Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 14:16

Jusqu'à la découverte en 2001 du crâne de Toumaï, « espoir de vie » en langue gorane, le plus ancien hominidé connu à ce jour, le Tchad restait mal connu du grand public. Avec cet Atlas composé de 24 entrées, néophytes et spécialistes peuvent accéder à de nombreuses informations leur permettant de découvrir de manière claire et précise les différents éléments concernant aussi bien le patrimoine naturel que culturel, les secteurs primaire, secondaire et tertiaire, les populations, leurs langues et leurs religions, ainsi que les villes de D'Njaména et d'Abéché, les régions du Borkou et du Salamat. Doté d'une cartographie de qualité, les données peuvent être facilement visualisées et replacées dans leur contexte géographique.

2L'entrée « Relief et hydrographie » présente le massif volcanique du Tibesti, le massif gréseux de l'Ennedi ainsi que les plateaux orientaux du Ouaddaï. Réservoir de l'Afrique Centrale, le Lac Tchad, dont la superficie varie selon les aléas de la pluviométrie, est alimenté par le fleuve Chari. Son affluent, le Logone comporte tout comme lui plusieurs branches qui constituent la majeure partie du réseau hydrographique, situé en grande partie dans le sud du pays. Le chapitre « Paléontologie » permet de retracer la découverte de l'hominidé Toumaï d'un âge proche de 7 millions d'années par la Mission

3Paléoanthropologique Franco-Tchadienne, rompant ainsi avec la théorie de l'East Side Story. Les différents « Climats » vont du type saharien pour le Borkou Ennedi Tibesti dont la station de référence est Faya-Largeau au Nord, au type sahélien à N'Djaména et soudanien pour le Tchad méridional, dans la station de Sahr. La faune et la flore sont présentées dans la partie « Patrimoine naturel ». On retrouve de nombreuses variétés d'animaux du Nord au Sud avec le mouflon à manchettes à titre d'exemple dans le Tibesti ou encore une réserve d'éléphants dans le parc national de Zakouma. Lamantins et hippopotames peuplent certains lacs, dont celui de Léré à la frontière camerounaise.

4L'article « Histoire » nous renseigne sur les grands royaumes musulmans du Nord et du Centre, avec des Etats théocratiques comme le Kanem-Bornou au IXe siècle, les royaumes du Baguirmi et du Ouaddaï fondés au XVIIe siècle. Au Sud, certaines populations étaient fondées - et le demeurent pour certaines-selon le modèle étatique de la royauté sacrée, avec un souverain et des dignitaires. L'installation des Occidentaux commence en 1897, lorsque le Commandant Gentil signe un traité de protectorat avec le Sultan du Baguirmi. Impôt de capitation, monnaie et travail forcé furent introduits par l'administration coloniale française. Après la création des partis politiques en 1947 avec la loi Deferre, le dernier des quatre gouvernements successifs accède à l'indépendance en 1960, avec à sa tête comme premier président de l'Etat tchadien, François Tombalbaye. Après une période de troubles, Hissen Habré prend le pouvoir en 1979 et instaure une dictature violente. En 1990, Idriss Déby réinstaure la démocratie et se fait réélire en 1996 et 2001. Mais le début de l'exploitation du pétrole à Doba cristallise les convoitises pour le pouvoir et des mouvements rebelles installés à l'Est menacent la stabilité du pays.

5Concernant le « Patrimoine culturel », le BET propose une grande variété d'arts rupestres avec de belles représentations de la faune sauvage et de la vie domestique durant la période préhistorique. On peut de nos jours admirer des styles architecturaux uniques au monde avec les cases « obus » de la population mousgoum ou bien des cases à toit en terrasses et leurs greniers de forme phallique en pays moundang. Autour du Lac Tchad, le peuple des Sao, ayant vécu au XIIe jusqu'au XVIe siècle créa une grande variété de mobilier céramique et fut qualifiée de « civilisation de l'argile ». Les populations sont présentées dans la partie « Ethnies, langues, religions ». Dans le BET vivent les Zaghawa et Toubou, peuples de pasteurs, au Centre, les Hadjeray et à l'Est les Maba. La partie la plus peuplée du pays est la zone soudanienne avec des populations d'agriculteurs sédentaires, éleveurs et parfois pêcheurs tels que les Sara, Lélé, Pévé, Massa ou Moussey, Toupouri et Moundang à l'Ouest. Les religions du Livre, l'Islam et les différents courants du Christianisme cohabitent avec les religions traditionnelles. Ces pratiques religieuses sont aujourd'hui en net recul en raison du prosélytisme des monothéismes importés. L' « Organisation administrative » se structure selon un découpage hérité de la colonisation par la France. Le Tchad est aujourd'hui divisé en 18 régions (dont la capitale N'Djaména), 57 départements et 199 sous-préfectures. Le régime semi-présidentiel se base sur la séparation des pouvoirs. L'exécutif est géré par le président et son gouvernement, tandis que l'assemblée exerce le pouvoir législatif. La cour suprême, la cour d'appel, les tribunaux de première instance avec leurs sections constituent le pouvoir judicaire. Les bailleurs de fond, le FMI, la Banque Mondiale et la Communauté Européenne encourage à une politique de décentralisation. Le chapitre « Population » cerne les différents éléments constituant la démographie. Avec un taux d'accroissement de 2,7 %, en trente ans, la population a triplé. Jeune et avec une majorité de femmes (52%) en raison de l'exode économique et politique, elle est estimée à presque 8 millions en 2000 avec 7 habitants par km2 en 2005. La population rurale représente 79 %. Dans le chapitre « Villes et industries » sont présentées les brasseries, boissons, abattoir, huilerie, ainsi que la filière coton avec l'usine de la Cotontchad. L' « Agriculture, l'élevage et la pêche » représentent 90 % des activités et 61 % du PIB en 2004. Mil, maïs et riz, pois de terre et l'arachide, taro et igname sont cultivés dans la partie sud du pays. Au nord du 13e parallèle, l'élevage de dromadaires et de chèvres est effectué par les Toubous de l'Ouest et du Nord et les Arabes du Centre et de l'Est. Dans la partie centrale, on retrouve le zébu. Les populations de la partie méridionale élèvent également des caprins et des porcs. La pêche s'effectue principalement sur l'ensemble du Bas-Chari- Lac Tchad. Le début de l'exploitation du « Pétrole » en 2003 inaugure une nouvelle ère. L'oléoduc Tchad-Cameroun d'une longueur de 1070 km reliant Doba à Kribi a vu le jour dans un contexte institutionnel particulier. A partir d'un plan de gestion de l'environnement, (PGE), un suivi et un contrôle de l'impact sur l'environnement naturel et humain par la Banque mondiale, le FMI et des ONG locales et internationales a pour ambition de limiter les risques écologiques et politiques déjà advenus dans d'autres pays du Sud, comme au Nigeria voisin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires