Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 11:42

 

Quand un homme a la peur dans le ventre, il n’est plus responsable de ses actes, c’est encore pire quand il s’agit d’un régime. Deby et son régime ont peur, ils sont dans un désarroi total et pour sûr Deby en est responsable par ses actes répétés. Malgré l’insistance et la persistance de ses conseillers et surtout de son Ministre des Affaires Etrangères, Deby a boudé la Rencontre de Kinshasa, pire il vient à Kin après la réunion pour signifier « que c’est ne pas  serrer la main du Président français qu’il n’avait pas fait le déplacement.»  Les nombreuses tentatives d’explications ont été aussi maladroites qu’improductives. Pris de panique, Deby gambade dans tous les sens, multipliant gaffes sur gaffes, s’enfonçant d’avantage dans le pétrin sur le plan extérieur comme au plan intérieur.

Deby voudrait il saboter les efforts de la France pour la récupération du Nord Mali ? Il y a de quoi  se poser la question vu les nombreuses démarches de ces derniers temps du despote de N’Djamena : Les  alliés de l’Est de Deby, le Soudan et le Qatar, voyaient d’un mauvais œil l’enthousiasme de Deby de se mettre au service de la CDEAO pour combattre les djihadistes du Nord Mali, mais depuis que la CDEAO et la France ont minimisé le rôle que le Tchad pourrait jouer, Deby est reparti  s’agenouiller devant lesdits alliés. Apparemment lesdits alliés, pour le faire se racheter, ont confié des nouvelles tâches à Deby. Grace à Deby, les qatari ont rouvert le dossier de Darfour qui piétinait depuis 3 ans à cause du refus du principal mouvement, le MJE d’y prendre part. Deby, par un coup de maitre, vient de diviser le MJE, exfiltrer le Chef d’Etat Major et l’ex SG, affaiblissant ainsi le MJE. Sous l’injonction de Deby cette branche dissidente est au Qatar pour négocier avec le régime de Khartoum à la grande joie de Doha et de Khartoum.  Autre mission confiée par les alliés de l’Est au despote de N’Djamena est la déstabilisation du Sud Soudan. Selon des sources concordantes et selon la même logique, Deby (Khartoum) n’est pas donc étranger à la tension entre le Sud Soudan et la RCA. On se rappelle que le Gouverneur de l’Oubangui Chari est venu à N’Djamena dans le sillage du Congres de MPS pour prendre des nouvelles instructions de Khartoum via Deby. Enfin on se demande les objectifs des nombreux  allers retours des hauts cadres de l’ANS (la police politique de Deby) entre N’Djamena et Khartoum d’une part et N’Djamena et Alger d’autre part si ce n’est pas pour prendre le contre pied de la politique de la France relative au problème du Nord Mali.

En Afrique centrale Deby n’a pas pu faire bouger  beaucoup du monde pour faire de « l’anti français ; » même le dictateur de la Guinée équatoriale chez qui  Deby a bivouaqué au moment de la Conférence de Kin, n’est pas prêt à s’emballer avec Deby, alors que ses rejetons sont recherchés par la justice françaises. Même boudés par le Président français, les autres Chefs d’Etat de l’Afrique Centrale, gardent une sérénité exemplaire, loin des diatribes anti françaises et anti RFI de Deby.

Sur le plan intérieur, c’est une situation de non – Etat généralisé ;  tous les observateurs avertis sont unanimes : les Deby ont la tête ailleurs. Les faits et gestes quotidiens des Deby ressemblent à des individus qui sont entrain de ramasser leurs clics et clacs et déguerpir ! Car leur unique et quotidienne préoccupation est d’amasser du CFA. Les Deby et leurs bouffons sont très loin des réalités du Tchad et des préoccupations des tchadiens. Il suffit de lire le discours  du despote de clôture  du Congrès du MPS  pour comprendre que ce monde ne vit au Tchad, il est sur une autre planète. Aujourd’hui Le Trésor public est à sec depuis plus de 6 mois ; chaque régie financière est appropriée par un Deby et les recettes sont confisquées, il en est de même pour les sociétés et les projets d’Etat. Les recettes en amont et en aval de la raffinerie et de la cimenterie sont ainsi privatisée au profit des Deby ; depuis Juillet 2012 le Tchad vend sa part du brut de Doba, seul, le frère de Hinda installé à Kome en sait sur la destinée des recettes de ce brut.

Alors, y a t il un pilote dans l’avion ??

B F

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires