Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 18:27

Dioncounda Traoré aux côtés de Cheick Modibo Diarra, le 27 juillet à Bamako. © Habibou Kouyaté.

Le président malien de transition, Dioncounda Traoré, a signé lundi 20 août le décret portant formation du nouveau gouvernement d'union nationale réclamé par la Cedeao. Intégrant des représentants des différents groupements politiques maliens, la nouvelle équipe a un objectif prioritaire : la reconquête du Nord-Mali, occupé par des islamistes armés.

Le remaniement tant attendu à Bamako a été annoncé lundi 21 août au soir par un décret présidentiel diffusé dans les médias publics. Il ne s’agit pas d’une refonte totale de l’exécutif mais bien d’un réaménagement permettant d’atteindre l’objectif d’unité nationale recherché par le président de transition, Dionconda Traoré, qui a reconduit son Premier ministre Cheick Modibo Diarra.

Premier enseignement : la nouvelle équipe de 31 ministres (contre 24 dans la précédente), dont quatre femmes, compte des représentants de presque tous les regroupements politiques maliens. Au premier rang desquels le Front pour la démocratie et la République (FDR, front anti-putsch), dont le vice-président, Tiéman Coulibaly, entre au gouvernement en qualité de ministre des Affaires étrangères. Également président de l’Union pour la démocratie et le développement (UDD), le nouveau chef de la diplomatie s’était opposé très tôt au putsch du 22 mars contre le président Amadou Toumani Touré.

La religion entre au gouvernement

Il remplace Sadio Lamine Sow, réputé proche du président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur la Cedeao dans la crise malienne. Autre changement notable : l‘ancien haut-fonctionnaire des Nations-Unies, Hamadoun Touré, cède le portefeuille de la Communication à Bruno Maïga, qui était ministre délégué dans le précédent gouvernement.

Deuxième enseignement : alors que le Mali est un pays constitutionnellement laïc, un ministère des Affaires religieuses et du Culte est crée. Confié au Docteur Yacouba Traoré, celui-ci sanctionne en quelque sorte l’importance du débat religieux et la montée de l’islamisme dans la société malienne.

Tiéman Coulibaly : "La priorité sera la reconquête du Nord"

Le nouveau chef de la diplomatie malienne, Tiéman Coulibaly, était interrogé mardi 22 août sur Radio France International (RFI). « C’est un honneur et une lourde tâche, il va falloir rapidement se mettre au travail », a-t-il dit à propos de sa nomination. D’après lui, la priorité sera « la reconquête et la libération du Nord des forces de l’obscurantisme qui l’occupent actuellement. » Sur le plan politique, le vice-président du Front du refus, la coalition qui s'était opposée au coup d’État du 22 mars dernier, a estimé que « l’essentiel des sensibilités étaient représentées dans le nouveau gouvernement d’union nationale » et que tout le monde était « gagnant ».

La place des militaires

Troisième enseignement : les militaires maliens gardent les ministères stratégiques qu’ils avaient précédemment conquis. Ainsi, parmi les ministres reconduits à leurs postes, figurent un colonel-major à la Défense (Yamoussa Camara), un général à la Sécurité (Tiéfing Konaté), un colonel à l'Administration territoriale (Moussa Sinko Coulibaly). Restent en place également des civils comme Malick Coulibaly à la Justice et Soumana Makadji à la Santé.

La formation du gouvernement d’union nationale répond à un ultimatum de la Cedeao, excédée par les atermoiements de la classe politique malienne et l’inefficacité du Premier ministre Cheick Modibo Diarra, apparemment incapable d'exercer un réel leadership sur la transition et les militaires putschistes.

Le 7 juillet dernier, les chefs d'Etat l’organisation régionale avaient fixé au 31 juillet la date limite pour la formation d'un nouvel exécutif politiquement stable pour pouvoir partir à la reconquête du Nord, occupé par les islamistes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). L’ultimatum avait ensuite été prorogé, la menace d’exclusion de la Cedeao s’éloignant pour le Mali. La Cedeao prépare l'éventuel déploiement au Mali de quelque 3 300 soldats mais les contours de cette force, logistiquement soutenue par plusieurs pays occidentaux, restent encore flous. Elle attend qu'une demande formelle de soutien soit formulée par le pouvoir de transition à Bamako, ainsi qu'un plan détaillé d'intervention permettant d'obtenir un mandat du Conseil de sécurité de l'ONU.

Jeuneafrique

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires