Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 19:00

Son accession à la présidence des Etats-unis avait fait rêver au Kenya, son pays d’origine.Pays de son père, Hussein Obama.Trois ans après, le mythe de Barack Obama s’est effondré.L’homme fort de la plus grande puissance au monde ne fait plus rêver.Un micro-trottoir dans la capitale kenyane (Nairobi) montre que l’actuel locataire de la Maison Blanche ne passionne même plus les débats.

“Barack Obama nous avait beaucoup fait rêver. Avec son accession à la présidence des Etats-unis, on avait pensé que c’était le début de la fin de la souffrance des populations africaines. Surtout, nous, au Kenya d’où est originaire son père. Mais, deux ans après son accession au pouvoir, Barack Obama n’a fait aucun signe montrant qu’il pense réellement à faire quelque chose pour son pays d’origine. Depuis lors, nous sommes revenus à la réalité pour comprendre qu’il n’est pas la solution aux difficultés qu’éprouvent les populations kenyanes. Il ne nous fait plus rêver .“ Ces propos sont de Sam Waweru. Un jeune informaticien Kenyan qui nous a servi de guide à Nairobi (capitale du Kenya). Agé d’une trentaine d’années, Sam Waweru qui travaille, à ses heures perdues, comme guide touristique, informe que les populations kenyanes ne se font plus de fixation sur des attentes devant venir du côté de Barack Obama.

Son argumentaire est partagé par Roland Oharei, journaliste Kenya. Selon ce dernier, Barack Obama a fait rêver les populations kenyanes. “Parce que, lors de la campagne, il n’avait cessé de vanter ses origines kenyanes. Il a réclamé devant la face du monde une partie de son africanité. Il a vanté son pays d’origine, le nôtre. Et, ceci a été une très grande fierté pour nous les populations kenyanes, surtout les jeunes", rappelle Roland Ohaeri qui s’est spécialisé dans le traitement d’information portant sur l’aviation. Quand, il a été élu président des Etats-unis, rappelle notre confrère,"‘des fêtes ont été organisées un peu partout au Kenya. Les gens sont sortis des maisons pour manifester leur joie. On était tous content de voir un Kenyan d’origine prendre le pouvoir aux Etats-unis, la plus grande puissance au monde. C’était alors normal qu’on nourrisse l’espoir de penser que les choses allaient beaucoup changer pour nous“, clame notre confrère. Qui se rendra, toutefois, compte, au bout de trois ans, qu’entre le rêve et l’espoir, il y a un très grand fossé. Un vide qui a ramené les Kenyans à la réalité.

Depuis son entrée à la Maison Blanche, en novembre 2008, Barack Obama n’aurait fait aucun signe à son pays d’origine. Du moins, de “façon officielle“, précisent nos interlocuteurs. Sam Waweru : “Depuis son arrivée au pouvoir, Barack Obama n’a fait aucun geste concret pour les Kenyans. On ne l’a jamais entendu faire une déclaration devant pousser nos gouvernants. C’est-à-dire les autorités étatiques Kenyanes, à travailler beaucoup plus pour leur peuple. Il ne l’a jamais fait. C’est alors normal que la déception anime tous les Kenyans. Parce qu’on avait reposé beaucoup d’espoirs sur ce frère d’origine“, se désole notre guide. Selon qui, les Kenyans ont aujourd’hui compris que Barack Obama est un Américain. Il est plus préoccupé par le devenir et le développement des Etats-unis que de celui du Kenya. “On ne pense sincèrement plus à lui. Il ne passionne plus nos débats“, lâche-t-il.

Aux Africains de se mettre au travail

A juste raison admet Kumbaru Motilde. Gérant d’un réceptif hôtelier, ce dernier laisse entendre que les Kenyans ont eu tort de reposer leurs espoirs sur l’homme fort des Etats-unis. “C’est vrai qu’en tant que fils d’un Kenyan, il était bien possible de nourrir certains espoirs venant de lui. Mais, il ne fallait pas perdre de vu que Barack Obama est un Américain. Qu’il n’est pas Kenyan, mais, un Kenyan d’origine. Par conséquent, on ne peut l’en vouloir. Surtout qu’il n’a aucun pouvoir d’ingérence dans l’Etat kenyan. Ce serait même inélégant de sa part“, martèle notre interlocuteur, la cinquantaine bien sonnée.

Son point de vue est conforté par Mary Kimonye, directrice d’une firme kenyane. Rencontrée aux abords de la réserve Safari, cette dernière invite les populations kenyanes et les Africains en général à revenir à la raison. “Il est temps que les populations africaines arrêtent de reposer leurs espoirs sur l’extérieur. Pourquoi doit-on s’attendre à ce que Barack Obama règle nos problèmes du Kenya ?“, s’interroge-t-elle. Selon elle, cette façon de penser doit cesser. “Il faut qu’on se mette au travail. Il faut faire en sorte que les gouvernants africains se mettent à travailler pour le développement de nos pays respectifs, que de penser à Barack Obama ou je ne sais à qui encore“, estime Mary Kimonye.

Visiblement outrée par cette attente que les populations kenyanes ont reposé sur Obama, Mary Kimonye fait monter le ton pour inviter les populations kenyanes et africaines en général à persévérer dans le travail pour faire changer les choses afin de développer le continent africain. “Il est temps qu’on arrête de reposer notre espoir sur l’Europe et sur les Etats-unis. Nous avons toutes les richesses qu’il nous faut dans nos pays respectifs pour se développer. Mettons-nous alors au travail“, exhorte-t-elle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires