Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 21:39

Les six premiers mois du régime Ali Bongo ont commencé par une batterie de promesses et un chamboulement de l’administration Gabonaise (qualifié à juste titre de tsunami), par la suspension des indemnités de fonction à tous les agents de l’Etat, la poursuite de la grève dans l’éducation nationale, les  vœux présidentiels…

Le second semestre de sa première année de pouvoir, commence par le rappel du président de la République au Gouvernement qu’il doit lui présenter en octobre prochain, un bilan détaillé de son action duquel il tirera les premiers enseignements de son septennat.

En bref, Ali Bongo a rappelé au premier Ministre ses rendez-vous politiques pour le second semestre de son premier septennat.

Comment ce message du chef de l’Etat a-t’il été compris par son Gouvernement ?

Mal, diront certains qui pensent qu’en organisant une conférence de presse, le premier Ministre fait fausse route ; car au lieu de l’action, il  cherche des excuses devant le peuple, prouvant ainsi qu’il n’a pas bien saisi le message du président de la République, pour qui,  après les six premiers de promesses de l’émergence, les six mois suivants doivent être des mois d’actions pour obtenir les résultats au travers desquels lui, le chef de l’Etat, sera jugé. D'autant que ce qui va compter à la fin pour le jugement des gabonais, c’est la question de  l’amélioration de leurs conditions de vie.

Tel est le message du président de la République au Gouvernement.

Mais en fin politique, Paul Biyoghe Mba a bien compris le message, aussi utilise-t'il déjà les médias aux fins de solliciter la caution du peuple pour justifier l’immobilisme de son Gouvernement, et se justifier devant le chef de l’Etat.

Il arguera qu'il a protégé le président de la République, mais en réalité c'est pour mieux se protéger lui-même.

Les Gabonais n'ont donc qu'à bien se tenir.

Affaire à suivre !

 

PETIT-LAMBERT OVONO.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires