Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 15:09

On se rappelle que c’était par une lettre du Ministre du Pétrole que le Tchad avait demandé à disposer de sa part du brut et de la commercialiser comme bon lui semble et c’est conformément à la Convention de 1988 réactualisée en 1997. Des nombreux traders (commerçants du brut) ont accouru à N’Djamena, ces derniers ont été reçus par les plus hautes autorités, avec une promesse ferme à chacun. Chaque trader à son pion dans le cercle de Deby : certains sont introduits par les enfants, d’autres par les beaux-fils, une 3ème catégorie par le ministère du Pétrole, etc. Bref, toute personne qui a une quelconque rentrée chez Deby, emmène avec lui un trader à commencer par Deby lui-même. Et bien sûr, chaque trader, avant qu’il obtienne le marché, devrait d’abord arroser l’intermédiaire et l’ultime décideur. Dans la foulée, le Tchad désigne un homme d’affaires français de Levallois Péret, comme représentant du Tchad auprès des traders. On peut légitimement se poser la question de savoir à quoi sert toute cette structure complexe et compliquée, d’autant plus que, selon un expert de la Banque mondiale, cette nouvelle structure pour la vente du brut va diminuer les revenus du Tchad de 30 à 40%. Pourquoi Deby a-t-il besoin d’une telle gymnastique pour détourner les revenus alors que jusqu’à maintenant il n’a eu aucun mal à les détourner intégralement.

Comme le consortium (CSM) ne répondait pas à la lettre du Ministre, il a été demandé au nouvel intermédiaire (INT) d’aller directement voir le Consortium et discuter sur la suite des opérations ; alors il s’en est suivi cette intéressante conversation véridique entre les deux parties :

  • INT :  Je suis désigné par le Gouvernement du Tchad pour enlever sa part du brut.
  • CSM : Vous êtes donc un trader ?
  • INT : NON ; je suis le représentant du Gouvernement et c’est moi qui désigne les traders.
  •  CSM : Donc vous remplacez et le Ministère et la STH ?
  •  INT : NON ; le Ministère et la STH conservent toutes leurs fonctions et prérogatives, moi je suis chargé uniquement de l’enlèvement et de la commercialisation.
  •  CSM : OK, mais il nous faut d’une part, une notification du Gouvernement vous désignant comme le responsable des enlèvements de la partie du brut revenant au Tchad ; d’autre part, le Tchad doit ouvrir un compte séquestre à la Citi Banque et communiquer le N° de ce compte aux préteurs tiers.
  • INT : La notification, je comprends mais c’est quoi cette histoire de compte séquestre, les préteurs tiers, Citi Banque, etc. Le Tchad n’a rien à foutre de tout cela ; le Tchad a contracté un prêt de la Banque Mondiale, lequel prêt a été entièrement remboursé, donc le Tchad peut disposer librement de sa part du brut comme bon lui semble.
  •  CSM : Apparemment vous n’avez pas lu tous les textes relatifs au Projet Doba. Le projet Doba a été financé par 2 sources :  l’apport financier des membres du Consortium et les prêts contractés par les différentes parties au Projet. Tous les prêts contractés pour financer le Projet doivent être remboursés par le projet. « L’eau d’éléphant doit cuire l’éléphant ! »

Que le Tchad ait déjà remboursé ses prêts ou non, ça ne change rien au fond de la question. Les différents préteurs ont un œil et suivent de près le mouvement des revenus du brut de Doba jusqu’à l’épuration totale de ces prêts. Ce sont des dispositions exigées par les prêteurs et signés consciemment et volontairement par l’Etat tchadien et le Consortium est chargé du suivi de ces dispositions et il le fera.

L’intermédiaire, paniqué retourne voir Deby qui rentre dans une crise frénétique sans précédent après avoir écouté l’intermédiaire ; « Ne vous ai-je pas toujours dit que les cadres tchadiens sont des apatrides, des mercenaires, des vendus au service du Consortium, de la Banque Mondiale et des pays occidentaux ? Voilà, je constate maintenant qu’ils avaient bradé le pétrole du Tchad ! Je n’ouvre rien à la Citi banque, je ne communique rien aux Préteurs, je suis maître de mon brut. » Deby prend son téléphone, appelle le Ministre du Pétrole et lui intime l’ordre « dites au Consortium de mettre immédiatement à la disposition de M. untel la part du brut tchadien, sans aucune condition. Intermédiaire qui a sagement écouté les jérémiades de Deby, avance calmement : « M. le Président, faites très attention dans vos rapports avec le Consortium. Le Consortium n’est pas la Banque Mondiale qui est malgré tout une organisation inter gouvernementale qui craint et respecte les États, par contre le Consortium a un autre statut et puis le Consortium c’est Exxon et Exxon ce sont les États-Unis et on ne s’asseye pas sur les intérêts des États-Unis comme on veut et quand on veut.  Allez-y doucement. » Deby a bien écouté l’Intermédiaire et a compris que tout le monde n’est pas forcement paniqué par ses coups de gueule. Il reprend son téléphone et appelle le PM : « Prends tout de suite un arrêté pour renvoyer tous les membres de l’Equipe de Négociation et les mettre à la disposition de la justice et il faut m’appeler nos avocats. »

Beremadji
Félix
N’djaména – Tchad

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires