Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 22:40
Les résultats du Bac 2012, la grève des fonctionnaires se poursuit, et l’Opération Cobra, ont alimenté les colonnes des médias à Ndjamena

«19.307 admis sur 69.919 candidats», titre Le Progrès pour parler des résultats du baccalauréat, session 2012. «Mêmes causes, mêmes effets», note pour sa part La Voix. Pour avoir constaté que les désordres continuent dans les lycées publics et qu’il y a laisser-aller dans certains lycées privés, que les enseignants dispensent les cours comme ils veulent, sans pour autant achever le programme scolaire, l’hebdomadaire conclut que les résultats ne devraient pas différer de ceux de l’année 2011. Mais interrogé par la Radio Fm Liberté, un responsable du Lycée Sacré-Cœur de N’Djaména donne une appréciation positive des résultats du baccalauréat 2012. «L’année dernière, nous avons ramassé les candidats avec une moyenne de 9, cette année nous avons un résultat éclatant, même si on est descendu en dessous de la moyenne de 9 pour les admissibilités. Je suis très fiers des résultats de cette année».

 
Au sujet de la grève à la Fonction publique, l’Union écrit que «cette semaine encore, les services de l’administration publique resteront paralysés. Entre contradictions et durcissement de position, le mouvement de grève déclenché le 17 juillet dernier, s’enlise». L’hebdomadaire annonce la gravité de la situation sociale à travers sa Une: «Grève après grève…Le pays va mal». N’Djaména bi-hebdo informe que la première semaine de grève a eu de conséquences néfastes dans les différents secteurs d’activités, même dans les provinces. «Les fonctionnaires de la capitale, ceux des provinces sont aussi mobilisées par le mot d’ordre de grève». Pour le Bi-hebdomadaire, les partis politiques ont soutenu l’Union des Syndicats du Tchad (UST) dans sa grève pour la revendication des meilleures conditions de vie et de travail. Mais, le parti au pouvoir (MPS) dans un communiqué rendu public, «espère que les partis politiques feront preuves de retenue devant la tentation de s’engouffrer dans ce créneau pour en tirer quelques profits politiques aléatoires, car les appels et tentatives d’amalgames politiciennes qui fusent ne servent nullement les intérêts des travailleurs». Le quotidien Le Progrès dans son édition du mardi 31 juillet, informe qu’à N’Djaména, «les malades s’orientent vers les urgences» pendant cette nouvelle semaine de grève. «La grève est plus observable dans les hôpitaux et centres hospitaliers de N’Djaména. Le lundi 30, dans la cour de l’hôpital général de référence nationale, calme, les hommes en blouse blanche ne sont pas très visibles». «Les patients se déversent sur le pavillon des urgences, où se relèvent dit-on des équipes d’une quinzaine de personnes, dont trois médecins».

L’hebdomadaire l’Union rapporte qu’«au sommet du mont Guéra, comme dans la vallée du Batha, le cobra frappe, relève, emprisonne et rassure». La mission de l’Assainissement public, dirigée par le Premier ministre dans les régions du Wadi fira, du Ouddaï, du Batha et du Guérra a pu dénicher les adaptes de l’enrichissement illicite et de la corruption. Suite a un contrôle sevère dans le Guerra, le Gouverneur de la région, le général Weidding Assi Assoué est convoqué d’urgence à N’Djaména pour faire le point sur sa gestion, informe l’Union. Alors que l’éditorialiste du journal Le Potentiel recommande «un bûcher pour les victimes de Cobra». Pour Le Potentiel «Pour plus d’efficacité, le Gouvernement doit œuvrer pour convaincre le peuple que “manger l’argent“ est un acte grave. Et ce, en capturant l’un des gros mangeurs d’argent et en lui infligeant une lourde peine. Par le passé, l’Eglise Catholique a inventé le Tribunal de l’inquisition pour lutter contre les hérétiques. C’est peut-être un exemple à suivre. Les Tchadiens attendent de voir un détourneur grincer des dents dans un bûcher ardent, pour prendre conscience de l’ampleur du mal».

La presse locale suit de près l’action du nouveau maire de la ville de N’Djaména, M. Djimet Ibet. N’Djaména Bi-hebdo est allé à sa rencontre et l’a interrogé sur sa gestion. «Je ne crois pas que Idriss Déby Itno puisse empiéter sur la gestion de la commune de N’Djaména. Je suis confiant que la gestion de la commune par cette équipe des élus sera dans l’intérêt de la population», a déclaré le maire. Pour lui, «l’assainissement de la ville, le drainage des eaux est un processus entamé par nos prédécesseurs….Chaque arrondissement doit travailler dans la mesure de sa capacité afin de résoudre le problème de drainage. Nous sommes dans une année expérimentale, et je vous rassure qu’au plus tard l’année prochaine, on ne parlera plus d’inondation de la ville». La Voix a, quand à lui, dresse le portrait du maire des maires. «Djimet Ibet, le maire de la ville de N’Djaména en question», titre l’hebdo. On apprend à travers ce portrait que Djimet Ibet est comptable de formation. Il fut directeur général de la société d’importation des produits pétroliers et directeur dans plusieurs autres entreprises. Il est le 35ème maire de N’Djaména et le premier élu démocratiquement. «Footballeur, homme au verbe facile, ce quadragénaire n’a pas de bagage intellectuel», informe le journal. Père de quatre enfants, Djimet Ibet est né en 1965 à Fort-lamy (aujourd’hui N’Djaména).

En sport, La Voix a consacré ses colonnes à Carine Ngarlemdana qui représente le Tchad aux Jeux Olympiques. «Carine se mesurera aux meilleurs judokas du monde», telle que Lucie Décosse, dans la catégorie 70 kilo. «Titrée à plusieurs reprises dans les championnats mondiaux, africains, régionaux et sous-régionaux, il ne manque qu’une ligne à son palmarès: celle d’une consécration olympique», écrit l’hebdomadaire La Voix

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires