Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 20:38

La conférence épiscopale du Tchad (CET) a rendu public, lors d'une conférence de presse tenue, vendredi, 14 décembre 2012, son message traditionnel de Noël adressé aux chrétiens et aux hommes de bonne volonté. Voici in extenso le message.
EVEILLEURS D'ESPERANCE
Chers frères et sœurs dans le Christ,
Hommes et femmesde bonne volonté !
1. « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière » (Is 9,1).Telle est l'une des paroles fortes du prophète Isaïe qui annonçait, huit siècles à l'avance, la naissance du Fils de Dieu, Jésus le Christ. Un évènement qui dissipe la peur et ranime l'espérance !
2. Notre Message de Noël 2012 se situe au cœur de l'Année de la Foi, durant laquelle le Pape Benoît XVI invite le Peuple de Dieu à raviver sa foi et à en témoigner. De plus, la XIIIe Assemblée ordinaire du synode des évêques sur la Nouvelle évangélisation nous engage à annoncer l'Evangile avec plus de zèle, de force et de détermination.
3. Cet appel au Peuple de Dieu à vivre dans l'espérance, nous l'avons déjà lancé en 1981et réitéré en 2004 dans des contextes difficiles de notre pays. Car, « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres, surtout de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ... » (Gaudium et Spes n°1). C'est pourquoi, dans la crise sociale où nous nous trouvons, il est de notre devoir, nous, pasteurs de cette Eglise-Famille de Dieu qui est au Tchad, de vous adresser encore ce message d'espérance :''...n'ayez pas peur'' (Mc 6, 50),le Christ est votre justice et votre paix ! (cf. Eph 2, 11-22). L'espérance, cette certitude de l'amour de Dieu, est l'arme la plus efficace pour résister aux échecs et au pessimisme :« L'espérance ne déçoit pas » (Rm 5, 5).
L'ESPERANCE CHRETIENNE
4. « Vous ne devez pas être abattus comme les autres, qui n'ont pas d'espérance » dit Saint Paul aux Thessaloniciens (1 Th 4, 13). Dans sa Lettre Encyclique « SpeSalvi », le pape Benoît XVI nous donne le résumé de cet enseignement sur l'espérance. L'espérance est un élément central de la foi biblique, à laquelle elle est intimement liée. Car croire au Christ, c'est entrer déjà dans l'espérance : « Venez à moi,dit Jésus, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous donnerai le repos » (Mt 11, 28).
5. L'espérance est un don de Dieu qui nous est accordé dans le Christ. C'est donc par pure grâce que le chrétien devient un être d'espérance. C'est par la persévérance dans les épreuves au nom du Christ que se manifeste l'espérance chrétienne. L'espérance fondée sur la foi donne aux chrétiens une identité propre au milieu du monde. Homme d'espérance, le chrétien est fondamentalement caractérisé par le fait qu'il a un avenir ; et cet avenir, c'est le Christ. « C'est seulement lorsque l'avenir est assuré en tant que réalité positive que le présent devient aussi vivable. » (Spe Salvi n°2).
GARDEZ COURAGE,
J'AI VAINCU LE MONDE
6. Dans l'histoire douloureuse de l'Afrique, le pape Benoît XVI, à la suite du Deuxième Synode Africain, nous appelle à l'espérance. «L'Église en Afrique se sent poussée à être présente là où l'humanité connaît la souffrance et à se faire l'écho du cri silencieux des innocents persécutés, ou des peuples dont des gouvernants hypothèquent le présent et l'avenir au nom d'intérêts personnels... Seul le refus de la déshumanisation de l'homme, et de la compromission – par crainte de l'épreuve ou du martyre – servira la cause de l'Évangile de vérité. ''Dans le monde, dit le Christ, vous aurez à souffrir. Mais gardez courage ! J'ai vaincu le monde!'' (Jn 16, 33).» Africae Munus, n° 30.
7. Une autre caractéristique de l'espérance chrétienne est qu'elle rend fort et confiant au milieu des épreuves. Lorsque les disciples sont pris dans la tempête et qu'ils ont peur, Jésus leur dit : « Courage, n'ayez pas peur » (Mc 6, 50). Nous comprenons que l'expulsion de Mgr Michel Russo ait suscité chez de nombreux chrétiens la peur et la tristesse, mais elle ne doit pas nous faire perdre l'espérance.
Dans son Encyclique, le Saint-Père nous rappelle très opportunément :« Le christia-nisme n'avait pas apporté un message social révolutionnaire. Jésus n'était pas un combattant pour une libération politique.»(Spe Salvi n°4). Le Christ, comme les martyrs, a connu la frustration et l'humiliation, la passion et la mort. Mais il n'a pas perdu l'espérance.
8. Cette donnée de la foi chrétienne a constitué et constitue encore le sens et la raison de l'espérance chrétienne. C'est elle qui permet d'affronter les épreuves du présent avec la conviction que le mal et l'injustice n'auront jamais le dernier mot sur le bien et la vérité.
REGARD SUR NOTRE MONDE
9. Indiquant la place et le rôle de l'Eglise dans le monde, le Concile Vatican II affirme : «...Il n'est rien de vraiment humain qui netrouve écho dans le cœur des chrétiens. Leur communauté, en effet, s'édifie avec des hommes, rassemblés dans le Christ, conduits par l'Esprit Saint dans leur marche vers le Royaume du Père, et porteurs d'un message de salut qu'il faut proposer à tous. La communauté des chrétiens se reconnaît donc réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire.» (Gaudiumet Spes n°1).
La solidarité est un témoignage de la sollicitude de Dieu à l'égard de l'humanité. Et l'Eglise du Tchad doit manifester cette solidarité en portant un regard de foi et d'espérance sur le monde.
10. Sur le plan religieux, ''Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain. Si le Seigneur ne garde la ville, c'est en vain que veillent les gardes'', dit le psalmiste (Ps 127,1). Le rapport à Dieu bon et fidèle est une dimension importante de la vie de nombreux Tchadiens. Nous le voyons dans la croissance et la vitalité de nos communautés chrétiennes.
Mais nous constatons avec préoccupation qu'il existe aussi des choses qui affaiblissent la foi. Nous pouvons citer entre autres le manque d'approfondissement de la foi, la perte du sens du sacré, la peur d'affirmer son identité chrétienne, l'indifférence religieuse, la prétention de construire un monde sans Dieu, la prolifération des sectes, la sorcellerie, le maraboutage. Cette crise religieuse a des conséquences néfastes sur la société, à savoir la perte du sens moral, source de la dépravation des mœurs que tout le monde dénonce et dont les jeunes sont les principales victimes. C'est pourquoi, en cette année de la foi, nous vous lançons un appel à revenir au Dieu de l'espérance.
11. Sur le plan social, il est heureux d'observer que notre société d'aujourd'hui est profondément marquée par le sens de la solidarité. Cela s'exprime de maintes manières et à tous les niveaux par les associations et les nombreux engagements pour la justice, la défense des droits humains et le développement intégral de l'homme.
Mais nous reconnaissons aussi avec tristesse que notre société est minée par des maux tels que l'alcoolisme, la drogue, la paresse, le parasitisme, les déchirements familiaux, les conflits intercommunautaires, les viols, le contrôle des naissances promu par un groupe animé par une certaine idéologie. Nous regrettons qu'il persiste encore des pratiques culturelles dégradantes comme la polygamie, le mariage précoce, le rapt, l'excision, etc.
12. Plus grave encore, notre pays n'est-il pas menacé par le matérialisme, qui fait que la recherche des biens matériels et du plaisir est plus importante que la vie morale, intellectuelle et spirituelle ? Aujourd'hui, tout tend à devenir une question d'argent au détriment du respect du bien commun, de l'honnêteté, de la compétence et de la conscience professionnelle.
Persuadés des conséquences désastreuses que ces maux peuvent produire sur notre jeunesse et sur l'avenir du pays, nous appelons de tous nos vœux les autorités à prendre les mesures qui s'imposent pour enrayer ces graves déviations.
13. Sur le plan économique, le pays regorge de richesses capables d'assurer une vie digne aux citoyens. Ces dernières années, le pays a fait des progrès remarquables dans la construction des infrastructures routières, sanitaires, scolaires, etc. Il s'est aussi doté de quelques unités industrielles. L'attention portée sur l'agriculture et l'élevage donne également de l'espoir.
Cependant, malgré ces perspectives heureuses, nous ne pouvons ignorer l'état de pauvreté dans lequel se trouve la grande majorité des Tchadiens. L'agriculture est encore loin d'atteindre son objectif de garantir la sécurité alimentaire. Les produits issus de nos unités industrielles sont rares et hors de prix. Les revenus de nos industries extractives ne sont pas toujours gérés pour le bien de tous.
Cette situation d'injustice est malheureuse-ment trop connue et elle doit mériter l'attention de nos dirigeants, car il est de leur devoir de créer dans la société un ordre juste. Selon la doctrine sociale catholique, la justice est le but et la mesure de toute politique. C'est pourquoi Saint Augustin disait : « L'ordre juste de la société et de l'Etat est le devoir essentiel du politique. » (La Cité de Dieu, Livre IV).
14. Sur le plan politique, le Tchad est un pays postconflit. Ceci explique en partie la mauvaise gouvernance. Le processus de démocratisation est fragilisé par un pluralisme politique peu organisé. Il est aussi regrettable de constater un recul au niveau des acquis, notamment dans le domaine de la liberté d'expression et de l'indépendance du pouvoir judiciaire.
Nous constatons que l'Accord du 13 août 2007 a contribué, d'une certainemanière, à l'apaisement du climat politique dans notre pays. Cet accord étantarrivé à échéance, nous formulons le vœu que soit trouvé un autre cadre dedialogue avec la participation de tous les acteurs politiques, la société civile et lesconfessions religieuses.
15. Sur le plan culturel, les potentialités sontnombreuses tant au niveau du patrimoine qu'au niveau des artistes et desécrivains. Nous encourageons les hommes de culture à exprimer par leurs œuvresla beauté de la vie et de nos cultures.
Cependant, nous constatons qu'à l'instar d'autres pays, la riche diversité culturelle du Tchad est souvent négativement influencée par la culture dominante mondiale avec comme conséquences la perte de beaucoup de ses richesses ainsi qu'on peut l'observer par exemple sur la famille. Nous invitons les familles, première cellule de la société et de l'Eglise, à exercer leur responsabilité parentale dans l'éducation de leurs enfants.
RENDRE COMPTE DE NOTREESPERANCE
16. Dans une de ses homélies, le pape Léon le Grand exhorte le Peuple de Dieu : « Chrétien, reconnais ta dignité. Puisque tu participes maintenant à la nature divine, ne dégénère pas en revenant à la déchéance de ta vie passée. Rappelle-toi à quel Chef tu appartiens et de quel Corps tu es membre. Souviens-toi que tu as été arraché au pouvoir des ténèbres pour être transféré dans la lumière et le Royaume de Dieu. » (Sermon 21, 2-3). Cette interpellation est adressée à nous les chrétiens pour que nous vivions de manière concrète notre engagement dans la société.
17. Le premier lieu où les chrétiens manifestent et témoignent de leur espérance, c'est la liturgie. Le Concile Vatican II dit à ce propos : « la liturgie par laquelle, dansle divin sacrifice de l'Eucharistie, « s'exerce l'œuvre de notre rédemption », contribue au plus haut point à ce que les fidèles, par leur vie, expriment et manifestent aux autres le mystère du Christ et la nature authentique de la véritable Eglise. » (Sacrosanctum Concilium n°5). Nous nous réjouissons de la vitalité de nos célébrations liturgiques et nous vous invitons à plus de participation active et consciente pour les rendre plus dignes et plus belles.
Chers frères et sœurs chrétiens, saisissons avec joie ce don précieux de la liturgie dominicale. Le Seigneur y nourrit notre espérance et la rend active et féconde. Pour cela, nous vous invitons à y être fidèles.
18. Un autre acte par lequel nous manifestons notre espérance est la prière personnelle et en famille. Comme l'Apôtre Paul nous le demande : 'priez sans cesse' (1Th 5, 17). La dévotion populaire est aussi l'expression de l'espérance chrétienne. En cette Année de lafoi, nous invitons les curés des paroisses à faire découvrir aux fidèles les exercices de piété populaire de l'Eglise : adoration du Saint Sacrement, rosaire, chemin de la croix, bénédictions des champs, maisons, etc. Nous exhortons les fidèles et les mouvements à participer avec ferveur aux pèlerinages paroissiaux ou diocésains.
19. Le service de la charité est aussi un témoignage de l'espérance chrétienne. Dans ce domaine, les exemples sont nombreux.
Nous pouvons citer les différents programmes de nos Caritas diocésaines, la santé, l'éducation, l'engagement de Justice et Paix pour défendre la dignitéde la personne humaine. Nous observons avec joie aujourd'hui la naissance d'une ntreprenariat dans l'élevage, l'agroforesterie, et même d'une Association des Entrepreneurs chrétiens. Ces initiatives, inspirées par la foi, sont la traduction concrète de l'espérance chrétienne.
20. L'objet de l'espérance, c'est la paix qui ne s'obtient que par le dialogue. Ainsi, nous rappelons notre engagement à poursuivre le dialogue fraternel par des actions communes, deconcert avec nos frères protestants et musulmans, en vue de construire un Tchad nouveau dans la concorde, la justice et la paix.
21. L'espérance chrétienne qui constitue le thème de notre message, Saint François d'Assise l'a vécue et il l'a exprimée dans cette prière que nous partageons avec vous :
« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix. Là où est la haine, que je mette l'amour. Là où est l'offense, que je mette le pardon. Là où est la discorde, que je mette l'union. Là où est l'erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l'espérance. Là où il y a les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie. Ô Maître, que je ne cherche pas tant à être consolé qu'à consoler. A être compris qu'à comprendre. A être aimé qu'à aimer. Car, c'est en donnant qu'on reçoit. C'est en s'oubliant que l'on se trouve soi-même. C'est en pardonnant, que l'on est pardonné. C'est en mourant que l'on ressuscite à la vie éternelle. » (Saint François d'Assise).
22. Que la Vierge Marie, l'Etoile de l'espérance, soutienne notre marche vers plus de réconciliation, de justice et de paix !
BONNE FÊTE DE NOËL
ET HEUREUSEANNEE 2013 !
Jean-Claude BOUCHARD, évêquede Pala, président de la CET
Matthias NGARTERI,archevêque de N'Djaména
Michel RUSSO, évêque de Doba
DJITANGAR GOETBE Edmond, évêque de Sarh
Miguel SEBASTIAN, évêque deLaï
Rosario Pio RAMOLO, évêquede Goré
Joachim KOURALEYO TAROUNGA, évêque de Moundou
Henri COUDRAY, vicaire apostolique de Mongo

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires