Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 18:47

Tandis que 33 enfants haïtiens doivent arriver en France ce soir, le ton monte entre les familles adoptantes et l'Etat français.

Des orphelins haïtiens sur le point d'être transportés en France, le 21 janvier 2010 à Port-au Prince

 

Photo : Julien Tack/AFP

Une trentaine d'enfants haïtiens sur le point d'être officiellement adoptés par des Français, avant le séisme, ont atterri ce vendredi soir à Roissy-Charles-de Gaulle (Paris) en présence de Carla Bruni-Sarkozy, l'épouse du président français.

C'est néanmoins loin d'être le compte, du point de vue des associations de familles, notamment d'Adoption sans frontières (ASF), qui réclame "le rapatriement de l'ensemble des enfants apparentés".

Pour ASF et les familles adoptantes dont certaines se plaignent de "l'intransigeance bureaucratique" de la France, le gouvernement ne va pas assez vite.

Pour les autorités, il s'agit de rapatrier des enfants "en bonne santé, pas morts", a commenté sans ambages un responsable français, signifiant par là que la priorité absolue reste à l'intervention humanitaire sur le terrain.

Suite au tremblement de terre qui a dévasté Haïti le 12 janvier, les autorités hexagonales ont assoupli la procédure d'adoption, mais "il ne faut pas faire n'importe quoi, on ne peut pas enlever des enfants" a rappelé mercredi Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères.

Progressivement, les 400 enfants dont l'adoption avait fait l'objet d'une décision positive de la justice haïtienne, avant la catastrophe, devraient rejoindre leur famille d'adoption.

Mais vu le chaos administratif qui règne dans l'île caribéenne, à Paris, on veut être certains que les enfants sont bel et bien orphelins, ou que leurs parents ont donné leur feu vert aux adoptions.

Pour les autorités françaises, il ne s'agit pas de revivre l'épisode des enfants enlevés au Tchad en 2007 par l'Arche de Zoé, or, selon l'Unicef, 15 enfants auraient déjà disparu des hôpitaux haïtiens

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires

orange 24/01/2010 11:08


Un enfant qu’il soit en zone détruite par une catastrophe naturelle ou dans une zone de guerre est forcément en danger…..Ces petits haïtiens doivent être rapatriés tout comme auraient dû être les
103 enfants de l’Arche de Zoé dont tout le monde se fout de savoir si ils sont heureux en zone sécurisée auprès de leurs pseudo-parents ou même si ils sont encore vivants…..Le monde ne se voit pas
par le petit trou qu’on a bien voulu nous montrer….

L’UNICEF avait promis un suivi des 103 enfants réunis par l’Arche de Zoé, elle devait s’assurer de leur santé et de leur scolarité. Aujourd’hui, aucune nouvelle d’aucun enfant…Toute demande
d’information reste lettre morte. Etonnant de la part d’une association si sûre d’elle et certaine du fait que ces enfants pouvaient retourner vivre ou (survivre) dans la zone frontalière Tchad
/Soudan ? Pourquoi ce silence ? Où sont les enfants ? Qui s’en inquiète aujourd’hui alors que ceux-là même qui leur prêtaient des familles, concédaient qu’ils avaient besoin d’assistance ?
Il faut aller au delà des évidences véhiculées par les médias et qui arrangent en premier lieu les Etats et les organisations soumises aux exigences de ces Etats.
Effectivement, il ne faut pas tout confondre. Les enfants haitiens concernés par une adoption doivent être rapatriés en France, ce qui ne serait qu’une accélération des procédures en cours.
Question de bon sens et mesure d’urgence.
Les enfants pris en charge, soignés et nourris par l’Arche de Zoé pendant deux mois n’étaient pas concernés par une procédure d’adoption. Ils étaient réfugiés d’une zone de guerre, orphelins et
originaires du Darfour dans leur quasi totalité. Ils devaient venir en France pour se reconstruire et vivre en sécurité. Les puissants en ont décidé autrement.

…Tous les enfants qui séjournent dans des crêches ne sont pas forcément orphelins. Je viens d’adopter cet été un enfant, ses petits compagnons d’infortune n’étaient pas tous sans parents mais peu
importe ce qu’il faut c’est de sauver ces enfants d'ABORD …. j’ajouterai que pour les 103 enfants de l’Arche de Zoé aucune partie civile n’avaient pu être identifiée dans cette mascarade de procès
et que ceux qui se prétendaient “parent” d’un de ces enfants n’ont pu le prouver et enfin le tribunal à Djaména avait systématiquement refusé des tests ADN mis à disposition gratuitement…..La
vérité est ailleurs à ne pas en douter il suffit d’être un peu intelligent pour comprendre que finalement ces 103 enfants de cette affaire politico-diplomatique ou ces pauvres petits Haïtiens sans
famille ne sont pas si importants par rapport à d’autres enjeux qu’ils soient économiques, politiques, diplomatiques ou autres malheureusement....Ne faisons pas de même avec ces petits Haïtiens,
pendant que nous nous posons des questions à savoir si ils ont des parents ou pas, ils errent dans les rues affamés et combien de temps tiendront ils ?????? Avons nous bonne conscience bons
penseurs que nous sommes?