Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 00:34
 

Information relative au Rassemblement National Républicain (RNR)

 

 

Afin de répondre aux sollicitations relatives au RNR, la coordination porte à la connaissance du public ce qui suit :

Le RNR regroupe des partis politiques, des associations civiles et divers mouvements de l’intérieur et de l’extérieur ainsi que diverses potentialités de la société civile nationale.

Au jour d’aujourd’hui, le RNR est entre autres constitué de l’Union Nationale Démocratique (UND)… ; de la Convention pour une Entente Sociale de l’Action pour un Mouvement d’Emancipation ( CESAME) ; de la Convention pour la Défense des Droits de la Constitution ( CDDC .. ; du Groupe de Réflexion et d’Action Citoyenne pour la Paix  ( GRACP) ; de l’Association Pour le Protection de l’Environnement (APPE) ; du Mouvement des Jeunes Agriculteurs et Eleveurs (MJAE)  et du Regroupement des Indépendants pour le Changement (RIC).

Ces organisations luttent (formation,éducation,sensibilisation et mobilisation pour des actions citoyennes) pour la restauration de la République et la démocratie au Tchad. La porte reste ouverte pour l’adhésion d’autres mouvements.

Fait le 14 mai 2009.

 

Pour la Coordination du RNR

 

Le Professeur Balaam FACHO.

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 00:28

Journal d'un expatrié chinois

Tchad, le pays oublié ?

Imprimer • Article publié le : 14 mai 2009. Traduit du chinois par Jiajia WANG

Comme tout le monde le sait, il n’est pas facile de vivre en Afrique. C'est d'autant plus vrai dans l’ouest du continent, de surcroît pour des étrangers qui y travaillent pour la première fois. De tous les pays où j'ai pu vivre, c’est la vie amère mais aussi enrichissante du Tchad qui me vient d'abord à l'esprit.

Le Tchad se trouve aux confins du Sahara. Géographiquement et culturellement, il constitue un point de passage entre l’Afrique du Nord et l’Afrique noire. Il est sans doute un des berceaux de l’humanité. La capitale N'Djamena, mon premier port d'attache en Afrique, est le centre politique et économique du pays.

Ceci étant, toutes les routes de N'Djamena sont défoncées, à l'exception de l'artère goudronnée qui relie l’aéroport au centre ville et sur laquelle se trouve la « Maison Blanche » tchadienne. Les autres – toutes bourbeuses – ne ressemblent pas vraiment à des routes. C’est encore pire quand il pleut. Les bureaux de mon entreprise sont heureusement à proximité de cette artère salutaire. Il s'agit d'un bâtiment comportant trois étages, gris, sobre, simple. Mais cela suffit pour qu'il se distingue des maisons alentours, faites de terre et d'herbes. Il y a sept expatriés permanents dans notre bureau. En effet, ce bâtiment est multifonction : il est destiné non seulement au boulot, mais aussi au dodo !

Les coupures d'eau et d'électricité nous angoisse

Les coupures de courant et d’eau sont très fréquentes. En plus, elles ont toujours lieu simultanément, ce qui nous énerve et nous angoisse, notamment du fait du climat tropical. Nous prions tous les jours pour que la coupure du lendemain soit plus courte. Cependant, la plupart des Tchadiens n’ont même pas d’accès à l’électricité. J'ai une anecdote à ce sujet : le directeur du bureau avait offert comme cadeau à un ministre local un téléphone portable. Quelques jours plus tard, ce ministre a renvoyé le portable et nous a prié de charger la batterie pour lui !

Les matelas ont été achetés sur place mais la qualité est loin d’être satisfaisante. Ils sont tellement mous que nous nous enfonçons quand nous nous jetons dessus et laissons un grand trou à notre place le lendemain matin, comme si nous avions dormi par terre. Certains camarades qui ne supportent plus ces matelas ont fini par mettre une porte dessus, recouverte de draps et de couvertures. Beaucoup plus stable et confortable !

« Il cherche dans la poubelle la nourriture que nous avons jetée »

Nous avons notre propre cuisinier chinois. On l’appelle le chef XU. Mais les plats qu’il prépare ne sont pas terribles… Ce n’est pas par incompétence, mais parce qu’il a très peu de denrées alimentaires à sa disposition. Il n'y a pas de supermarchés chinois à N'Djamena, où l'on puisse se procurer des sauces nécessaires pour la cuisine chinoise typique. On n’a pas de choix : bœuf mijoté aux pommes de terre et aux tomates. En effet, le bœuf et le mouton ne sont pas chers alors que les légumes sont onéreux !

Le chef XU, un homme d'une quarantaine d'années, est une personne très agréable. Il nous dit que les conditions de travail se sont beaucoup améliorées. A son arrivée au Tchad, il y a cinq ans, il n’y avait ni d'accès internet ni télévision ni journal ! Le soir, comme il ne savait pas quoi faire, il s'enfermait dans sa chambre pour méditer. Maintenant, on a non seulement un accès internet, mais on capte aussi les chaînes chinoises comme CCTV 4 à la télévision.

Mon entreprise a employé un gardien tchadien. Il habite au rez-de-chaussée de la maison. Tous les soirs, il met un tapis dans la cour, s'agenouille et commence à prier. Mais on ne l’a jamais vu manger. Un jour, j’ai posé cette question à un camarade. Il m’a répondu : « lui, il cherche dans la poubelle la ‘nourriture’ que nous avons jetée. En principe, c’est lui qui trie les ‘ordures’ en premier, et puis il laisse le reste aux enfants des rues. » Mon camarade m’a raconté cette histoire de manière très calme, mais moi, j'étais choqué ! Parce que je me plains sans cesse des plats banals, mais j'ignore que la misère est à nos portes. Egalité ? S’ils avaient eu le choix, auraient-ils choisi une vie aussi humiliante ? Ils sont nés dans ce coin oublié, et ce n’est pas de leur faute. Mais alors, la faute à qui ?

Notre opérateur M est un des plus grands groupes internationaux dont le siège est basé en Europe. Leur PDG expatrié au Tchad est un Blanc d'origine européenne. Nos rencontres se tiennent souvent dans son bureau, dans un bâtiment sur deux étages. C’est un homme sérieux, scrupuleux, honnête mais aussi plein d’humour. Il a un parcours académique et professionnel assez remarquable. Il aurait pu trouver un emploi dont les conditions de travail sont meilleures qu’ici. Mais il a décidé de vivre à N'Djamena avec sa famille – son épouse et ses deux enfants. Peut-être la rémunération est-elle plus « alléchante », mais c’est un autre monde où il y a des conflits imprévus, des maladies mortelles. Serait-il au Tchad uniquement pour l’argent ?
Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 00:13

Tchad : l'échec apparent de l'offensive des rebelles ne marque pas la fin du conflit. Jean-Philippe Rémy (LE MONDE | 09.05.09)

Stoppée par les forces loyalistes, la percée des rebelles tchadiens a été bloquée dans les sables de l'est du pays sans parvenir à menacer la capitale, N'Djamena. Samedi 9 mai, après deux jours de combats avec les forces gouvernementales, les rebelles de l'Union des forces de la résistance (UFR) ont commencé à abandonner le terrain, dans l'est du Tchad, invoquant un "repli tactique". Partis du Soudan en colonnes de pick-up, lundi, ils n'avaient pénétré que d'une centaine de kilomètres en territoire tchadien avant d'être pratiquement encerclés, puis sévèrement frappés par une Armée nationale tchadienne (ANT) lourdement équipée de blindés et d'artillerie. Certains éléments de l'UFR faisaient déjà route, samedi, vers la frontière, essayant de repasser dans le pays voisin, où se situent leurs bases arrière. Ils laissent derrière eux des groupes de rebelles épars et, sur les champs de bataille des environs d'Am-Dam, à 100 kilomètres au sud d'Abéché, un amoncellement de corps, de véhicules calcinés et de prisonniers. Même si des incertitudes pèsent encore sur les intentions d'autres groupes rebelles de la coalition, qui n'ont pas participé aux combats, cette phase de l'offensive de l'UFR semble terminée.

Vendredi soir, le porte-parole du gouvernement tchadien, Mahamat Hissène, donnait un "bilan actualisé mais toujours provisoire" des pertes rebelles : 225 tués, 212 prisonniers et 220 pick-up (l'étalon de la force armée dans cette guerre de mouvement) capturés ou détruits. L'ANT n'aurait, selon lui, perdu que douze hommes. La rébellion n'avait pas encore, samedi matin, donné son propre bilan.Joint par téléphone à Khartoum, où des problèmes de santé l'ont retenu de participer à l'offensive, le colonel Adouma Hassaballah, l'un des principaux chefs rebelles, assurait néanmoins : "Nous nous sommes mis en retrait pour nous réorganiser. On va recompléter (les rangs) avec ceux qui sont restés dans les bases arrières et on réattaque ce soir."

De nombreux observateurs tablent sur la fin d'une bataille, une de plus dans la longue chaîne des affrontements par procuration que se livrent le Tchad et le Soudan depuis 2005. La grande offensive annuelle des rebelles tchadiens, si elle est effectivement finie, aura duré moins d'une semaine, et ne sera parvenue à régler aucun des problèmes qui nourrissent le conflit entre les deux pouvoirs voisins, frères ennemis dont l'aventure commune remonte à près de deux décennies.

Idriss Déby, le président tchadien, est arrivé au pouvoir en décembre 1990 à la tête d'une rébellion qui, déjà, partait du Soudan et bénéficiait de l'appui de Khartoum, mais aussi de celui de la Libye et de la France. Au Soudan, un coup d'Etat venait de porter au pouvoir une junte dirigée par le général Omar Al Bachir, dont les islamistes du Front national islamique tiraient les ficelles dans l'ombre. Des années durant, Idriss Déby a dû composer avec des agents soudanais dans son entourage, avant de s'en affranchir progressivement. Le Soudan, puis le Tchad, sont devenus des producteurs de pétrole (175 000 barils par jour pour le Tchad, environ 400 000 pour le Soudan), sans que le sort de leurs populations s'en trouve amélioré. Au contraire, les pétrodollars ont facilité l'organisation logistique des rébellions croisées qui allaient bientôt naître tandis qu'éclatait la guerre civile au Darfour. La frustration des élites et des habitants de cette région de l'ouest du Soudan s'est muée en lutte armée en 2003, déclenchant une campagne de répression orchestrée par le pouvoir soudanais qui pourrait avoir fait, au total, près de 200 000 victimes directes et indirectes.

Certains rebelles du Darfour bénéficiaient de complicités au sein du pouvoir tchadien, en raison de solidarités ethniques, familiales ou claniques transfrontalières. Le Soudan, par mesure de rétorsion, a accueilli les rebelles professionnels tchadiens et les mécontents du système Déby pour leur donner les moyens de se lancer à l'assaut du pouvoir à N'Djamena et mettre fin, par le vide, à l'appui aux Darfouriens.

Au total, près d'une vingtaine d'attaques du Tchad ont eu lieu depuis 2005. En février 2008, les rebelles sont arrivés jusqu'à N'Djamena. Ils y ont été défaits en raison de leurs divisions internes, de la puissance de feu des blindés tchadiens et de l'appui de la France. Pendant que l'un des chefs de la coalition essayait de prendre la radio nationale pour s'y déclarer président, les chars d'Idriss Déby et ses hélicoptères repoussaient les autres groupes armés qui étaient parvenus à quelques centaines de mètres du Palais rose, la présidence. Depuis, N'Djamena a été transformée en camp retranché. Un long fossé a été creusé autour de la ville, où ne subsistent que trois entrées fortement gardées. Des quartiers périphériques ont été détruits pour permettre à des blindés de manoeuvrer à l'intérieur de l'enceinte. La présidence a été protégée par une ceinture de blocs de béton en forme de créneaux, permettant à ses défenseurs de faire le coup de feu.

Dans la foulée, Khartoum était attaquée à son tour par les rebelles darfouriens du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), partis de leurs bases au Tchad, et dont le chef, Khalil Ibrahim, est un lointain parent par alliance du président Déby. Le JEM a renforcé ses troupes au cours des mois écoulés et projette de lancer d'autres attaques au Soudan depuis sa base d'Am-Djeress, dans le nord-est du Tchad. Selon plusieurs sources, N'Djamena envisage aussi de poursuivre les rebelles tchadiens en territoire soudanais. Khartoum doit faire face à une situation nouvelle avec le mandat d'arrêt lancé par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président Omar Al Bachir. Pour contrer la tentative d'obtenir une collaboration internationale qui permettrait son arrestation, le Soudan est contraint de chercher des soutiens.

Il en a trouvé auprès de l'Union africaine (UA). Pour préserver cet appui, Khartoum se trouve embarrassé par l'entretien de groupes rebelles sur son sol. Vendredi, l'UA a condamné "très fermement" les attaques des rebelles dans l'est du Tchad, son commissaire à la paix et à la sécurité, Ramtane Lamara, déclarant s'opposer à "tous les changements anticonstitutionnels de gouvernement et des actes de déstabilisation".

 

 


Paris continue de soutenir un régime tchadien de plus en plus isolé par Philippe Bernard avec Philippe Bolopion, à New York. (LE MONDE | 09.05.09)

 

La répétition des offensives rebelles n'est pas une nouveauté dans l'histoire du Tchad. L'actuel chef de l'Etat, Idriss Déby, a lui-même renversé son prédécesseur, Hissène Habré et conquis le pouvoir, en 1990, au terme d'une offensive sur N'Djamena menée avec l'appui de la France. Mais l'accélération du rythme de ces attaques, en soulignant l'instabilité et l'isolement persistants du pouvoir en place soutenu par Paris, met en lumière les faiblesses de la stratégie française à l'égard du Tchad. Pour l'heure, la France insiste sur la responsabilité de Khartoum dans l'offensive menée à partir du Soudan depuis le 4 mai. Le 8 mai, Paris s'est dit "préoccupé par cette violation de l'intégrité territoriale et de la souveraineté du Tchad" par les insurgés "appuyés" par le Soudan, "en violation des accords" signés par les deux voisins.

A New York, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une déclaration rédigée par la France, dans laquelle il "condamne les nouvelles incursions militaires dans l'est du Tchad par des groupes armés tchadiens venus de l'extérieur". La mention "venus de l'extérieur" désigne le Soudan, mais certains Etats, dont la Libye, n'ont pas souhaité que la déclaration le nomme explicitement. L'analyse française consiste à mettre en parallèle le conflit qui oppose Khartoum et les rébellions du Darfour (ouest du Soudan) soutenues par le Tchad, et celui qui oppose N'Djamena aux rebelles tchadiens soutenus par Khartoum. "Notre politique vise à appuyer le règlement de ces deux conflits", affirme un haut diplomate.

Des discussions sur le Darfour ont repris récemment à Doha (Qatar). Une avancée sur ce conflit soudano-soudanais faciliterait le déblocage sur l'autre front, tchado-tchadien, assure-t-on à Paris, où le dossier soudanais semble prioritaire. Mais, en attendant, la situation semble particulièrement enkystée au Tchad. Un accord signé à Syrte (Libye), en 2007, entre le gouvernement et les rebelles d'alors, n'a débouché sur aucun engagement politique. Quant à l'accord d'août 2007 entre le pouvoir et les partis politiques sur l'organisation d'élections, il a été mis à mal par la disparition jamais élucidée, en 2008, du principal porte-parole de l'opposition. La France, qui a volé au secours d'Idriss Déby en février 2008, n'a guère fait pression pour que le président tchadien accomplisse de réels gestes d'ouverture, a fortiori pour que s'ouvre une négociation politique avec les groupes armés.

Aujourd'hui, Paris se félicite de la signature récente d'un accord sur la future commission électorale. "Il faudra régler les problèmes entre Tchadiens, y compris les groupes armés", convient-on en soulignant que Khartoum, qui parraine ces derniers, y fait obstacle. "Cette situation résulte d'un blocage politique total", critique Bruno Angsthelm, chargé de mission au Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD), particulièrement impliqué au Tchad, mettant en cause une "inertie politico-diplomatique".

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 19:17

Mes frères et soeurs ,partout dans le monde aviez vous vu les images désolantes des victimes des atrocités des hommes politiques ( du nord) excusez moi sur l'emploi de ce terme sectaire; mais mon vocabulaire, ne me permet pas de trouver un autre mot.

Ces morts sont tous presque des adolescents et innoncents, aviez vous pensé  un seul moment à leurs familles qui comptaient sur eux;  rien que pour satisfaire vos calculs: postes ministeriels ;directions d'entreprises,et que sais-je encore encore.

 Depuis le FROLINAT  ,tous unis vous aviez combattu l'injustice par rapport à l' homme du sud, et maintenant, qu'est ce qu'on voit ,votre incapacité de se réunir et gérer ce pays dans la paix et la quiétude;  tous ces  hommes qui ont cette responsabilité, ont frequenté ensemble le lycée d'Abeché,soit le lycée de Biltine ou d'Ati; dites moi  vous a- t- on enseigné la violence et la barbarie ,je pense que non! On ne rèsoud pas un probléme politique par la violence, laissez votre orgueuil qui n'a aucun sens et pensez à la paix de ce pays; mettez vous autour d'une table de paix appelée(ambenatna) qui sera sous le gide de ceux qui aiment la paix dans ce bas monde.

Ce n'est pas une faiblesse mais cela s'appellera de la bravoure ,de la grandeur, de la valeur et j'en passe;pour l'amour  de ce pays cessez ces querelles intestines ; nous ; femmes tchadiennes, avions  payé le prix  et quel prix ,je vous dirai, le plus cher; je n'entrerai pas dans le détail, mais je vous dirai simplement,  que je ne suis pas partisane de la loi de talion ; parce que si on l'applique on sera tous aveugles et édentés;mais, moi je m'en remets à la volonté et à la justice divine pour trancher  le tort  causé aux victmes de l'arbitraire et de l'impunité au Tchad.

A suivre merci de publier cet article

Hababa Acyl
Contact: babacyl@yahoo.fr

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 09:38
Tchad : Paris appelle les rebelles tchadiens à déposer les armes

Tchad - Les groupes rebelles tchadiens doivent déposer les armes et engager le dialogue avec les autorités du pays, a déclaré lundi à Paris, le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, Frédéric Desagneaux.



Tchad : Paris appelle les rebelles tchadiens à déposer les armes
Tchad - Les groupes rebelles tchadiens doivent déposer les armes et engager le dialogue avec les autorités du pays, a déclaré lundi à Paris, le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, Frédéric Desagneaux.

«Les groupes rebelles doivent engager le dialogue avec les autorités tchadiennes dans le cadre de l'accord de Syrte du 25 octobre 2007 afin de rejoindre l'opposition politique comme l'accord du 13 août les y encourage», a-t-il dit au cours d'un point de presse.

«La France et l'Union européenne soutiennent cet accord depuis sa signature, à travers le Comité de suivi qui a été institué. Ce processus doit déboucher sur les élections législatives de 2010», a ajouté M. Desagneaux.

Il a souhaité un consensus entre les Tchadiens pour la mise en place d'une Commission électorale indépendante (CENI) et l'adoption d'un nouveau code électoral.

«Plus que jamais, l'accord politique du 13 août en vue du renforcement du processus démocratique constitue le cadre de référence sur lequel repose le dialogue politique tchadien», a déclaré M. Desagneaux.

NDLR. Oui pour le dialogue, mais non sur la base de l'accord du 13 août 2007 ni sur celui de Syrte qui ont été vidés de leur contenu par le régime de Ndjamena. Allons sur d'autres bases de négaociation.
Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 17:31

  

 Pour la Réconciliation, la Vérité et le Changement

 

C’est un impératif patriotique, une exigence éthique, un objectif cardinal :

 

Aller ensemble vers un  Rassemblement National Républicain pour le Tchad

 

 

 

Mise au point du Rassemblement National Républicain R.N.R

sur les combats de début mai 2009

 

 

Chères sœurs tchadiennes ; Chers frères tchadiens ; peuples frères d’Afrique et amis de notre pays dans le monde, le Tchad notre pays vit à nouveau un épisode sanglant depuis le début de ce mois de mai 2009.

 

Des affrontements meurtriers s’y déroulent avec pour douloureuses conséquences d’incalculables pertes humaines et d’éclatement de la cohésion nationale.

 

Cet énième état tragique confirme la profonde et inconciliable rupture entre la population tchadienne et le pouvoir de Deby notamment sur sa nature, ses pratiques et les méthodes anachroniques de gestion de notre pays depuis près de vingt ans.

 

La récurrence de l’insurrection armée n’est que la résultante logique de l’exaspération quasi-générale des populations qui sont prises en otage dans nos villes et nos campagnes.

 

Face à cette situation particulièrement dangereuse, nous, le RNR, affirmons que, de quelque bord que l’on soit, on ne doit pas se réjouir de la mort de nos concitoyens à l’instar du pouvoir de Deby qui exulte devant le massacre des insurgés tchadiens.

 

Ainsi, au nom de l’opposition républicaine, civile et démocratique nous appelons :

  • à la cessation des hostilités et à l’ouverture d’un dialogue politique ;

  • au départ de Monsieur Deby qui n’est plus en mesure d’assurer ni la paix civile, ni la cohésion nationale.

 

Fait en Ile-De-France, le 10 mai 2009

Pour la Coordination du Rassemblement Nationale Républicain

R.N.R

Le professeur Facho BALAAM

 

 

         

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 11:50
 

 

Période

Caractéristique et repères

Régime politique

Et le sens de l’Etat

 

 

 

1990 – 1992

 

 

 

  • Prise de pouvoir (coup d’Etat militaire) ;

  • Promesses politiques (démocratie, libertés…) ;

  • Affirmation vive les fractions armées venant du maquis ;

  • Deby = Caporal Chef

  • Citoyen tchadien = individu, personne.

 

Aristocratie militaire

 

  • Etat = Armée.

 

  • Forte confusion de la res publica

 

 

 

 

 

1993 – 1996

 

 

 

  • Multipartisme ;

  • Affirmation du Peuple tchadien (Conférence Nationale Souveraine, Référendum constitutionnel, présidentiables et députations truquées ;

  • Relative satisfaction politique du Peuple ;

  • Deby = Dirigeant

  • Citoyen tchadien = citoyen.

 

 

Démocratie militaire

 

 

  • Etat + ou - = Peuple

 

 

 

1997 - 2004

 

 

 

  • Multipartisme de façade ;

  • Fraudes électorales massives ;

  • Dysfonctionnement généralisé des institutions ;

  • Contestations populaires matées dans le sang ;

  • Deby = Emir ou monarque

  • Citoyen tchadien = habitant.

 

Monarchie clanique

 

 

  • Etat = clan zagkawa

 

 

 

2005

à nos jours

 

 

 

  • Multipartisme = griotisme ;

  • Confiscation du pouvoir (modification de la Constitution) ;

  • Déception de la majorité populaire (grèves, coups d’Etat manqués, rebellions, désertions massives dans l’armée…) ;

  • Deby = Tyrannosaure

  • Citoyen tchadien = sujet, esclave, otage.

 

Tyrannie familiale

 

  • Etat = famille Itno ;

  • Etat = propriété privée, c’est l’Itnocratie ;

  • Avec dérive totalitaire.

Réf. Joseph Kobo (jokobo@yahoo.fr).

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 10:03

Tchad : les rebelles repartent à la conquête de N’Djamena.  par Stéphane Ballong/   7 mai 2009,

Les premiers combats terrestres ont eu lieu près d’Am Dam, à 700 km de la capitale. Trois jours après l’incursion des rebelles dans l’est du Tchad, les premiers combats au sol avec l’armée régulière ont eu lieu jeudi matin dans l’est du pays. Chacune des deux parties revendique la victoire dans cette bataille. La France a appelé le Conseil de sécurité de l’Onu à condamner « fermement » cette offensive des rebelles. Une attaque menée depuis le Soudan au lendemain de la signature d’un accord de paix entre les deux pays

Rebelles et forces loyalistes se sont affrontés, ce jeudi au nord de la localité de Goz Beïda, pour la première fois depuis l’incursion des rebelles de l’Union des forces de la résistance (UFR) le 4 mai. Difficile, pour l’heure, de dire laquelle des deux parties a gagné ces combats. Si les deux camps confirment la tenue de « violents combats », ils affirment chacun les avoir remportés. « L’armée est aux trousses des rebelles », qui se replient vers le Soudan, a indiqué Mahamat Hissène, le porte-parole du gouvernement tchadien, joint par Afrik.com. Celui-ci a précisé que les combats se sont déroulés à Am-Deressa, à 10 km au sud d’Am-Dam (à près de 700 km de la capitale N’Djamena).

« Les combats ont été violents et ont duré des heures », confirme Abderaman Koulamallah, le porte-parole de l’Union des forces de la résistance (UFR), qui réunit neuf groupes rebelles. Ils affirment, contrairement au ministre, que la victoire leur est revenue. « Les troupes gouvernementales sont en totale débandade. Nous sommes plus de 1 000 véhicules », déclare-t-il. « Nous occupons totalement Am-Dam. L’objectif reste N’Djamena ». « L’armée est en mesure de faire face à la situation », affirme N’Djamena

La guerre de la communication bat son plein. A N’Djamena où la situation est calme, les citoyens vaquent tranquillement à leurs occupations. Interrogés par Afrik.com certains d’entre eux pensent que la vraie bataille se jouera à Mongo, une ville située au centre du pays et dont la prise faciliterait l’accès à la capitale. Mais Mahamat Hissène, le porte-parole du gouvernement, affirme que les rebelles n’y parviendront pas. « Nous y avons ouvert une nouvelle ligne de défense », indique-t-il. Avant Mongo, ajoute-t-il, se trouve une autre ligne de défense. D’après M. Hissène, les rebelles ont été mis en déroute, avant même d’avoir atteint cette dernière.

Pourtant, les rebelles affirment qu’ils progressent et que tout se déroule comme ils l’avaient prévu. Ils ont fait parvenir un message électronique à l’AFP. En février 2008, ils avaient traversé le pays d’Est en Ouest avant d’échouer à N’djamena aux portes de la présidence, face aux hommes restés fidèles au président Idriss Deby. Celui-ci aurait alors reçu le soutien des troupes françaises. Ce que dément le ministre tchadien. « Des amis nous avaient fourni du matériel. Mais ce sont nos hommes qui ont fait le travail sur le terrain », affirme-t-il, excluant toute répétition du scénario de l’année dernière. « Pour le moment nous sommes en mesure de faire face à la situation. Nous avons une légère armée aérienne qui nous permet de localiser les rebelles et de les contenir ». Selon le quotidien français Libération, les rebelles seraient regroupés en « trois à quatre colonnes », circuleraient à bord de quelque 400 pick-up, disposeraient d’armes flambant neuves et de moyens de transmission cryptés, fabriqués en Chine. « Ils seraient également équipés d’armes anti-aériennes, un atout qui inquiète beaucoup de monde au Tchad », écrit le journal.

Mercredi, à Paris, le chef de la diplomatie tchadienne, Moussa Faki Mahamat a rencontré son homologue français, Bernard Kouchner. Les deux hommes ont discuté de l’offensive rebelle. Les deux ministres auraient échangé sur des actions diplomatiques à mener pour faire face à la situation. Des accords militaires lient la France et le Tchad. Ils concernent l’aide logistique et la fourniture de renseignements à N’Djamena. La France a demandé à ce que le Conseil de sécurité de l’Onu « condamne fermement » cette offensive des rebelles dans l’est du Tchad. Une attaque qui aurait été menée depuis le Soudan.


Intenses batailles dans l’est du Tchad parJean-Philippe Rémy LE MONDE | 08.05.09

 Loin des yeux, loin des villes, une bataille décisive est en cours au Tchad. Depuis quatre jours, des rebelles tchadiens de l'Union des forces de la résistance (UFR) déployaient leurs colonnes dans l'est du pays, après avoir quitté leurs bases arrière du Soudan voisin. Vendredi 8 mai, les forces gouvernementales, qui attendaient cette offensive depuis plusieurs mois, les affrontaient pour la deuxième journée consécutive.

La veille, la première confrontation a eu lieu non loin d'Am Dam, à une centaine de kilomètres au sud d'Abéché, la grande ville de l'Est tchadien. D'après une source rebelle jointe par téléphone satellite, lors d'une communication très brève pour "éviter les interceptions", elle a été "dure et violente". En trois vagues successives, 7 000 à 8 000 soldats loyalistes de l'armée nationale tchadienne (ANT) se sont lancés à l'attaque d'une colonne rebelle forte d'environ 4 000 hommes. L'ANT avait reçu d'importants renforts matériels dans la perspective de cette opération.

Depuis la garnison de Mongo, verrou installé dans le centre du pays, l'ANT a fait route avec des orgues de Staline, des blindés et de l'artillerie de campagne. Avant l'attaque au sol, des hélicoptères d'attaque Mi-24 loyalistes, pilotés par des équipages étrangers, avaient bombardé les forces de l'UFR, très visibles dans cette région semi-aride malgré le mauvais temps.

Au bout de plusieurs heures, les combats ont cessé, mais leur violence est indéniable. "Les attaques ont été repoussées avec pas mal de casse. Mais ce n'est pas fini. Les combats ont repris depuis ce matin à 7 heures", expliquait au téléphone, vendredi matin, Acheikh Ibn Oumar, représentant de l'UFR en Europe. Il ajoute que les attaques des soldats loyalistes, la veille, se sont brisées sur les positions rebelles et qu'ils se seraient en partie "repliés en désordre vers Abéché, Am Timan et Mongo", alors que "trois chars ont été pris, des centaines de véhicules Toyota détruits"Les troupes gouvernementales ayant reçu des renforts, le second choc implique plus d'une dizaine de milliers d'hommes, fonçant à l'assaut à bord de pick-up en cherchant la confrontation directe et ouvrant le feu au lance-roquettes sur des véhicules bourrés de munitions et d'essence. "Par rapport à nos traditions, ce n'est pas disproportionné", commente M.Ibn Oumar, ancien combattant des guerres tchadiennes.
L'issue de la bataille, encore incertaine, devrait déterminer si l'aventure rebelle est stoppée net ou se poursuit. "Ça passe ou ça casse", affirme une source proche de la rébellion. Selon un communiqué de l'ANT, l'UFR aurait perdu 125 hommes plus 152 prisonniers.

La France, soutien traditionnel du président tchadien Idriss Déby, a condamné l'attaque rebelle. Les Etats-Unis ont appelé le Soudan à "désarmer et démobiliser tous les rebelles tchadiens présents sur son territoire"

 

Nouveaux combats au Tchad : qui destabilise qui ? Par Abdou Karim Sawadogo | L'Observateur Paalga. Ouagadougou| 08/05/2009 )

Une nouvelle fois, des rebelles tchadiens de l'Union des forces pour la résistance (UFR) sont rentrés dans l'Est du Tchad depuis le Soudan. 400 véhicules divisés en deux colonnes, avec la capitale tchadienne N'Djamena pour « objectif final ». Cette offensive des rebelles est d'autant plus surprenante que l'encre ayant servi à signer le nième et nouvel accord de paix entre les deux pays voisins n'a pas encore séché. Pas plus tard que le dimanche 3 mai, les deux Etats se sont engagés à ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures de l'autre et à ne pas soutenir de groupes rebelles hostiles au vis-à-vis.

Cet engagement était important, dans la mesure où Khartoum et N'Djamena se regardaient en chiens de faïence et s'accusaient réciproquement de tentatives de destabilisation par groupes armés interposés. Signé à Doha sous les auspices de l'Emir du Qatar, du leader libyen Mouammar Kadhafi, et de l'Union africaine, cet énième accord devait, même si on ne se faisait pas trop d'illusion sur sa solidité, tenir en bride, au moins pour quelque temps, les velléités destabilisatrices des deux camps. Mais, hélas, il n'a tenu qu'à peine 48h et a donné la preuve, s'il en fallait encore, qu'Idriss Itno Deby et Omar El-Béchir se donnent des baisers de Juda pour mieux s'étrangler. Avec le mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale qui lui pend au nez, on s'attendait à ce que le dirigeant de Karthoum se résolve à étendre le cercle de ses amitiés en commençant par ses voisins. Avec les relations excécrables qu'entretiennent les deux souverains, il est évident que la normalisation des relations soudano-tchadiennes n'est pas pour demain, car, dans nos pays à démocratie bananière, où les institutions n'existent que par simple formalité, les relations entre les peuples voisins sont on ne peut plus conditionnées à l'humeur de leurs dirigeants.

C'est justement ce genre de conflits inutiles qui mettent nos Etats en retard sur le chemin du développement. A force de s'obnubiler à destabiliser l'autre tout en se donnant les moyens de sa protection, seuls comptent les armes, les mercenaires et tout ce qui s'en suit. Dans ce duel Deby/Béchir par maquisards interposés, les seuls perdants sont leurs peuples.

Le premier, qui a failli perdre le pouvoir en juin 2008 par suite de l'entrée des rebelles à N'Djamena, n'entend plus se laisser surprendre. Avec l'argent du pétrole, il s'est réarmé jusqu'aux dents et, mieux, a réorganisé son armée de telle sorte que « l'objectif final » de ses ennemis ne sera pas une partie de plaisir. La France, qui a volé à son secours l'an dernier, ne restera certainement pas les mains croisées en cas d'imminence de la chute de son allié. Elle vient d'ailleurs de hausser le ton en demandant la condamnation ferme de l'attaque par le Conseil de sécurité de l'ONU. Si Itno arrive à repousser l'offensive, comme il le promet, il ne manquera pas de reprendre des forces et de répondre, à la manière du berger à la bergère, en actionnant, lui à son tour, son réseau au Darfour. Les conditions sont donc réunies pour que cette région fasse un pas vers le précipice. Sa richesse en or noir n'aura, en rien, servi à son développement. Elle est peut-être victime de ses richesses comme bien d'autres sur le continent, et les responsables de ce chaos ne sont pas qu'Africains


L'Union des forces de la résistance (UFR) est une alliance de mouvements rebelles tchadiens, regroupant l'Union démocratique pour le changement (UDC) d'Abderaman Koulamallah, le Front pour le salut de la République (FSR) de Ahmat Hassaballah Soubiane, le Rassemblement des forces pour le changement (RFC) de Timan Erdimi, l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD) du général Mahamat Nouri, l'Union des forces pour le changement et la démocratie (UFCD) de Adoum Hassabalah, l'Union des Forces pour la démocratie et le développement-Fondamentale (UFDD-F) d'Abdelwahid Aboud Makkaye, le Conseil démocratique Révolutionnaire (CDR) d'Albadour Acyl Ahmat Achabach et le Front populaire pour la renaissance nationale (FPRN) d'Adoum Yacoub Koukou. Cette alliance a été signée à la mi-janvier 2009 à Hadjer Marfain, localité du Soudan (Darfour) à la frontière du Tchad.

Les mouvements ont désigné le 24 janvier 2009 Timan Erdimi, neveu du président Idriss Déby, président de cette alliance. Quelques heures après cette nomination, la sœur ainée d'Erdimi est assassinée dans la capitale.

Adouma Hassaballah Djadarab est le premier vice-président du mouvement, Abdelwahid Aboud Makkaye le deuxième vice-président, le secrétaire général est Abakar Tollimi, le délégué aux armées Adoum Yacoub Koukou et le délégué à la communication - porte-parole est Abderaman Koulamallah
Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 09:31

Informations générales, anniversaire, commémoration, journées mondiales …

le 3 mai : journée mondiale de la liberté de la presse

du samedi 9 au 24 mai : 9ème édition de la Quinzaine du Commerce Equitable - Voir http://www.quinzaine-commerce-equitable.fr/ de la Plate-Forme pour le Commerce Equitable (PFCE) La Plate Forme pour le Commerce Equitable (PFCE) et ses membres lancent le site national de la Quinzaine du Commerce Equitable. http://www.quinzaine-commerce-equitable.fr Paris, le 9 février 2009 Dans le contexte actuel de crise économique, les français s’interrogent sur leurs attitudes et leurs modes de consommation. Le commerce équitable propose un modèle alternatif de consommation en favorisant aussi bien le producteur que le consommateur averti. La Quinzaine du Commerce Equitable est alors une période clef pour transmettre des messages fort au grand public sur l’évolution du commerce équitable et les pratiques d’achat responsable à adopter. Depuis 2001, la Plate Forme pour le Commerce Equitable initie la Quinzaine du Commerce Equitable. Les 8 premières éditions de la Quinzaine du Commerce Equitable ont permis d’atteindre un taux de notoriété de 82% en 2008 (contre 9% en 2000)[1]. Cette année sera déterminante pour susciter l’attention des consommateurs, citoyens et médias sur les enjeux du commerce équitable. Pour marquer ce temps fort, la PFCE développe un projet d’envergure pour répondre à une demande d’information grandissante du grand public et de la presse sur les évènements organisés lors de la Quinzaine du Commerce Equitable. Le site national de la Quinzaine du Commerce Equitable recense tous les évènements organisés par les membres de la PFCE, leurs réseaux et leurs partenaires sur tout le territoire français. Ce nouveau site Internet se veut pratique et pérenne, chaque nouvelle édition de la Quinzaine du Commerce Equitable viendra enrichir cet agenda exhaustif en ligne. Un espace presse est disponible pour répondre à la demande insistante de visibilité les évènements organisés durant la Quinzaine du Commerce équitable (QCE). Dans cet espace, les professionnels de la presse peuvent télécharger librement les communiqués de presse postés par nos membres, leurs réseaux et leurs partenaires. Des ressources vidéos et iconographiques sont également à disposition. La Plate-forme pour le Commerce Equitable regroupe 39 organisations spécialisées en commerce équitable. Plus d’informations sur le site : www.commercequitable.org. N’hésitez plus à visiter notre site national : www.quinzaine-commerce-equitable.fr La PFCE reste à votre disposition pour toutes informations complémentaires et vous invite à diffuser ce communiqué de presse ainsi qu’à participer à la promotion de ce site national de la Quinzaine du Commerce équitable. Cordialement, PJ : Flyers de présentation du site. Anne Delétoille, responsable communication PFCE- Plate-Forme pour le Commerce Equitable 61, rue de la Chapelle - Boîte n° 4 - 75018 PARIS Tel: 01 42 09 05 73 Mail: plate-forme@commercequitable.org Site: www.commercequitable.org

le 9 mai : Journée de l’Europe.

le 10 mai : en 1994 Nelson Mandela devient le premier Président noir d'Afrique du Sud

le 17 mai : en 1954 la cours suprème des Etats Unis proclame l'égalité des blancs et des noirs à l'école

le 20 mai Fête nationale du Cameroun

le 22 mai : Fête nationale du Yémen

le 22 mai : journée internationale de la diversité biologique

le 24 mai : Fête de l'indépendance de l'Erythrée

le 28 mai : Comémoration de la chute du Dergue (Ethiopie)

Actions situées à Paris (75)

jusqu’au 12 juillet 2009 : Tous les jours sauf mardi de 11h à 19h : Exposition Femmes dans les arts d'Afrique montre, à travers quelque cent cinquante œuvres, la grande diversité des représentations féminines portées par la statuaire, les masques et les insignes de dignité. - Tarif 6€ et réduction, Entrée libre pour les membres de l’association "Les Amis du musée Dapper", les étudiants, les moins de 18 ans et le dernier mercredi du mois - Lieu : Musé Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è, M° Victor Hugo - Rens. 01 45 00 91 75, 01 45 00 07 48, 01 45 02 16 02 communication@dapper.com.fr www.dapper.com.fr

jusqu’au 13 mai Tlj sauf lundi 14h30 à 18h30 : Exposition Ethiopie, Erythrée, Corne Orientale d’Afrique : des années 1930, textes & trésors photographiques. Plus de 300 documents inconnus, dont la collection complète de deux albums d’exploration italienne récemment découverts, journaux de presse, objets ethniques, etc… Ainsi qu’un dossier exceptionnel avec les maquettes des stèles d’Axum. Un singulier regard sur les années 30 et 37 et sur la vie du Négus Hailé Sélassié. Lieu : Espace Reine de Saba , 30 rue Pradier, Paris 19è. - Rens. 01 43 57 93 92 reinedesaba2@orange.fr www.espacereinedesaba.org

jusqu'au 5 juin du mardi au samedi de 1éh à 19h : Exposition des "Oeuvres Récentes" de Soly Cissé : Porte-drapeau de la nouvelle génération des artistes contemporains du Sénégal, Soly Cissé présente une mythologie où se côtoient des formes animales ou humaines, êtres improbables: corps emmêlés, masques mortuaires, animaux hybrides. Epopée cruelle et joyeuse, cette exposition mêle vie et tragédie, en une oeuvre puissante et salvatrice, face aux désatres actuels (la peste en 1500 chez Bruegel, les épidémies et la misère en Afrique aujourd'hui chez Soly Cissé). Lieu : Galerie des Arts Derniers, 28 rue St Gilles, Paris 3è - Rens 01 44 49 95 70 museedesartsderniers@wanadoo.fr http://www.art-z.net

jusqu'au 28 juin de 11h à 19h mardi, mercredi et dimanche, de 11h à 21h jeudi, vendredi et samedi. : Exposition : Le Siècle du Jazz, La nouvelle exposition Le siècle du Jazz invite à voir le jazz comme l'un des événements artistiques majeurs du XXè siècle, au même titre que le cinéma ou le rock. Billet Expositions temporaires : 7€ / 5€, Billet Jumelé : 10€ / 7€ - Lieu : Musée du quai Branly, 37 quai Branly, Paris 7è, RER C Pont de l’Alma / M° Alma-Marceau / - Rens. 01 56 61 70 00 contact@quaibrany.fr http://www.quaibranly.fr

jusqu'au 19 juillet 2009 : Exposition "Planète métisse : To mix or not to mix" Rendant compte du contact des peuples et des traditions, de la coexistence d'identités mélangées, la notion de métissage traduit une manière de concevoir les rapports entre altérités. Cette exposition sur les objets et les arts métis met en valeur la richesse des productions artistiques issues du métissage des manières de faire et de croire, de créer et de concevoir. Lieu : Musée du quai Branly, 37 quai Branly, Paris 7è - Rens. 01 56 61 70 00 www.quaibranly.fr

jusqu'au lundi 25 mai : les dimanches à 17h, samedi et lundi à 21h (relâche exceptionnelle le 11 mai) : One man show "Mamane malmène les mots" Léger, jamais moralisateur ni plaintif, ce « one-mamane-show » en est d'autant plus percutant. Tarif 15€ - Lieu : Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon 75018 Paris 18è, M° Chateau Rouge / Marcadet Poissoniers - Réservations: 01 42 52 09 14 ou resa@rueleon.net www.rueleon.net www.dailymotion.com/mamanehumoriste http://www.myspace.com/mamanehumoriste

lundi 4 mai à 20h : Théâtre : Marie-Thérèse Barnabé, Négresse de France! par Souria Adèle. La grande qualité de l'auteur-comédienne, qui interpelle sans cesse la salle, est d'évoquer, par le biais d'un humour ravageur, de nombreux sujets tantôt légers tantôt sérieux. On passe du défrisage à la polygamie, de l'intégration à la fidélité qui n'est que “un manque d'occasions”, de la beauté noire aux sans-papiers ou encore de la recette du jambon à la chablisienne à l'égalité, “le vrai métissage, c'est le partage du pouvoir”. A travers Marie-Thérèse, c'est aussi la vie d'une femme noire en France des années 60 à nos jours qui est racontée - lieu : Cafe de la gare 41 rue du Temple, Paris 4è, M° Hotel de Ville - Rens : 06 60 67 07 76 ciemanlala@hotmail.com - Location 01 42 78 52 51

jusqu'au 17 mai, du mardi au samedi de 10h30 à 14h30 et de 15h30 à 20h et le dimanche de 9h30 à 14h à l'exposition "Echo-couleurs", organisé par Eco-tribu une association de créateurs éthiques et solidaires - Toubab paris sera présent - Lieu boutique TEMOA au 75 rue Oberkampf, Paris 11è M° Parmentier ou Oberkampf - Contact : 01 43 57 63 03 temoa.boutique@temoa.fr www.temoa.fr ou Ecotribu http://ecotribu.wordpresse.com http://ecotribu.wordpress.com

jeudi 7 mai à 19h : Soirée hommage à Suzanne Césaire À l'occasion de la parution du recueil Le Grand Camouflage, sous la direction de Daniel Maximin (Éditions du Seuil, mai 2009) Un bel hommage à Suzanne Césaire, épouse d’Aimé Césaire et flamboyant symbole de la génération de Tropiques, qui ouvrit une époque de grande maturation politique et culturelle aux Antilles. Une voix singulière d’une grande lucidité, d’une grande exigence et d’une grande liberté. Rencontre avec Daniel Maximin. Lecture d'extraits de textes par les comédiens Léonie Simaga et Paul Borne - Entrée libre - Lieu : Musé Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è, M° Victor Hugo - Rens. 01 45 00 91 75, communication@dapper.com.fr www.dapper.com.fr

vendredi 8 mai à 20h30 : Gospel : Lieu Eglise St Germain des Près, Place Saint Germain 75006 Paris 6è, M° Saint Germain des Près - Réservation : 01 43 14 08 10, 06 07 08 55 56 http://www.gospeldream.com

samedi 9 mai de 14h à 19h : Colloque "Présence de Frantz Fanon, une pensé en acte" organisé par l' Association de Culture Berbère avec le soutien du Cercle Frantz Fanon de Paris : Né Antillais et mort Algérien, Frantz Fanon illustre par son déplacement physique déjà la continuité dialectique de son appartenance au monde des opprimés et son combat pour y mettre fin. Ayant ouvert les yeux sur la discrimination raciale, il combattra très vite le racisme dans l'engagement contre le nazisme avant de rejoindre, en Algérie, le FLN qu'il servira en tant que militant et en tant qu'intellectuel anticolonialiste. Sa pensée comme ses actes de psychiatre, d'écrivain, éclairent sans doute plus que jamais les désordres et les violences du monde d'aujourd'hui. Ses mises en garde aux pays colonisés en voie d'indépendance se sont révélées prophétiques. Ses réflexions sur la folie, le racisme, et sur un universalisme confisqué par les puissants, à peine audibles en son temps, ne cessent de nous atteindre et de nous concerner. Aujourd'hui, plus que jamais, ses observations psychiatriques et politiques sur les mécanismes de l'aliénation - dans tous les registres de l'humain - continuent d'alimenter la réflexion et les combats, à la lumière d'une actualité convulsive. - Lieu : Salle de la CFDT / 2 Boulevard de La Villette Paris 19e, M° Belleville - Rens. cerclefanonparis@hotmail.com Réservation 01 43 58 23 25

chaque samedi de 14 à 18h : Enseignement interdisciplinaire annuel sur L’unité culturelle de l’aire bantu (traditions et savoirs scientifiques construits à partir de la langue kikongo) - Hommage spécial au Professeur Théophile OBENGA, Premier Directeur Général du Centre International des civilisations Bantoues (CICIBA), à Maître Raphaël BATSIKAMA, Erudit dans les traditions africaines dont les travaux seront largement cités, thématisés et diffusés - Thèmes : Introduction à l’étude de l’unité culturelle de l’aire bantu - La culture et l’histoire selon les traditions bantoues - Vilu-vilu ou conceptiologie africaine : une science de la vision africaine du monde par Mawete Makisosila du Laboratoire d’anthropologie de la renaissance africaine - Lieu Open ressources Alternord, 29 rue de Bellefond, Paris 9è, M° Cadet - Contact et inscription Sébastien Matondo : 01 48 74 48 06 - Mawete Makisosila : 06 84 46 21 46 Armand Mavinga Tsafunenga : 06 20 46 00 64 - Pierre Kama : 06 19 54 61 79

dimanche 10 mai de 11h : Journée annuelle des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions - à 11h lecture D’une sélection de textes par les comédiens Gaetan Noussouglo et Lima Fabien - à 12h45 projection de film Le Courage des autres, film de Christian Richard, Burkina Faso – France, 1982 (92 minutes). Avec Sotigui Kouyaté, Baba Kouyaté, Amadou Banou. - à 14h30 table Ronde Sur le thème « Les révoltes d’esclaves et le rôle des femmes dans les mouvements de résistance », animée par Bernard Müller. En présence de Myriam Cottias, Lima Fabien, Gaetan Noussouglo, Christian Richard, Françoise Vergès et Clémence Zonon - à 16h rencontre de lecture avec François Bourgeon : « Les passagers du vent » avec Clémence Avognon-Zonon, maire adjointe de Fontenay sous Bois , François Bourgeon, auteur de « Les Passagers du vent », dont trois sur le thème de l’esclavage, aux Ed.12bis , Myriam Cottias, Historienne, Lima Fabien, Comédienne, chanteuse, metteur en scène. Bernard Müller, Chercheur, Gaetan Noussouglo, Comédien et metteur en scène, vivant en France et au Togo. Christian Richard , Metteur en scène du film « Le Courage des Autres » en 1982/1983: Grands prix aux festivals d'Amiens et de Mannheim Françoise Vergès , Historienne, présidente du Comité pour la Mémoire de l’Esclavage. Lieu : Musée du quai Branly, 37 quai Branly, Paris 7è - Rens. 01 56 61 70 00 azoclemence@msn.com contact@quaibrany.fr http://www.quaibranly.fr

dimanche 10 mai de 12h à 18h : Déjeuner de Bienfaisance Sous le Haut Patronnage de Son Excellence l’Ambassadeur de la République Unie de Tanzanie en France M. Hassan Omar Gumbo Kibelloh , - Présentation du projet Renov'Afrika par Mme Nguea mandengue, Présidente d’Afrikafirst, Exposition - vente d’objets d’art au bénéfice de l’association Photographe : Nora H, Sculpteurs : Pierre Mitsieno, Inoussa Daouda et Animation par les Sky Singers, groupe de Gospel - En participant à ce Déjeuner, vous soutenez la réalisation de 10 projets de rénovation urbaine en Afrique lauréats du Concours d’Architecture et d’Urbanisme Renov'Afrika . Parce que la problématique de bidonvilles doit devenir une cause mondiale ; Parce que aujourd’hui le fait urbain en Afrique est trop important pour être ignoré ; Parce que face aux enjeux mondiaux de l’environnement, il faut trouver des solutions adaptées/durables aux problématiques urbaines ; - Tarif 110€ - Lieu : Chalet des Iles Daumesnil - Ile de Reuilly, Bois de Vincennes-Paris 12ème - Réservation: 06.07.17.63.03 06.78.52.63.46 nguea.solange@hotmail.com contact@afrikafirst.org www.afrikafirst.org ou 01.43.07.00.10 - www.lechaletdesiles.com

dimanche 10 mai à 14h : Rassemblement contre le racisme et pour la liberté organisé par les amis du général Dumas et les Afro-Créoles de France - Héros de la Révolution française, Premier général afro-antillais de l'histoire de l'Occident père de l'écrivain français le plus lu dans le monde. Le seul général de l'histoire de France depuis 1802 qui n'ait pas eu la Légion d'honneur - Lieu Place du général Catroux, Paris 17è, M° Malesherbes, devant le monument au général Dumas, né esclave à Jérémie (Haïti) mort libre à Villiers-Cotterêt dans le département de l'Aisne - contact@general-dumas.com http://www.claude-ribbe.com

dimanche 10 mai à partir de 14h : Marche pour la Commémoration de la déportation des Filles et Fils d' Africains et de Leur Mise en Esclavage - Marche de La Place de La République à la Place de La Nation pour la Réparations de ce crime contre l’Humanité, Pour que les descendants des victimes prennent pleine part à la rédaction des manuels scolaires portant sur la traite négrière transatlantique, Pour que les archives relatives à cette période tragique, soient enfin accessibles.«Un peuple Digne, ne peut exister sans Mémoire» Contact 06 22 24 90 65 frcarpentier2000@yahoo.fr

lundi 11 mai à 11h : Conférence de presse de présentation du Rapport "Perspectives économiques en Afrique 2009"- "L'édition 2009 des Perspectives économiques en Afrique (PEA), est le fruit du travail conjoint du Centre de développement de l'OCDE, de la Banque africaine de développement (BAfD) et de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (UNECA). Le thème majeur de l'édition 2009 concerne les innovations en matière de Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) et leur rôle dans le développement économique en Afrique. Les experts de l'OCDE évoqueront: - les effets de la crise sur les taux de croissance des pays d'Afrique; - les risques d'instabilité politique; - les avancées réalisées vis à vis des Objectifs du Millénaire pour le développement et la réduction de la pauvreté; - les stratégies permettant de préserver les progrès économiques réalisés à ce jour." - Lieu : Centre d'Accueil de la Presse Étrangère, Grand Palais - Cours la Reine - Perron Alexandre III, Paris 8è - Contacts organisateur: Kathryn Bailey 01 45 24 84 81 kathryn.bailey@oecd.org , Sala Patterson - Tel.: 01 45 24 96 46 - sala.patterson@oecd.org - Contact CAPE: Michel André, attaché de presse Tél.: 01 53 76 90 73 - michel.andre@capefrance.com www.capefrance.com- Merci de confirmer votre présence. Dès le 11 mai, le rapport sur les PEA sera disponible en ligne sur le site: africaneconomicoutlook.org

lundi 11 mai à 15h : Conférence de presse de M. Désiré TRAGO, Ministre ivoirien de l'Intérieur : Côte d'Ivoire: accord politique de Ouagadougou (APO) gage de la tenue de l'élection présidentielle 2009 ? - Selon les autorités du pays, le scrutin présidentiel pourrait avoir lieu entre le 11 octobre et le 6 novembre 2009, même, si pour l'heure, aucune date précise n'a été avancée par la Commission électorale indépendante. L'opération d'inscription pour l'identification des populations et des futurs électeurs se poursuit bon an mal an. Le déploiement des forces mixtes composées des hommes de l'ex-rébellion - les Forces Nouvelles (FN) - et des loyalistes en vue de la sécurisation de ces élections a été également lancé au début du mois de mai. A six mois du premier tour, toutes les conditions semblent enfin réunies. - Lieu : Centre d'Accueil de la Presse Étrangère, Grand Palais - Cours la Reine - Perron Alexandre III, Paris 8è - Contact l'Union des Journalistes Ivoiriens de France, UIJF : Clément Yao : 06 37 90 74 64 clementyao@yahoo.fr - Contact CAPE: Michel André, attaché de presse 01 53 76 90 75 michel.andre@capefrance.com www.capefrance.com

lundi 11 mai de 17h à 19h : La guerre civile du Congo-Brazzaville avec Patrice YENGO (Université de Brazzaville-CEAf) - Lieu salle 7, 105 bd Raspail, Paris 6è - Rens. 01 53 63 56 50 stceaf@ehess.fr elisabeth.dubois@ehess.fr

lundi 11 mai de 17h30 à 19h: Françoise Vergès, Professeur à Goldsmiths College, Londres, interviendra sur Les mouvements qui ont mené à l'adoption de la "Loi Taubira" en mettant en lumière les différents groupements qui se sont constitués et les identités qui se sont formées à la suite de cette loi ("descendants d'esclaves", "fils et filles d'esclaves"). Séminaire d'Esther Benbassa, directrice d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes Nouvelles solidarités minoritaires : Groupes de pression et politiques communautaires (XIXe-XXe siècles) - Lieu : 41, rue Gay-Lussac, 75005 Paris, 5e étage, salle 98 - Rens. attben@noos.fr

mardi 12 mai de 11h à 13h : Tal Tamari. L'enseignement islamique traditionnel, du niveau élémentaire au niveau avancé (Mali, Guinée, Gambie) - Lieu : CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. 01 53 63 56 50 stceaf@ehess.fr elisabeth.dubois@ehess.fr ou Marie Miran, maître de conférences marie.miran@ehess.fr

mardi 12 mai à 19h30 : Mavado (aka Movado, les vrais savent…) déboule à Paris : Depuis maintenant 2 ans, le « Gangsta for life » a la voix unique ne cesse d’enchaîner les tubes : « I’m on the rock », « Dying », « Don’t Worry » ou encore le tune le plus hot du moment « So special »… - Tarif 25€ - Lieu : Cabaret Sauvage, Parc de la Villette // Accès piéton par le 59 bd Mac Donald , M° Porte de la Villette (Ligne 7) - Rens. makeitclapemailing@yahoo.fr www.mavadoconcert.com - Reservation www.fnac.com / www.ticketnet.fr

mercredi 13 mai de 17h à 19h : A propos de « Le développement aujourd'hui : croisée des chemins ou chemin de croix ? » avec Jean Copans et Claude Freud - Lieu : Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 96, Boulevard Raspail, Paris 6è - Rens. Elisabeth Dubois / Secrétariat du Centre d'Etudes Africaines : 01 53 63 56 50 stceaf@ehess.fr

mercredi 13 mai à 18h30 : Lancement de l’Académie française de la diversité et du Concours de la diversité avec une dotation de 10 000€. avec la question suivante : Est-il des moyens de rendre les Arabes et les Noirs plus heureux et plus utiles à la France ? Par diversité au sens large du terme, nous entendons ce qui fait la richesse d’une société, à la fois sur le plan culturel, religieux, sexuel, et géographique. S’inspirant de l’académie française, l’AFD entend valoriser et faire connaître les plus illustres représentants de la diversité dans notre pays, dans le monde des lettres, des arts, des sciences et de la culture au sens large du terme. Lieu Quai Malaquais (près du Pont des Arts et de l’Académie française), M° Saint Germain des Près ou Pont Neuf. Contact : Académie française de la diversité (AFD) Président : Rachid Nekkaz, 06 69 67 13 21 contact@academie-diversite.fr www.academie-diversite.fr

mercredi 13 mai à 19h30 : Cinéma "Circulez, y'a rien à voir!" Cycle de ciné-débats, autour d’une thématique commune : la migration et la libre circulation des personnes. Organisé par l'association Paroles d’images créée en octobre 2006, à l’initiative d’étudiants sensibles aux enjeux liés à la médiation des images en mouvement. La migration et la libre circulation des personnes, de plus en plus médiatisées ces dernières années, nous apparaissait comme un objet essentiel de réflexions. Cette année, l’association travaille en collaboration avec des acteurs impliqués dans ces interrogations : Amnesty International et RESF. Paroles d’Images reste un espace de réflexions sur les images, sur ce qu’elles construisent et comment elles le construisent ; il s’agira donc de défendre une programmation engagée, de faire des choix de fond et de forme. Lieu : Maison des Initiatives Etudiantes, 50, rue Tournelle, Paris 3è, Rens www.paroles-dimages.fr

tous les mercredis de 20h à 23h : découverte du théâtre négro-africain de langue française. Dans cet atelier nous aborderons les auteurs qui se sont imposés notamment à partir des années 1990 : Koffi Kwahulé, José Pliya, Koulsy Lamko.... coût : 30 €/mois, adhésion annuelle à l'association thymélé 25€ - Lieu : 35 rue Saint Roch, Paris 1er , pour s'informer et ou s'inscrire : Carilien Toussaint. 06 37 71 46 53 , 09 50 32 39 13 afriquecaraibetheatr@free.fr (pas de ''e'') www.thymele.org

mercredi 13 mai à partir de 20h : Concert de Jams Sylla : A travers ses 2 albums, Sourimaka (l'insulaire) et Fusion, Jams Sylla, auteur compositeur interprète, mélange des rythmes variés (reggae, latinos, zouk, raï etc…) et les instruments traditionnels aux instruments modernes. Il chante l'exil et prône le métissage culturel. Il a été numéro 1 au hit parade de l'émission Kilimandjaro sur Africa n° 1avec la chanson phare de son 2° album : "Méni ma kouya" (c'est si loin chez moi).: Lieu : café des sports, 84 rue de Ménilmontant, paris 20è, M° Gambetta - Rens ou Inscrition 01 43 37 07 44 / 06 15 75 52 69 popper.benedicte@neuf.fr

mercredi 13 mai à 20h : Présentation du film "Nèg Lévé : une expression du mois de mai" La projection sera suivie d’un débat avec la participation du réalisateur Gérard Théobald - Le mois de mai est le mois des abolitions de l’esclavage sur les localités de Martinique, 23 mai 1848, de Guadeloupe, 27 mai 1848. "Neg'Lévé" est un documentaire qui permet de comprendre l'importance de ce mois, qui fait partager l'émotion de ces personnes de l'outre-mer, ces descendants du travail servile, de la traite et de l'esclavage venus d'Afrique, ces descendants de contractuels venus d'Asie, qui s'insèrent dans la République et en politique, avec les éléments de leurs histoires et selon leurs différences." - PAF 5€ - Lieu : Centre culturel LA CLEF, 21 rue de La Clef, Paris 5ème, M° "Censier-Daubenton" -Rens. AFASPA (Association française d'amitié et de solidarité avec les peuples d'Afrique) 01 49 93 07 60 afaspa@wanadoo.fr www.afaspa.com

jeudi 14 mai de 10h30 à 12h30 Conférence sur le thème de la jeunesse et de l’emploi en Afrique dans le contexte actuel de la crise. Alors qu’elle est, de toutes les régions du monde, celle qui est le moins intégrée à l’économie mondiale, l’Afrique est peut-être celle qui est le plus durement frappée par la crise économique. Celle-ci a en effet un impact particulièrement néfaste aux quatre niveaux où elle se fait sentir dans cette région, à savoir : les apports de capitaux privés, les envois de fonds de l’étranger, l’aide extérieur et la chute des prix de produits de base. Les conséquences économiques de la récession mondiale rendent la question du chômage et du sous-emploi des jeunes de plus en plus problématique en Afrique. Déjà tendu, le marché de l’emploi des 15-24 ans - 200 millions de personnes environ, soit plus de 20 % de la population du continent, majoritairement (à 65 %) employés dans l’agriculture - risque fort de ne pas supporter la pression démographique de ces vingt à trente prochaines années (à taux de fécondité constant, le nombre de jeunes devrait en effet doubler d’ici 2045). M. Jorge Arbache, co-auteur du Africa Developement Indicators 2008-2009 et M. Zinsou, Président du Conseil d’orientation du think tank CapAfrique, seront heureux de répondre aux questions lors d’une session à la Banque mondiale. Les présentations se feront en anglais et en français. Lieu : Banque Mondiale (Salle A), 66 avenue d'Iéna, 75016 Paris 16è, M° Charles de Gaulle Etoile, Kléber, Iéna - Le nombre de places étant limité, vous êtes priés de vous inscrire en remplissant le formulaire suivant : http://lnweb90.worldbank.org/EURVP/survey.nsf/ContactFranceN?OpenForm&2009YouthandEmployment

du jeudi 14 mai 18h (le vernissage) au lundi 18 mai. Exposition intinérante dans le quartier de Belleville sur "la Charrette à images". Depuis 3 ans, la Charrette à images déambule dans les rues afin de présenter au public un carnet de voyage à ciel ouvert. Cette année, dans le cadre des ateliers de Belleville, la thématique des Portes ouvertes est la « peau ». Ce sera l’occasion d’associer des portraits réalisés au cours de mes voyages vec des photos de voisins, amis du quartier, commerçants et rencontres fortuites collectées ces derniers mois. La peau, ses nuances, la géographie de l’homme au travers des lignes du visage, un métissage riche et de beaux échanges en perspective. ...Des photographies, des visages et des instantanées de vies, Marie-Laure, sous "l’arbre" à images, mettra ses mots pour vous raconter leurs histoires, à la manière des conteurs itinérants. Marco et son saxo en bambou l'accompagnera... ainsi que Pedro Kouyaté le dimanche matin. - Lieu du vernissage : AAB, 31 rue de la mare, Paris 20è M° Pyrénées - Itinéraire à découvrire sur http://ju2foto.canalblog.com départ le vendredi à 10h30 : Place Alphonse Allais, .... Etc.; http://charretteimages.canalblog.com/ - Rens. j.autran@planete-jeunes.org

jeud 14 mai à partir de 19h lancement de la 11ème édition de la Marmitte d’Or de cuisine Afro-Antillaise - Cette édition de la Marmitte d’or se déroulera autour de la problématique des matières premières agricoles en Afrique en faveur de la lutte contre la malnutrition ainsi que la mortalité infantile. A cette occasion, un menu spécial Marmitte d’Or, 11ème édition à 35 euros vous sera proposé. Plats traditionnels - Boisson comprise. - Ravitoto de Madagascar ): Bœuf ou porc cuit avec bred manioc (feuilles de manioc pilées) , épices. - Cari Ti'Jacques de la Réunion : Viande mijotée avec Ti-Jacques (légumes), tomates, oignons, épices. - Gambas Coco de l'Ile Maurice : Gambas cuites dans du lait de coco, épices. Plats légèrement pimentés Lieu: Restaurant la Charrette Créole situé, 15 rue Jules Chaplain, Paris 6 - réservations obligatoires 01 43 26 03 10. Rens Robret Fopa, Président de l'Association Internationale Culture Sans Frontière (AICSF) 06 09 25 01 64 aicsf.paris@gmail.com

vendredi 15 mai de 9h30 à 11h30 : Evolution de la pratique du fosterage chez les Bamiléké originaires du Cameroun, résidants en France avec Monique Kamga , doctorante à Paris 10 en sciences de l'éducation - Dans le cadre du séminaire "Regards croisés sur la petite enfance" dirigé par Doris Bonnet, anthropologue IRD, Ceped et Catherine Rollet, historienne, démographe, Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines - Lieu : Centre d'Etudes Africaines, 96 bd Raspail, Paris 6è, au fond de la cour, à gauche, 2ème étage - Rens. 01 53 63 56 50 stceaf@ehess.fr elisabeth.dubois@ehess.fr

vendredi 15 mai de 11h à 19h, samedi, 16 et dimanche 17 mai de 11h à 20h : Troisième édition du Salon Labo Ethnik : Le salon de mode organisé par Afrikevents : 50 exposant et 15 défilés de mode organisé par Afrikevents.net 01 43 60 59 32 - Retrouvez les nouvelles créations Toubab Paris sur le salon : Toubabparis c’est avant tout un mode de fabrication le plus éthique possible. Consommer autrement pour respecter notre environnement, et respecter tous les acteurs de la production. Pour les produits en petites série, ils sont réalisés en France par des C.A.T ou des centres d’aide à la réinsertion sociale par le travail, ou directement par des artisans locaux, en Afrique, qui bénéficient eux d’une formation à la réalisation des pièces ainsi que d’un préfinancement - Grioo Pour Elle, partenaire de l'événement y sera naturellement présent. - Lieu : Espace des Blancs Manteaux, dans le marais, 48 rue Vieille du Temple, Paris 4è, M° St Paul - Contact Toubab 06 60 82 62 98 contact@toubabparis.com villaret.maud@gmail.com http://www.toubabparis.com - Contact Afrikevents 01.43.60.59.32 www.afrikevents.net

vendredi 15 mai de 13h à 15h : Exposé sur : La langue comme archive : traces d'écriture dans les chefferies Mbundu d'Angola (CMS) - Lieu du séminaire : salle 9, EHESS, 105 bd Raspail, Paris 6è - Rens. 01 53 63 56 50 stceaf@ehess.fr

tous les vendredis de 20 h à 22 h : Cours de danse africaine de guinée avec Mohamed Bangoura - 330€ par an ou 125€ par trimestre plus adhésion 15€ - Lieu : la MPT Gérard Philipe , 118 rue Youri Gagarine, Villejuif (94) , Inscriptions : association Les Arts Mandingues 06 88 91 73 39

vendredi 15 et samedi 16 mai de 20h30 à 22h : Phil Darwin Le leader incontesté de la "Génération Stand Up" est de retour!! "Vous avez dit humour noir? L’Afrique se réveille, un nouveau rire se lève. Un spectacle rempli d’autodérision... Sur scène, ses caricatures sont savoureuses : il mime aussi bien une jeune femme congolaise ou une écervelée parisienne, qu’un vieil homme algérien ou un despote africain. C’est aussi un voyage drôle et enrichissant à travers les cultures d’Afrique noire et du Maghreb. D’une écriture intelligente et subtile, ce stand-up s’inscrit dans un esprit à la fois satirique et comique. - Tarif 15€ - Lieu : théâtre Traversière, 15 rue Traversière, Paris 12è - resa : http://www.billetreduc.com/5396/evt.htm - Juste un avant gout : http://www.youtube.com/watch?v=PqQHGB3oPJ0

tous les samedis : Cours de balafon guinéen animés par Yeli Sory Sylla de 9h à 10h30 (intermédiaires) et de 10h30 à 12h (débutants) - Un cours : 16€ - le trimestre : 165€ - Lieu : à la Maison du citoyen, 16, rue du Père Aubry, Fontenay-sous-Bois (94), RER A : Fontenay-sous-Bois - Inscriptions : 06 66 41 12 39

samedi 16 mai et avec Moussa Oularé dimanche 17 mai : Stage de percussion de Guinée avec Fadouba Oularé : niveau moyen/avancé de 12 h à 14 h et niveau avancé/pro de 14 h 45 à 19 h - Contact Studio Shaiprod - François Pradelle 06 81 57 54 mzal@club-internet.fr

samedi 16 mai de 14h30 à 17h30 et dimanche 17 mai de 10h30 à 13h30 : : Stage de danse contemporaine d'expression africaine de week-end de l'association Siguine avec Katherine Joséphau - Adhésion à l'association et assurance annuel 35€ obligatoires - Portes ouvertes une fois par trimestre ce dimanche 17 mai de 12h à 13h30. Participations 1€ - Lieu : Studio one step, 18/20 rue du Fbg du Temple , Paris 11è, M° République; Rens. Insciption 01 40 95 84 30 siguine@siguine.asso.fr http://www.siguine.asso.fr

samedi 16 mai de 13h à 16h (studio May B) et dimanche 17 mai de 16h à 19h (studio Biped) Cours de Dance avec Mohamed Bangoura : Mohamed commence dès l'âge de 10 ans avec Sorel, un maître de la danse guinéenne, intègre à 13 ans les Ballets guinéens juniors. Sollicité par le Ballet Folonko comme chorégraphe, il se rend en Gambie en 2002, et séjourne aussi plusieurs mois au Mali. Mohamed vit en France depuis 2005, anime un cours de danse à Villejuif, et est aussi depuis juin 2006 l'un des danseurs du Ballet Won Tan Nara. ..Stage tous niveaux accompagné par des percussionnistes. PAF : 1 jour de stage 35€ - 2 jours 60€ - Lieu : Micadanses, studio May B 15, rue Geoffroy-L'Asnier, studio Biped 16, rue Geoffroy-L'Asnier, Paris 4è, M° Saint-Paul ou Pont-Marie - Rens. 06 14 38 81 11 ou mzal@club-internet.fr

samedi 16 mai à 16h et 21h : L’Afrique du Sud et le panafricanisme : Autour de John L. DUBE - à 16h - Projection du film « Oberlin-Inanda : the life and Times of John L. Dube », co-fondateur de l'ANC en 1912 en présence du réalisateur Cherif Keïta venu spécialement des Etats-Unis - Entrée libre - à 17h15  - Conférence-débat : L’Afrique du Sud et le panafricanisme–avec : Cherif Keita, Professeur de littérature francophone et Lazare Ki Zerbo, Philosophe - à 21h - Concert : Hommage à Miriam Makeba avec Dana et son groupe - Et pour les gourmands : découverte d’un plat sud-africain… - PAF : 7 & 10 € - Lieu : Saraaba 19, rue de la Goutte d’Or, Paris 18è - Rens. 01 42 62 65 83 lazarekz@yahoo.fr www.saraaba.fr / www.afrisson.com

samedi 16 mais à partir de 20h30 : Concert ABAKUYA avec Brice Wassy & Jack Jehim rythmes traditionnels et les mélodies de l'Afrique centrale - Lieu de l'événement: New Morning, 7, Rue Petites Ecuries, Paris 20è - Rens 01 45 23 51 41, 01 43 67 26 63, 06 16 27 52 32 abakuya@gmail.com otoulbaka@yahoo.fr as.akiba@tele2.fr www.myspace.com/abakuya www.myspace.com/abakuya www.newmorning.com

samedi 16 mai à 23h59 : Concert de Koffi Olomide - Tarif 36,30 € - Lieu Zénith de Paris - Rens 01.43.46.82.88 Rés www.fnacspectacles.com/place-spectacle/manifestation/Musique-traditionnelle-du-monde-KOFFI-OLOMIDE-KOFFI.htm

dimanche 17 mai à partir de 15h : Mobilisation « Des Ponts pas des Murs » (BW) : Rassemblement festif prévu (et non manif) - Lieu : place Stalingrad - Rens sguichard@pcf.fr mgueye@pcf.fr

dimanche 17 mai de 15h à 18h : Cours de danse Africaine : new afro dance, avec Jams Sylla, danseur chorégraphe Franco-Guinéen, entouré de ses percussionnistes - Tarif : 35€ + assurance - au centre Momboye (studio 2-120m2), 25 rue Boyer, Paris 20è, M° Gambetta ou Ménilmontant - Rens ou Inscrition 01 43 37 07 44 / 06 15 75 52 69 popper.benedicte@neuf.fr

lundi 18 mai de 9h à 18h : Séminaire de Restitution de l'enquête européenne sur le retour volontaire des étudiants africains en Europe - En conclusion de la participation française au projet AVOIR (Actions Volontaires pour l'Orientation et l'Information au Retour) , cette journée de réflexion met au centre du débat la question de l'apport au développement des étudiants africains de retour volontaire dans les pays de l'Afrique subsaharienne, à la fin de leur cycle d'études en Europe. S'appuyant sur les résultats d'une enquête réalisée dans dix pays européens, il s'agit de comprendre quelles mesures pourraient être prises pour faciliter et soutenir les projets de certains d'entre eux, en matière d'activités professionnelles libérales, de créations d'entreprises et de collaboration avec les organisations publiques et privées dans des domaines stratégiques pour le développement des territoires dont ils sont originaires. Les recherches effectuées en Italie, France, Belgique, Autriche, Hollande, Ecosse, Angleterre, Pologne, interroge le rapport « Migration pour études » et « Développement », elles viennent combler en partie le manque d'informations sur ce sujet, contrastent certaines idées reçues sur le thème de l'immigration, et attirent l'attention sur l'impact réciproque entre migration et développement. La journée de réflexion se structure en deux sessions : le matin : Etat du contexte de la discussion à partir des résultats de l'enquête; l'après-midi : Aperçu des initiatives existantes et celles à mettre en place pour soutenir l'apport au développement des étudiants de l'Afrique subsaharienne. Alain Enis Bell, Journaliste Télésud, Noël Mamère, le Maire de Senigallia, Italie, Yéra Dembelé, président de la FAFRAD, Cyrille Lobe Ndoumbé, Directeur Intégration e.V., Allemagne, Georges Nikolaou, Université de Ioannina, Grèce, des chefs d'entreprise du Burkina Faso, du Congo RDC, du Gabon, du Mali, du Togo, du Sénégal, Gayo Dillo, Entreprendre /pS-Eau, Octave Jockung, Université de Lille, Bamadi Sanagho, Conseil Général de Val de Marne, Renaud Frossard, Association Universitaire de solidarité internationale, Martha Breeze de l'ANAEM, Anna Diarra , Unies vers’elles, Viviana Viera d'Animafac, Danielle Briche, Programme entrepreneur en Afrique, Mélodie Beaujeu, Enda-Europe, Esoh Elame, Coordinateur scientifique du projet européen AVOIR, Daniel Cohn-Bendit, Pacôme Adjourouvi, Adjoint au Maire d’Evry, Citoyenneté, laïcité, démocratie, Alima Boumediene-Thiery, Sénatrice de Paris, Christiane Taubira, Députée de Guyane, Bally Bagayoko, Adjoint au Maire de Saint-Denis, délégué à la jeunesse - Conclusion de 17 à 18h par Maurizio Mandolini, Italie & Yéra Dembelé, FAFRAD, France Lieu : Assemblée Nationale (Salle 6217) - 126 rue de l'Université, Paris 7è - Rens. 01 44 24 36 27 fafradcommunication@fafrad.org yera@fafrad.org www.fafrad.org

lundi 18 mai de 17h30 à 19h: Olivier Pétré-Grenouilleau, Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, interviendra sur Facteurs de l'instrumentalisation de l'histoire des traites et de l'esclavage. - Lieu : 41, rue Gay-Lussac, 75005 Paris, 5e étage, salle 98 - Rens. attben@noos.fr

mardi 19 mai de 17h45 à 19h45 sixième rencontre-débat de la CADE « Les échanges ville-campagne et le réaménagement des territoires » présentée par : Catherine Coquery-Vidrovitch, Jean-Louis Chaléard, Jean-Fabien Steck , Animation : Philippe Mathieu - Après avoir abordé différents lieux de vie, du village à la cité africaine en passant par les terroirs, cette rencontre-débat propose d’établir un pont entre l’urbain et le rural. Le cloisonnement des politiques urbaines et rurales ne permet pas d’appréhender les dynamiques d’échanges entre ces milieux et les problèmes spécifiques que pose leur articulation à la périphérie des villes. C’est de cette articulation que dépend le devenir des villes : ce nouveau paradigme justifie l’intérêt renouvelé des sciences sociales pour les relations ville-campagne - Organisé par la CADE, Coordination pour l’Afrique de Demain - Lieu : Ecole Nationale d’Administration (ENA), amphithéâtre Parodi, 2, avenue de l'Observatoire - Paris 6ème, RER B : Luxembourg, Bus : 38 et 82 - Rens http://www.afrique-demain.org

mercredi 20 mai de 19h à 23h30 : Soirée de solidarité en faveur des enfants de la Casamance en compagnie du grand maître de la Kora Monsieur Djaly CISSOKHO. Au Programme: Dîner, Animation musicale, Exposition -Vente de tableaux d'arts - Le dîner a pour but de collecter des fonds pour soutenir la construction d'une bibliothéque en Casamance dans la commune de Bignona et l'envoie d'un conteneur de matériels scolaires destinés aux éléves de l'élémentaire. Tarif 40€ - Lieu : Péniche la « Baleine Blanche » au Quai de la Gare, Paris 13éme,M° Quai de la Gare, Rens. 06 71 85 74 23, 06 45 06 59 41, 06 76 89 14 17 contact@soscasamance.org soscasamance@hotmail.com

mercredi 20 mai de 23h à l'aube - Concert de Roots Reggae dance-Hall Sound System avec "No violence, I love you, Iceberg, Tallojah, Bandem, ... Sélection par Demba et Sowel - Soirée organisée en soutien à l'association vérité et justice pour Abou Bakari Tandia, un jeune Malien mort à la suite de son passage au Commissariat de Courbevoie - Tarif 10€ - Péniche Alternat, Quai de bercy, paris 12è, M° RER Bercy, Quai de la Gare, Bibliothèque F Mitterand - Rens Sorel 06 15 68 07 74 sowel.sl@gmail.com sorel.lackmy@fr.sfr.com - ou 06 32 55 05 93 alternat@free.fr www.penichealternat.org

vendredi 22 mai à 20h30 : Gospel -Lieu Eglise St Germain des Près, Place Saint Germain 75006 Paris 6è, M° Saint Germain des Près - Réservation : 01 43 14 08 10, 06 07 08 55 56 http://www.gospeldream.com

samedi 23 mai à partir de 19h : finale de la 3è édition du Ethnik Model Source, le premier concours de mannequins pour beautés ethniques en France (africaines, caribéennes, mahgrébines…)! Un évènement devenu un incontournable point de repères pour les professionnels de l’industrie de la beauté et de la mode à la recherche de nouveaux visages ethniques. découvrez également les créations de stylistes venus des 4 coins du monde - Avec une programmation Rnb,Soul, Hip Hop, Musique Afro, Ragga, des shows qui vont mettre le feu, des guests et .... : Sénégal, Kenya, Angleterre, France… - Tarif 25€ (20€ en pré-vente) - Lieu Théâtre Adyar, 4 square Rapp, Paris 7è - Rens. 06.19.72.35.96 www.myspace.com/ethnikmodelsource

lundi 25 mai à 20h : Projection de "Sin City", présentation par Oxmo Puccino. Dans le cadre de sa résidence d'auteur à l'Entrepôt, Karim Madani propose une plongée en apnée dans un cinéma qui explore la ville, ses méandres, ses drames, ses labyrinthes. A découvrir donc cinq films et quelques villes qui ne dorment jamais, à travers la vision unique de cinq cinéastes qui ont plongé leur caméra dans le magma en ébullition des grandes métropoles. Projections suivies d'un débat avec un artiste, un metteur en scène, un scénariste. Tarif : 7€ - Lieu l'entrepôt, 7 rue Francis de Pressensé, Paris 14è, M° Pernety Ligne 13 - Rens : 01.45.40.64.74 01.45.40.07.50 musique@lentrepot.fr www.lentrepot.fr

mardi 26 mai : Doris Ehazouambela. Dynamiques contemporaines de l'islam au Gabon - Lieu : CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail, Paris 6è - Rens. 01 53 63 56 50 stceaf@ehess.fr elisabeth.dubois@ehess.fr ou Marie Miran, maître de conférences marie.miran@ehess.fr

mercredi 27 mai à 19h30 : Projection de "Circulez, y'a rien à voir!" Cycle de ciné-débats, autour d’une thématique commune : la migration et la libre circulation des personnes. Organisé par l'association Paroles d’images. Des intervenants issus d’horizons divers (étudiants, membres actifs d’associations…) présenteront les films diffusés ; ces deux heures de projection et de débat constitueront ainsi l’occasion de parler de cinéma, d’échanger autour du format court et de ramener les images au cœur des faits de société. Lieu : Maison des Initiatives Etudiantes, 50, rue Tournelle, Paris 3è, Rens www.paroles-dimages.fr

jeudi 28 mai de 19h à 21h Quelle place pour les cinémas d’Afrique et des Caraïbes à Paris ? Les professionnels du cinéma partageront leur expérience et répondront à ces trois questions : Où voir les films africains et caribéens à Paris et en région parisienne ? Quels sont les problèmes spécifiques à la diffusion de ces films ? Quelles solutions pour que le public puisse voir ce cinéma plus largement ? - lieu : Restaurant Albarino - 4 rue Lekain Paris 16ème Métro La Muette - Rens. 06.88.56.69.65 06.99.02.80.37 aac.accessoires@yahoo.fr http://afriquaparis.blogspot.com

samedi 29 mai de 9h è 22h: 3eme Forum du Commerce International : Ce forum réunira les différents acteurs du commerce International et mettra l'accent sur l'import-export,l'industrie ,l'agro-alimentaire , les services , le textile et les finances qui représentent les secteurs-clés dans les échanges "Europe Afrique Asie" en particulier . Nous savons que ces industries ont beaucoup de potentiel. Mais comment assurer la croissance et la richesse? Les ateliers, en marge des cessions plénières , permettront des discussions en ateliers et des échanges plus approfondis. - Dîner de Gala et défilé de modes en présence de tous les participants : 60€ pour les personnes physiques, tarif pour les entreprises en fonction des prestations - Lieu : à Paris à préciser lors de la réservation - Rens. Réservation 01 46 68 41 97/ 06 65 06 77 67 cicp1000@live.fr http://www.cicp.biz

vendredi 29 samedi 30 mai de 10h à la nuit : 3ème Forum du commerce international à Paris: Rencontres d'affaires, conférences, expositions, animations, défilé de modes "ethnique", danse traditionnelle et diner de Gala (payant) organisé par la CICP et l'Action des femmes africaines solidaires pour le développement (AFAS). Les places étant limitées s'inscrire avant: binfuafas@wanadoo.fr tél: 06 50 24 49 36

vendredi 29 mai de 13h à 15h : Exposé sur : Le cinéma colonial : la guerre d'Indochine (sujet à préciser) (Panivong Norindr, University of Southern California, Los Angeles) - Lieu du séminaire : salle 9, EHESS, 105 bd Raspail, Paris 6è - Rens. 01 53 63 56 50 stceaf@ehess.fr

vendredi 29 mai à partir de 20h : Soiré Africa Roots : le groupe AfricaRoots (percussions mandingues), la Batuk A Jerson (batucada), Kty Conteuse (contes africains), projection du film sur les projets de l'association Sur la péniche Le Baruda , Parc de la Villette (près du Cabaret Sauvage) Paris 19è, M° Porte de la Villette ou Porte de Pantin - Entrée libre (un chapeau passera dans le public) Les bénéfices financeront les projets menés par l'association dans le village de Beleco au Mali - rens. contact@africaroots.fr www.africaroots.fr

du samedi 30 mai au 6 juin, du lundi au samedi de 10h30 à 19h : Expo "Urbaine Mokitani" , Séduit par Nicolas de Staël, attaché à sa culture africaine, sensible et concerné par le Graf', Balyc marque par son empreinte abstraite, tribale et très contemporaine. Artiste pluri-disciplinaire, ses oeuvres se construisent sur supports papiers, toiles et textiles. Il vous présentera diverses facettes de son travail avec des tableaux et des T-Shirts de la ligne qu'il a créée, MOKITANI mêlant graphisme et couleurs. Vernissage le samedi 30 mai de 18 à 20h sur un mix électro drum'N Bass de HMR !!! - Lieu : June shop, 13 villa Saint Michel 75018 Paris 18è, M° La Fourche ou Guy Moquet - Contact: 06 87 41 48 45 www.mokitani.com www.mokishop.spreadshirt.net

samedi 30 et dimanche 31 mai de 11h30 à 12h30 et de 14h30 à 17h30. , Week-end "Portes ouvertes" Le musée Dapper sera ouvert et l'accès à l'exposition sera gratuit : notre conférencière Egidia Souto sera présente et disponible pour répondre aux questions du public - Lieu : Musé Dapper, 35 bis, rue Paul Valéry, Paris 16è, M° Victor Hugo - Rens. 01 45 00 91 75, communication@dapper.com.fr www.dapper.com.fr

Actions situées dans les Yvelines (78) - voir christinejl@lacaz.net

jusqu'au lundi 18 mai  du mardi au vendredi de 14h30 à 18h30, mercredi et samedi de 10h à 12h, samedi de 15h à 18h : Festival Touareg , exposition. J-P. Godineau, artiste peintre alpicois et grand voyageur, expose une vingtaine de photographies et quatorze croquis rapportés de son séjour à Anderamboukane, à l’extrême nord-est du Mali où il s’est rendu lors du dernier festival Tamadacht, évènement culturel des populations nomades transfrontalières du Mali, du Niger, d’Algérie et du Burkina. Une belle échappée exotique et l’occasion de vous faire découvrir l’histoire des Touaregs, leur présent, mais aussi les menaces qui pèsent sur l’avenir de leur culture. Lieu : Bibliothèque municipale des Deux rives, 2 av. des Vignes Benettes, Le Pecq (78)

vendredi 15 mai à partir de 19h - Soirée Africa : Dans un décor typiquement africain, un programme ensoleillé qui vibre au son des percussions, de la danse, des chanteurs, des contes, de la dégustation….Viens t’initier et bouger aux rythmes des percussions africaines avec un danseur professionnel (troupe Khanou) ; déguster les spécialités d'un apéritif et dîner africains ; rêver au son de la voix d'un conteur qui vous transportera  dans son univers de magie ; découvrir  en image ce merveilleux continent sur un écran géant. Tarif : 10 € repas compris sur réservation à l'Esc@le – Lieu : Salle des fêtes, 52 rue de Versailles, Le Chesnay (78). Info et résa : 01 39 23 81 86 ou Mairie : 01 39 23 23 23.

vendredi 15 mai à 20h30: Manu Dibango en concert . Saxophoniste camerounais, entame dans les années 60 ses premières tournées importantes en Afrique. En 1972, il décroche un disque d'or aux Etats-Unis avec Soul Makossa et triomphe l'année d'après à l'Olympia ainsi qu'au Madison Square Garden de New York. Toujours novateur, intégrant dans ses compositions de nombreux rythmes comme le reggae ou le rap, il a travaillé avec différents artistes : Youssou N'dour, Salif Keita, Papa Wemba et Peter Gabriel. En 2008, il sort African Woodoo. Tarif : 35€, 30€. Lieu : Théâtre Montansier, 13 rue Réservoirs à Versailles (78), Info et résa: 01 39 20 16 16 ou FNAC

vendredi 15 mai à 21h : Concert Elisabeth Kontomanou - Née en France d'ascendance gréco-africaine, cette nomade vivant à Stockholm, a été sacrée voix de l’année aux Victoires du jazz 2006. Sa voix puissante, expressive et sensuelle s'offre à cœur ouvert sur une musique empreinte de soul, de gospel et de jazz. Pris dans ses filets, on se laisse envoûter par son chant à la fois profond et aérien, somptueux et bouleversant. Emotion assurée. Elisabeth Kontomanou : Voix, Carl Bagge : Piano, Manu Codjia : Guitare, Thomas Bramerie : Contrebasse, Donald Kontomanou : Batterie - Tarif : 28€, 25€, 15€ - Lieu : Théâtre du Vésinet, 59 boulevard Carnot, Le Vésinet (78) – Rens et résa : 01.30.15.66.00

samedi 23 mai de 18h à 2h du matin : soiré camerounaise de l'association Mafong Humanity avec : Exposition-Vente d’objets d’art africain, Profil découpé façon silhouette, Concert Song & Civilization, Repas Camerounais, L’arbre à palabres et pour finir Soirée dansante avec Nounou - Tarif 20 € sur place Pré-vente : 10 € - 18 ans, 15 € Adulte - Tous les dons serviront à l’aménagement de la bibliothèque de Kamgo Bandjoun - Club house de la piscine nouvelle France, 7 rue Pottier au Chesnay (78) - Rens. 01 39 43 05 59 / 06 09 85 13 49 mafongo@mafongohumanity.org mambit2001@yahoo.fr http://www.mafongohumanity.org

Actions situées dans les Hauts de Seine (92)

mardi 12 mai à partir de 18h30 soirée de débat sur le commerce équitable qui se tiendra dans la , le . Une exposition réalisée par Artisans du Monde sur une ONG sénégalaise ayant réussi à redynamiser tout un village autour d’activités de commerce équitable sera également présentée dans la salle du Conseil Municipal à partir de 17h30. - Lieu : salle du Conseil Municipal dHôtel de Ville, 80 boulevard Jean Jaurès à Clichy-la-Garenne (92) - Contact : Marie-Claude Fournier, Maire-Adjointe 01 47 15 30 40 elodie.guillerme@ville-clichy.fr

samedi 23 mai de de 20h à l'Aube : soirée dansante Précédée d'1 tournoi de football et organisé par la communauté Banen à l'occasion de la fête nationale du Cameroun du 20 Mai. - Tarif 25€ - Lieu : 1 place du Marché 921010 Clichy (92), M° Mairie de Clichy, derrière Macdonald. - Rens. 06 17 19 44 91 angedor92@yahoo.fr

jeudi 28 mai à 19h30 : Dîner découvert au saveurs de l'Ethiopie avec musique de l'arbre à palabre, et exposition photo sur l'Ethiopie de gérard Chassot , ce pays qui fait deux fois la France - Organisé par Cori et Art : association ouverte d'esprit et qui vise à donner une autre image de la culture africaine, vous propose d'explorer une partie de cette terre inconnue et de dépasser les à priori (famine, pauvreté, sécheresse etc...) - 20€ - Lieu : Maison des associations Gaultier, 73 rue Gaultier à Courbevoie (92), 10 mn de Paris, 5 mn de la Défense Accès SNCF à Courbevoie ou RER Grande Arche puis bus n° 178 et arrêt Normandie, en voiture par l’A14 - Rens. Christelle Akué 06 16 05 06 08 01 47 88 43 67 morenafric@yahoo.fr www.coriart.fr - Réservation avant le 14 mai en envoyant un chèque à Cori&Art, 35 place des saisons, La Défense 1, 92400 Courbevoie

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 09:21
AP | 09.05.2009 | 06:55

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné vendredi "les nouvelles incursions militaires", dans l'est du Tchad, de "groupes armés tchadiens venus de l'extérieur", selon un communiqué de l'ambassadeur russe Vitaly Tchourkine, qui préside ce mois-ci le Conseil.

Le Conseil s'est dit "préoccupé par le soutien extérieur reçu par les groupes armés tchadiens".

Le Tchad et le Soudan s'accusent mutuellement de soutenir des rébellions armées sur leurs sols respectifs, chacun clamant son innocence.

Le sous-secrétaire général des Nations unies Dimitry Titov a souhaité que "les groupes armés, des deux côtés de la frontière, réalisent que l'accession au pouvoir par la force est inacceptable".

Le Conseil de sécurité exhorte les deux pays "à normaliser leurs relations, à coopérer pour mettre fin aux activités transfrontalières des groupes armés et à renforcer leurs actions pour combattre le trafic illicite d'armes dans la région".

Dimitry Titov souhaite que le Conseil de sécurité se prononce pour le renforcement de la MINURCAT, la mission de l'ONU au Tchad et en Centrafrique, en termes d'hommes et d'hélicoptères. AP

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article