Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 20:43
Côte d’Ivoire : les leaders politiques au Burkina pour trouver des solutions à « cette autre crise dans la crise »
Le président Blaise Compaoré est le médiateur de la crise ivoirienne
Les différentes parties ivoiriennes se retrouvent ce dimanche à Ouagadougou, au Burkina Faso, sous l’égide du médiateur de la crise ivoirienne, le président Blaise Compaoré. Depuis l’annonce de la dissolution du gouvernement et de la Commission électorale, la Côte d’Ivoire est le théâtre de plusieurs agitations. Les responsables politiques ivoiriens tentent de renouer le fil du dialogue ce dimanche au Burkina Faso alors que les manifestations et les violences se sont multipliés, faisant des morts, après la dissolution par le président Laurent Gbagbo du gouvernement et de la Commission nationale indépendante vendredi dernier. « Je suis préoccupé, comme beaucoup d’Ivoiriens et d’Africains, par la situation que nous vous vivons en Côte d’Ivoire au regard des divergences très profondes entre les parties (...) », a déclaré samedi le président Blaise Compaoré, médiateur de la crise ivoirienne, qui assistait au sommet de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) à Bamako. Il a indiqué que « les contacts directs » se poursuivraient ce dimanche sur la base des dispositions de l’accord de Ouagadougou qui a relancé le processus de paix en Côte d’Ivoire. Blaise Compaoré rencontre Henri Konan Bédié, le chef du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, et Alassane Dramane Ouattara, le leader du Rassemblement des républicains. Tous deux sont candidats au scrutin présidentiel qui ne cesse d’être reporté en Côte d’Ivoire.

Interrogé sur la situation dans son pays, Paul-Antoine Bouhoun Bouabré, représentant spécial de Laurent Gbagbo à la conférence des chefs d’Etat de l’Uemoa, a affirmé que la Côte d’Ivoire vivait « l’un des derniers soubresauts » de la crise dans laquelle elle est plongée depuis 2002. « On a connu des situations difficiles depuis 2002, a déclaré le responsable politique ivoirien. En 2004, il y a eu des pics (…). Cette crise que nous connaissons maintenant, à mon avis, est l’un des derniers soubresauts de la longue crise que nous avons connue jusqu’à maintenant. (…) Quand on aura franchi cette étape, la voie pour les élections sera grandement ouverte ». Des élections que souhaitent les Nations unies au plus tard en juin. « Tout le monde le souhaite », a poursuivi Paul-Antoine Bohoun Bouabré.

Derniers soubresauts ?

Il a également réitéré toute sa confiance en la médiation de Blaise Compaoré. « Le président Compaoré qui est le médiateur dans la crise ivoirienne déploie beaucoup d’énergie. (…) Cette crise dure depuis 2002 et c’est avec l’accord politique de Ouagadougou que nous avons pu retrouver la voie paix, grâce notamment à l’intervention du président Compaoré. Nous lui faisons confiance. Je ne vois pas pas pourquoi ce qu’il a réussi hier, il ne le ferait pas encore aujourd’hui. »

Déjà reporté, l’annonce de la composition du nouveau gouvernement ivoirien est attendu ce lundi. Avant d’y participer, l’opposition réclame le « rétablissement immédiat » de la Commission électorale indépendante (CEI) et elle a même demandé la « démission » du chef de l’Etat.

« Le Premier ministre Guillaume Soro (a entrepris) des négociations avec l’ensemble de la classe politique ivoirienne et tout porte à croire que dans les tous prochains jours, on aura un dénouement de cette autre crise dans la crise. », a indiqué, confiant, Paul-Antoine Bohoun Bouabré. « Tous les Ivoiriens, a-t-il ajouté, je pense tous les Africains de notre sous-région souhaitent que les choses se normalisent rapidement ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires