Des mécanismes assez simples mais efficaces mis en place permettent de suivre la commercialisation et le prix du brut sur le marché international. Selon les dernières estimations, le Tchad reçoit plus de 86% de tous les revenus générés par le pétrole tchadien. Ça fait beaucoup d’argent !! Toute cette manne sert évidemment à l’achat des armes et à garnir d’avantage les malles des Itno. Bon, exception faite des badigeonnages des rues de N’djamena et la construction inachevée de quelques bâtiments à destination inconnue.

Ce schéma dans la vente du brut tchadien a été imposé par l’ensemble des préteurs, BM, BEI et les grandes agences de crédit à l’exportation qui sont la Coface (France) et l’USEXIM (USA). Selon les accords signés entre le Tchad et tout ce monde, ce schéma doit demeurer en place jusqu’au remboursement complet de tous les prêts, y compris des banques tierces au Consortium. D’un revers de la main, Deby vient de jeter à la poubelle tous ces engagements à l’instar de ceux conclus avec la BM.

De retour de Copenhague, Deby a fait une escale à Paris où il a eu une longue tête à tête avec un groupe d’hommes non explicitement identifiés. Arrivé à N’djaména, son premier geste fut de faire pomper par son SG une lettre à l’adresse du Consortium pétrolier lui annonçant tout de go que le Tchad commercialisera désormais sa part et ce à partir d’avril 2010. Le Consortium, prudent, demanda au Ministère du Pétrole, son interlocuteur officiel, de confirmer la teneur de la lettre venant de la Présidence. Le Ministre du Pétrole, apparemment ignorant de la décision de son patron mis deux semaines pour confirmer par écrit la lettre du SGP. Le Pétrole tchadien fera désormais l’objet d’une féroce spéculation ; déjà, dès la teneur de la lettre présidentielle ébruitée, tels des charognards autour d’un cadavre, des spéculateurs, des « traders » connus ou inconnus, se précipitent à N’djaména. Chaque camp a ses « vendeurs ». Deby a bien sûr son vendeur, mais le Ministre du Pétrole a aussi les siens, ainsi que le DG de la STH, sans compter tous les spéculateurs qui poussent les différentes personnalités influentes pour avoir une petite portion du marché. Bientôt les différents spéculateurs qui pensent arnaquer le Tchad seront à leur tour arnaqués par les tchadiens qui se disent tous proches du Président.

Pourquoi Deby décide-t-il d’arracher au Consortium la responsabilité de la vente du brut tchadien ? A suivre.

Beremadji Félix
N’djaména