Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 10:42

Deby a souhaité ardemment intervenir au nord du Mali pour deux raisons principales. D’abord montrer à l’opinion internationale en générale et à celle de l’Afrique de l’Ouest en particulier que sa milice est aguerrie aux rezzous dans des zones saharo-désertiques, et ensuite se faire prévaloir auprès de nouvelles autorités françaises qui continuent toujours à le bouder et que malgré leur velléité « démocratisante » il reste un élément incontournable dans l’échiquier où des conflits armés font légions.

Pour ce faire le despote a positionné ses meilleurs éléments à l’exception de sa garde rapprochée à l’extrême Nord sous la conduite du Colonel Houno Abakar Gouni qui est un de meilleurs officiers du MPS, très discret, calme et fidèle parmi les fidèles. Il est un de rares officiers qui n’a pas eu des problèmes partisans avec le despote. Ainsi le Colonel est installé à Bardai sous la couverture de Com-zone de Tibesti. Toutes les nouvelles recrues y sont convoyées pour subir une formation rapide. Au moment opportun, les éléments pourraient bouger directement du Tibesti sans que l’opinion tchadienne en soit informée.

Dans ce dispositif bien huilé, un grain de sable s’est glissé dans la machine. Comme dit le dicton populaire tchadien, « quand vous préparez du poison pour autrui, attendez-vous à ce qu’un des vôtre soit aussi une des victimes ». Le poison c’est Boko Haram ; ce groupuscule terroriste créé ex-nihilo par des potentats nordistes nigérians avec l’appui de Deby pour titiller le pouvoir chrétien, s’est mué en un mouvement islamiste radical inféodé à la nébuleuse Aqmi ! Avec son ami, l’ancien gouverneur de Bornou State, Deby avait participé à la création et à l’armement de ce groupe terroriste ; aujourd’hui ce groupe, qui a pris sa liberté d’action par rapports à ses parrains, a envoyé un avertissement très sec et claire à Deby à travers ses réseaux installés clandestinement à N’djaména : « l’envoi des militaires tchadiens est une déclaration de guerre contre l’Aqmi, et que Deby doit tirer toutes les conséquences de son acte ; il est dit aussi que, ce que le Nigéria est en train de supporter, le Tchad ne le pourrait pas, même pour une semaine. » A bon entendeur, salut.

Cerise sur le gâteau : un des grands baroudeurs islamistes, ancien membre de la légion islamique de Kadhafi, ayant combattu au Tchad, Yad Ag Ghali, actuel Chef du movement Ansar Ai dine, a ironisé et relativisé sur “la soi-disant capacité légendaire des tchadiens dans les combats du désert”. “La CDEAO, compose des grandes puissances militaires comme le Nigeria, la Cote d’Ivoire, le Sénégal, le Burkina, etc., et le Mali doivent avoir honte d’attendre le secours des faméliques tchadiens pour venir nous déloger. Depuis la fin de la guerre avec la Libye, le Tchad n’a pas d’armée. La malice ethno-tribaliste qui entoure le mécréant du Tchad, quand elle viendra au Mali, s’apercevra que ses escarmouches avec les rebelles tchadiens dans le Darfour auront été une promenade de santé par rapport à ce qui l’attend dans le désert du Mali. D’ailleurs selon nos informations le mécréant de N’Djamena est en train d’épargner les membres de sa tribu et envoyer uniquement les tchadiens qui n’ont jamais vu un grain de sable.” Dixit Yad Ag Ghali

Alors, ira-t-il ou n’ira-t-il pas ? Les jours à venir nous le dirons.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires