Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 18:20
L’opposition et les organisations de la société civile montent au créneau et maintiennent la pressionQuelques jours après la condamnation du député de l’opposition, Gali Ngoté Gatta, il ne manque pas une seule journée sans qu’une couche de la population ne monte au créneau pour dénoncer cette arrestation qu’elle qualifie d’illégale. La Coordination des partis Politique pour la Défense de la Constitution (CPDC) est la plus touchée par cette arrestation. Pour elle, le pouvoir veut faire taire l’opposition sans autre forme de commentaires. Comme ils n’ont pas trouvé de solution pour Saleh Kebzabon, c’est un autre opposant qu’on arrête pendant qu’il était en fonction. Le pouvoir n’a pas seulement humilié le député, mais c’est tout le pays qui est touché, confie M. Salibou Garba, député et membre de la Coordination des partis Politique pour la Défense de la Constitution (CPDC).



Pour cette plate forme de l’opposition, ce qu’il convient désormais d’appeler l’affaire Gali est purement politique. Aujourd’hui avec cette décision du Tribunal de Sarh, nous nous interrogeons sur le mobile réel de cette arrestation. Le Tribunal de Première Instance de Sarh le déclare non coupable de complicité d’abattage des espèces protégées et l’a relaxé des fins de poursuite et après on le condamne. Ce n’est pas vrai, déplore Salibou. Il ajoute: Il n’y a pas de flagrant délit, car Gali n’a pas été appréhendé entrain de braconner. La tentative de corruption relève d’une plaisanterie de mauvais goût quand on sait que le gouvernement est au hit parade mondial de la mauvaise gouvernance et de la corruption. Grosse affabulation est aussi cette accusation de détention illégale d’arme.

Les organisations de la société civile, certaines associations de jeunes et des femmes déplorent elles aussi cette arrestation. Les communiqués de presse se multiplient et chacun cherche à savoir pourquoi le député a été arrêté sans une raison valable. Le 2ème vice-président de l’Assemblée nationale Dr Nouradine Delwa Kassiré Coumakoye a estimé que cette arrestation n’a pas de fondement et a demandé la libération pure et simple de Gali. Pour lui, il n’y a pas flagrant délit. Car, le flagrant délit est un acte commis immédiatement. Même s’il en est le cas, on devrait d’abord juger les auteurs avant le prétendu complice qui serait Gali. On ne peut pas arrêter un député, d’ailleurs couvert par l’immunité parlementaire pour une affaire banale de cochon sauvage, a déploré le 2ème vice-président de l’Assemblée nationale. Selon lui, l’affaire de Gali ressemble à une ombre dans la nuit au clair de la lune. Il a souligné en outre que l’affaire Gali et celle du député Saleh Kebzabo se ressemblent dans leurs origines et dans leurs fonds. Ce sont des parents qui cherchent à détruire leurs propres parents pour faire endosser la responsabilité au MPS qui n’est rien dans ces deux affaires, mentionne le 2ème vice-président de l’Assemblée nationale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires