Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 20:54
Pendant neuf jours, le Salon de l'agriculture va faire le plein d'hommes politiques et de candidats aux régionales.
Pendant neuf jours, le Salon de l'agriculture va faire le plein d'hommes politiques et de candidats aux régionales. Crédits photo : AFP

À deux semaines des élections régionales, les responsables politiques et candidats se ruent porte de Versailles. L'absence de Nicolas Sarkozy à l'inauguration est vivement critiquée.

Combien seront-ils cette année à arpenter les allées de «la plus grande ferme de France» ? À deux semaines du premier tour des élections régionales, la Porte de Versailles va devenir, pendant neuf jours, un endroit très couru de tous ceux qui comptent en politique. Plus d'une trentaine de candidats et ministres ont déjà annoncé leur venue. Dans leur viseur : le vote paysan, traditionnellement favorable à la droite mais qui prend ses distances sur fond de baisse des revenus agricoles.

Le bal démarre samedi matin. Rupture dans la tradition. Alors que son prédécesseur, Jacques Chirac, inaugurait le salon et «tapait le cul des vaches», Nicolas Sarkozy a choisi de le clôturer. Et c'est le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, qui foulera le premier, samedi matin, les allées de la Porte de Versailles.

La décision présidentielle agace chez les agriculteurs. Vendredi matin, le président de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer, a déploré cette venue tardive estimant que le chef de l'État avait «beaucoup de difficulté avec le monde paysan» et que l'inauguration «aurait été un signe de sa volonté de défendre» les agriculteurs.

Bruno Le Maire a volé au secours du président, en répétant que Nicolas Sarkozy était à leur «écoute» et leur apporterait «des signes forts». Allusion à la série de mesures que doit annoncer Nicolas Sarkozy samedi prochain.

Dans la semaine, les candidats aux élections régionales vont se faire un devoir d'admirer les animaux et de goûter les spécialités régionales. Demain, le président du MoDem, François Bayrou, tout comme Jean-Paul Huchon, président PS sortant d'Ile-de-France, candidat à sa réélection, et Alain Joyandet, le secrétaire d'État à la Coopération, tête de liste UMP en Franche-Comté, auront à cœur de ne pas se croiser dans les 140 000 m² du salon.

 

Poids lourds 

Pour Bayrou, qui revendique ses racines paysannes, c'est un passage obligé. Il y passera sept heures. Et rejoindra son ami Jean Lassalle au pavillon Aquitaine pour déjeuner. Huchon ira peut-être rendre visite à son homonyme, le taureau Uchon.

Lundi, les vaches limousines verront Dominique Bussereau, le secrétaire d'État aux Transports, qui affronte Ségolène Royal en Poitou-Charentes, et Xavier Darcos, le ministre du Travail, qui mène la liste UMP en Aquitaine, s'y rendra le même jour. Cécile Duflot, tête de liste Europe Écologie à Paris, s'y rendra mardi avec plusieurs têtes de listes, surtout pour «débattre et rencontrer» des agriculteurs.

Mercredi, d'autres poids lourds sont attendus. Martine Aubry, la première secrétaire du PS, mais aussi Dominique de Villepin, qui semble vouloir suivre les traces de son mentor, et qui compte passer six heures à la ferme. Chantal Jouanno, secrétaire d'État à l'Écologie et tête de liste à Paris, y sera aussi, en même temps que le ministre de l'Éducation, Luc Chatel.

Le premier ministre François Fillon passera, lui aussi, quelques heures dans les travées du salon, jeudi. Avant de laisser la place, vendredi, à l'ancien président, Jacques Chirac, fidèle du salon depuis 1972 l'année où il devint ministre de l'Agriculture, qui pourra encore vérifier sa popularité auprès des agriculteurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires