Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 16:31

Journaux traités : Le Progrès, L'Observateur, N'Djaména Bi-hebdo, Notre temps.

L'actualité de la semaine a été rythmée par la grève de l'Union des Syndicats du Tchad (UST), les résultats du baccalauréat session de juin 2012, la brève visite du Chef de la diplomatie française et le bras de fer entre la mairesse de Kélo et son trésorier.

La grève de l'Union des Syndicats du Tchad (UST)

Dans son numéro 502 du 24 au 30 juillet 2012 l'hebdomadaire Notre temps, le journal des sans voix publie à la une la photo du Secrétaire général de l'UST, François Djondang et titre : l'UST ira-t-elle au-delà des revendications salariales ? Notre confrère nous apprend que réunie en assemblée générale le 21 juillet 2012, l'UST a durci sa position. Ses membre sont décidé de reconduire leur grève pour une semaine avec suppression du service minimum. Par ailleurs, notre confrère relève que l'UST bénéficie du soutien du Collectif des Association de défenses des Droits de l'Homme duTchad, de la Convention pour la défense des Droits Humains et de la Confédération Syndicale Internationale basée à Bruxelles.

Le quotidien Le Progrès dans sa parution du lundi 30 juillet 2012 souligne que l'UST se focalise désormais sur 150 points d'indice. Pour Le Progrès la situation est lamentable, surtout du côté de la santé. La Coordination des Associations de la Société Civile et de Défense des Droits de l'Homme (CASCIDHO) constate que les urgences et les hôpitaux publics n'accueillent pas tous les patients et que les cliniques privées sont débordées, les malades en situation difficile sont abandonnés à leur tristesort, rapporte le quotidien.

L'observateur écrit pour sa part dans son numéro 668 du 01 août 2012 que les travailleurs sont décidés d'aller jusqu'au bout de leurs revendications et tiennent à l'application des 150 points d'indices. Notre confrère reprend les propos d'un gréviste remonté, « si on n'applique pas les 150 points d'indice, c'est comme si rien n'a été fait.L'heure n'est plus au recul. A six mois, nos enfants doivent manger de la nourriture de bonne qualité mais comme on n'a pas de moyens ils sont malnourris », rapporte-t-il.

Les résultats du Baccalauréat session de juin 2012

Le Progrès indique dans son numéro 3446 du mardi 31 juillet 2012 que sur un total de 69 919 candidats, 19 307 ont été reçus à l'échéance du baccalauréat 2012. Ce qui donne un taux de 27,61% de réussite. Notre confrère rapporte que le président du jury, M. Abakar Mahamat Taher s'est félicité du travail abattu dans les délais et dans de bonnes conditions. Globalement il y a une légère amélioration par rapport aux résultats de l'année dernière qui étaient d'environ 15% mais, les résultats de cette année est en deçà des attentes, souligne-t-il à notre confrère.

L'observateur révèle dans sa parution du 01 août 2012 que lesrésultats du baccalauréat 2012 sont alarmants. Pour l'hebdomadaire ce taux de réussite traduit la baisse de niveau criard dans nos établissements scolaires ces dernières années. Cependant, certains candidats malchanceux mettent ça surle dos du dysfonctionnement dans l'organisation même de cet examen.

La brève visite du Chef de la diplomatie française

« Nous voulons une force internationale » titre Le Progrès à la une de sa parution du lundi 30 juillet 2012. Le quotidien publie la photo du ministre des Affaires Etrangères de la France, M.Laurent Fabius tenant la main du Président, Idriss Deby Itno. Notre confrère situe que l'objectif de la brève visite du diplomate français est de convaincre le Président tchadien à intervenir au Mali pour apaiser la tension et éviter le terrorisme dans le sahel. Pour le diplomate français, l'intervention militaire reste la seule solution idoine pour éviter un « sahelikistan » et le Président Deby a une expérience avérée de la lutte dans le désert, ajoute-t-il. Cependant le président tchadien émet une réserve d'intervenir directement dans la crise malienne.

L'Observateur titre à la une de son numéro 668 : crise malienne : Deby n'est-il plus unva-t-en guerre ? L'hebdomadaire indique que depuis l'invasion du nord Mali par les terroristes, Idriss Deby Itno devient de plus en plus fréquentable, pour preuve le Chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a effectué un voyage à N'Djaména. Chose inespérée il y a quelques semaines, avec l'arrivée des socialistes au pouvoir en France. Notre confrère ajoute parailleurs que c'était d'abord l'Union Africaine qui a pris l'initiative de la participation des éléments tchadiens dans cette guerre aux côtés des forces de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Mais, Deby a toujours été intransigeant face à ses pairs africains, car pour lui cette crise a une dimension internationale et le Tchad ne peut y prendre part que sous la bannière des Nations Unies, écrit-il.

N'Djaména Bi-Hebdo nous informe aussi dans son numéro 1476 qu'après sa tournée en Afrique de l'ouest, le ministre français des Affaires Etrangères, Laurent Fabius a marqué un bref arrêt à N'Djaména le 28 juillet 2012. La coopération franco-tchadienne et la situation sécuritaire au Mali ont constitué l'essentiel de l'entretien qu'il a eu avec le Président, Idriss Deby Itno, souligne notre confrère. Le Président Deby est courtisé par la France et les Etats ouest-africains pour sa connaissance de la région et son expérience dans la guerre au Sahel. Lui qui a déjà fait ses preuves en envoyant nos soldats au Zaïre, en République centrafricaine, en Libye, est prêt à envoyer d'autres au Mali si l'Union Africaine et les Nations Unies le décident, écrit le bihebdomadaire.

Le bras de fer entre la mairesse de Kélo et son comptable

Le Progrès annonce dans son numéro 3448 du 02 août 2012 que la mairesse de Kélo et le trésorier sont à couteaux tirés. Le maire de la communede Kélo, Mme Clémentine Achta Kirnakining et le trésorier départemental de laTandjilé Ouest, M. Yaya Alla-Fouza, en sont arrivés aux mains suite à un troude 39 millions découvert dans le compte de la municipalité de Kélo, informe-t-il. Notre confrère renseigne que le nœud du problème tourne autour de la dette d'un service public chargé de la gestion des collectivités locales(CLEPAT) de 162 021 790 FCFA que la mairesse dit avoir réglé avant de démissionner de son poste pour se présenter aux élections communales.

N'Djaména Bi-Hebdo pour sa part relève que le trésorier Yaya Alla-Fouza crée l'unanimité contre lui. Notre confrère souligne que l'altercation qui a opposé le maire de la ville de Kélo et le trésorier départemental de ladite ville, suscite mécontentement et dégoût et la population est restée souder derrière son maire et demande le départ du trésorier. Monseigneur Miguel Sabatian, évêque de Laï revient sur la violence faite aux femmes : l'affaire estdoublement grave aux yeux de nous religieux. En tant qu'élue, elle ne méritepas cela. C'est inadmissible cet acte, rapporte-t-il.

Denis Djikini Kemndah

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires