Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 21:10

Faut-il s'en étonner ? La télévision s'est arrogé une telle place dans la vie politique que la tentation du coup d'éclat est permanente chez nos excellences. Ségolène Royal est sans rivale dans ce domaine, sachant parfaitement provoquer des effets médiatiques spectaculaires comme on a pu le constater à Dijon, lorsqu'elle s'est invitée à une réunion politique à laquelle elle n'était pas conviée. Elle savait que la présence des caméras décuplerait l'impact suscité par son impromptu. Par un paradoxe assez savoureux, l'un de ses anciens lieutenants, Vincent Peillon qui avait alors dénoncé ce « coup médiatique », n'a pas résisté, lui non plus, au délice empoisonné de se livrer à une opération qui a engendré tout un pataquès, en boycottant à la dernière minute l'émission de France 2 au cours de laquelle il devait débattre avec Éric Besson, après Marine Le Pen. Une décision préméditée depuis deux jours et qui avait reçu l'approbation de Martine Aubry.

L'affaire suscite l'embarras au PS où l'Attitude de Peillon est loin de faire l'unanimité.

Certains auraient préféré que la position socialiste sur l'identité nationale fût exposée face à Besson. D'autres regrettent qu'une initiative personnelle ait engagé tout le parti. Bref, il n'est pas certain que ce « coup » soit profitable à son auteur. Pas plus que n'est profitable à la politique l'utilisation abusive ou clinquante que font souvent ses ténors de la télévision. A ce petit jeu-là, les « stars » de la politique risquent de se brûler les ailes. Le miroir médiatique peut très facilement se briser… ou brouiller une image. Les Français ne sont pas dupes de certaines arrière-pensées. La politique des coups peut avoir un coût pour ceux qui les montent. Une récente étude montre que 78 % des Français estiment que « les responsables politiques en général se préoccupent peu ou pas du tout de ce que pensent les gens ».

En revanche, les élus locaux (maires, conseillers généraux et régionaux, députés) échappent à cette défiance puisque nos compatriotes leur témoignent leur attachement à plus de 60 %. On peut voir dans cette distinction un hommage à la proximité. Mais on peut aussi y trouver une forme de juste reconnaissance envers des responsables politiques qui œuvrent de manière parfois ingrate sans se soucier du strass et des paillettes, loin des télévisions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires