite avec sa famille piégée par la guerre civile, à travers l'Afrique équatoriale. Un enjeu : survivre. C'est l'exode de sa famille, surprise par la guerre civile au Congo en 1997. Personne ne l'a vue venir. Ils étaient prêts à partir en vacances pour Paris... Il nous fait voyager à travers l'Afrique Equatoriale rendant la fraîcheur des personnages, leur naïveté, la justesse des faits retranscrits. Les rires et les larmes n'atténuent pas la tension, l'appréhension, la peur. Sans pathos, il montre l'horreur de la guerre, ses conséquences pour le peuple - Tarif : 12 € et 16 € - Lieu : Comédie Nation, 77 rue de Montreuil, Paris 11è, M° rue des Boulets - Rens. 01 48 05 52 44 contact@comedienation.fr www.comedienation.fr/ www.comedienation.fr/content/la-fuite

jeudi 4 et vendredi 5 février de 9h à 18h. Le Mali au Salon de l'Hydrogène à Paris!, Le MALI et le Développement par le secteur privé et leurs partenaires! L'ambassade du Mali en France mettant à disposition des éléments visuels de promotion du Mali. - Lieu : HyVolution, Parc Floral de Paris, Route de la Pyramide, Paris 12è, Accès par l’entrée du Parc Floral de Paris - Rens. Mariétou Mariette Dicko 06 22 24 89 09 marietoudicko@yahoo.com http://www.hyvolution.fr/fr_FR/ https://twitter.com/HyVolution http://www.planete-verte.fr/index.php

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 18:11

Lettre ouverte au président, Idriss Déby Itno" nous ne croyons plus en vous"

Mr le président en 1990 vous avez chassé le dictateur Habré et vous avez maintenu l'apparence de la démocratie, la dictature financière et des difficultés chroniques où le Tchad fait face. Votre régime a instauré le pensé unique et le sectarisme discriminatoire le plus obscur pour régner plus longtemps et a créé, entretenu le régionalisme, le tribalisme, le népotisme, les inégalités sociales, dont les conséquences ont été la guerre, la haine, l'intolérance et la méfiance.

Oui je ferai l'usage de capacité que Dieu m'a donnée pour accomplir mon devoir républicain dans l'intérêt général de la population tchadienne en dénonçant les maux qui minent la société tchadienne. Il est difficile de continuer de mentir, la jeunesse n'a pas l'intention de fermer les yeux.

Nous ne comptons pas sur votre politique politicienne. Nous (jeunes) avons nos actions concrètes et sans relâches: promouvoir la cohabitation sociale, unité et travailler dans l'intérêt général de la république.

Mr le président vous avez placé votre quatrième mandat aux jeunes et aux femmes en disant avec tous le respect que je vous dois votre citation est innée. Le chômage a augmenté et les diplômés croupissent dans les désespoirs, désorientés, traumatisés, humiliés, de tous leurs droits en un mot subissent toutes atrocités et vous avez fait l'avenir de la jeunesse obscur. Vous avez trahi la jeunesse, nous ne laisserons pas distraire par des paroles fallacieuses et prometteuses de qui que soit, encore moins par vous et tes acolytes du MPS.

Les tchadiens souffrent dans la misère, dans certaines régions nos parents tchadiens cherchent à quoi manger dans la cité de la fourmi et pire encore nos mères, sœurs et femmes meurent en donnant la vie par manquent des hôpitaux, matériels et personnels aussi bien dans les villages que des grandes villes, vous avez oublié que sans la santé il n'y a pas vie.

ADVERTISEMENT

Mr le président avec tous les respects que je vous dois votre responsabilité est censé de protéger les couches vulnérables(les femmes, enfants et personnes âgées) et éduquer une éducation de qualité principalement les enfants et les jeunes comme disait Nelson Mandela le père de la nation arc-en-ciel et quel l'avenir pour les enfants tchadiens que vous avez assuré si en XXI siècle les filles et les enfants n'ont pas l'accès à l'école ou encore pire manquent des infrastructures éducatives et des enseignants. Alors votre devoir est censé d'assurer une école de qualité à tous les enfants et un emploi décent aux diplômés et aux jeunes mais votre politique politicien a montré le contraire.

Mr le président depuis 1990 l'administration tchadienne est composée des incompétents, analphabètes et des ignares. Ils occupent des postes techniques et pour avoir une poste il faut passer par des folklores et toutes les instances publiques sont codifiées et soumis à l'argent privée comme publique et les personnalités n'existe que pour mystifier les peuples et faire des travaux misanthropes et les voleurs s'habille en administrateur pour cacher l'étique professionnel et déontologie administrative et falsifier les dossiers administratifs en manipulant leurs peuples.
Oui Mr le président votre népotisme et gabegie a brisé le monopole des toutes postes de régies financiers et juteuses en nommant tes parents, frères, amis et des personnes n'ont qualifiées. Les parlements sont muets et sourds face à toutes situations catastrophique qui touchent directement la dignité humaine, politique et socio-économique des tchadiens, quelle irresponsabilité notoire et honte.


Vous avez trahi la conscience nationale.

Mr le président il est inadmissible que vous et les autorités publique et professionnelles servent de modèle à la jeunesse avec des agissements pareils.


Voilà pourquoi nous vous croyons pas par vos allégations mensongères et dévastateurs véhiculés par vous et votre gouvernement et provoque actuellement toutes les calamités sociales et économique dans notre pays.
Mr le président nous comptons sur votre successeur en fin de doter le Tchad d'une administration publique composée des personnalités morales et juridiques capables des relever les défis et exploiter les ressources naturelles dans l'intérêt général. Oui Mr le président il est de notre devoir entant que jeune de rétablir la vérité même si vous blesse.

-- envoyé par Ali Saleh (aligoumre@gmail.com)

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 14:01

Simon Bentolila

Le "fail" de Manuel Valls, déclarant samedi soir dans "ONPC" que le président du Gabon n'avait pas été élu "comme on l'entend", fait du bruit au Gabon. Il y a quelques années, François Hollande disait pourtant la même chose. Sauf qu'entre-temps, les deux ont pris du galon...

François Hollande a reçu Ali Bongo dès juillet 2012 à l'Elysée. - Sipa

Ali Bongo a dû en avoir la moustache tout hérissée. Samedi soir sur le plateau de Laurent Ruquier, Manuel Valls venait d'encaisser sans clash ni dérapage 1h30 d'interview, jusqu'à ce que l’humoriste Jérémy Ferrari ne s'en mêle, le prenant à parti notamment sur un point : la présence, le 11 janvier 2015, du président gabonais Ali Bongo parmi les chefs d'Etat qui défilaient "en tête d’une marche pour la liberté d’expression", après l'attentats contre Charlie Hebdo et l'Hypercacher de Paris. Vivement interpellé sur le caractère non démocratique de l'élection du président africain, le Premier ministre lâche alors qu'il n'a effectivement pas été élu "comme on l’entend". Oups... Ce n'est pas, loin s'en faut, la position officielle de la France, qui en 2009 l'avait félicité par la voix de son Président d'alors, Nicolas Sarkozy.

Ni une ni deux, l'opposition gabonaise, qui avait contesté l'élection du fils de l'ancien président Omar Bongo, a repris en choeur la petite phrase du premier ministre français. Et le quotidien national L'Union a affirmé que l'ambassadeur gabonais à Paris allait être rappelé à Libreville pour "consultations". Matignon, resté très discret sur cette affaire, a néanmoins tenté de rattraper la bourde vallsienne en faisant recevoir lundi le diplomate par le conseiller diplomatique du Premier ministre. Un "message d'amitié" au président Bongo a été transmis à cette occasion, a-t-on indiqué. "La France est très attachée à ses relations avec le Gabon sous la conduite du président Bongo, élu en 2009", a encore insisté lundi le Quai d'Orsay.

Très attachée à Bongo, la France l'est peut-être mais en avril 2012, l'élection de celui-ci avait été critiquée dans les mêmes termes que Manuel Valls, par un certain… François Hollande. En pleine campagne pour la présidentielle, celui-ci est alors interviewé par Médiapart, et doit répondre à une question similaire : "Est-ce que vous estimez que l’élection à la présidence du Gabon d’Ali Bongo a été truquée ?" Et François Hollande de rétorquer : "Je ne sais pas si elle a été truquée, en tout cas elle n’était pas dans les critères de ce que l’on peut appeler des élections démocratiques" (voir la vidéo ci-dessous, à partir de 00'47). Un secret de Polichinelle, pour un régime autoritaire auquel la répression à l'égard des journalistes et les méthodes de gouvernance valent de figurer en bas des classements internationaux sur les droits de l'Homme.

Sauf qu'à l'époque, François Hollande n’exerçait pas encore la plus haute fonction de l’Etat ! Sa parole n'engageait donc pas la France. C'est ce que semble avoir oublié un peu vite Manuel Valls samedi soir. Car depuis qu'il s'est installé à l'Elysée, le socialiste a fait comme ses prédécesseurs, recevant Ali Bongo à l’Élysée dès juillet 2012. Lui qui, comme Nicolas Sarkozy avant lui, promettait pourtant la fin de la Françafrique, n'a pas paru depuis vouloir remettre en cause les bonnes relations entre Paris et Libreville. Et si Manuel Valls veut vraiment le faire, il lui faudra attendre d'être élu à son tour à la fonction suprême...

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 22:09

Les députés tchadiens s’illustrent par un silence massif alors que 200 orpailleurs ont été tués et des centaines blessés par la garde présidentielle sur ordre du président Idriss Deby. La découverte de l’or dans la région du Batha déclenche une tragédie humaine sans précédent à l’encontre des populations locales violemment réprimées sur ordre d’Idriss Deby qui a mandaté sa garde présidentielle.

A peine découvert au Batha, l’or fait couler du sang des paisibles citoyens de la région. En effet, le gouvernement, ses gourous et le président général Sultan se grouillent pour pouvoir contrôler dans l’opacité totale cette manne, comme c’est le cas de toutes les autres ressources du pays. Des prétendus textes juridiques ne respectant les normes du code minier normal sont élaborés à la hâte et des mesures draconiennes prises afin de stopper la ruée de la population affamée vers l’or dans la région bénie du Batha.

Devant toutes ces mesures étayées par une répression musclée, les braves fils du Tchad ont tenté comme toujours de défier le gouvernement. Ce qui amena Idriss Deby d’ordonner sa garde prétorienne de prendre la situation en main. Ces derniers ont opté de tirer sur les orpailleurs, ainsi plus de 200 personnes ont été tuées et des centaines de blessées.

Ce pogrome a été commis par la garde personnelle du président de la république, Monsieur Idriss Deby, la même garde s’est ensuite transformée en orpailleurs pour profiter de cette manne. Deby étant pris par l'alacrité et aussi anxieux de ce qui se passe a rendu visite à sa garde prétorienne. Lors de cette visite, le président de la république par malheur compte tenu de ses pratiques vis-à-vis de son peuple a eu un traumatisme. Ce malaise a précipité son retour à Amdjaresse pour poursuivre ses multiples et divers traitements médicaux sous la supervision d’un certain médecin Dr Michel Abiad dont une plainte est déposée contre lui par la diaspora tchadienne vivant en Europe par rapport à sa complicité et ses ingérences dans les affaires d’Etat au Tchad. Car Dr Michel Abiad est reproché sur des faits graves à l’encontre du peuple tchadien. C’est pourquoi, une procédure judiciaire est enclenchée contre lui.

.

Le pays traverse une crise économique et financière sans précèdent, crise qui est d’ailleurs annoncée par le chef d’Etat lors de son allocution fin 2015 à la population.

Devant cette situation, les partis politiques en ordre dispersé ont réagi de façon plus ou moins timide. Par contre, l’opinion publique s’étonne su silence de l’Assemblée Nationale représentés par les députés et les institutions sensés réagir face à ce problème. Ils se sont emmurés dans un silence de cimetière comme si rien ne s’était passé au Tchad. Ce qui est sûr, la situation sanitaire du président Deby passe dans une phase plus avancée et l’opinion nationale et internationale risque d’être surprise dans les jours ou les mois à venir.

Pour notre part dés ce lundi, nous allons saisir les organisations internationales de défense des droits pour les mobiliser sur cette question afin de demander l'ouverture d'une enquête.

.

A l’heure où nous rédigeons ce papier, le peuple tchadien est au bout du rouleau, asphyxié par une dictature abjecte.

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 11:07

Publié le 8 jan, 2016

Un vent de « fin des temps » d’un système souffle sur le Tchad. Les milieux politiques, diplomatiques, militaires, civils et de renseignement le reconnaissent, calmement. Il est même avancé un délai maximal que nous ne dévoilerons pas. Comprenez la responsabilité qui nous incombe.

Des personnes savent que c’est fini, en attendant que ça finisse effectivement. Partant, les Tchadiens le savent aussi.

Avant même d’avoir le temps d’analyser les données crédibles en notre possession, les braillards et les accompagnateurs du système mettent leurs progénitures à l’abri.

Personne n’est fidèle à personne, on mange seulement ensemble…C’est entendu, messieurs et mesdames. Vous êtes malins, bonne chance et souhaitons que les enfants soient épargnés. Quand est-ce que nous servirons le pays ensemble?

Ce vent qui souffle, de plus en plus intensément, peut apporter la pluie ou le feu. Si collectivement nous sommes responsables, nous pouvons influencer les lois de la nature et provoquer la pluie qui permettra de cultiver les semences de la République. Autrement, c’est à dire en cas de déficience de conscience et de responsabilité, ce sera le feu, le feu des armes!

Tout dépend du degré de responsabilité individuelle que nous mettrons dans nos actes. Entre la République, l’appartenance régionale, la tribu et les tentations individuelles, il faut choisir….Nous verrons. Les Tchadiens connaitront les vrais patriotes et découvriront le visage des porteurs de masques.

En 1990, les Tchadiens ont chassé le dictateur et ont maintenu les conditions de dictature, d’accaparement et d’usurpation. Grosse Erreur ! Nous connaissons la suite faite de leurres, sang et de politiques socialement hérétiques. Il ne faut plus commettre deux fois la même erreur.

Un pays est une continuité. On n’attend pas la continuité, on n’espère pas la continuité, on ne souhaite pas la continuité. On prend des dispositions concrètes et des assurances pour garantir la continuité [du pays à ne pas confondre avec celle du système]. C’est là que le devoir appelle. Aussi, c’est la seule façon de maintenir le jeu et de renforcer les processus démocratiques.

Par ailleurs, la formule vue dans le passé dans un pays d’Afrique de l’Ouest, avec un des fils de papa à la place du défunt père ne passera pas au Tchad. Les Tchadiens croient en la démocratie, pas en une consanguinité successorale !
Nous plaidons pour la responsabilité et une transition pacifique. Cependant, en cas d’usurpation au nom d’une pseudostabilité ou pseudosécurité, les Tchadiens l’interpréteront comme un contre-ordre illégitime déstabilisateur et réagiront en patriotes. Ils défendront leurs aspirations démocratiques légitimes.

Même si le visage de la raison ne sied pas au « faciès » du charognard, ce dernier ne doit pas mépriser la raison. Les Tchadiens nous attendent de pied ferme. Cette fois, il faut les écouter sinon ils se feront entendre bruyamment voire brutalement.

Ne ratons pas l’occasion de corriger les erreurs d’hier et de construire notre pays. Une rencontre des vrais patriotes et des forces républicaines s’impose.

J’espère que la responsabilité vaincra et le peuple tchadien avec elle.

Joe Al Kongarena,
joe.alerte@gmail.c
om

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article