Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 21:18
L'entrée de l'ancien hippodrome, prévu pour être transformé en un complexe islamique. Photo de notre Observateur Richard Mbatna. 
 
La crise libyenne a porté un coup d’arrêt à la coopération économique entre Tripoli et le Tchad. En attendant que le gouvernement tchadien trouve de nouveaux fonds pour financer les projets de construction entamés par la Libye avant la guerre, plusieurs chantiers se retrouvent aujourd’hui au point mort. Et certains Tchadiens disent "regretter" l’ère Kadhafi.
 
Au début des années 2000, la Libye s’est mise à investir tous azimuts en Afrique dans des secteurs-clés comme l’hôtellerie, l’industrie ou l’agriculture. Dix ans plus tard, grâce à ses rentes pétrolières, l’ancien "Guide" libyen avait financé la construction de 23 complexes hôteliers dans 15 pays différents mais aussi des raffineries, des banques et des réseaux de télécommunication.
 
Le Tchad a été l’un des principaux pays bénéficiaires de la volonté de Mouammar Kadhafi d’asseoir son influence économique et politique sur le continent africain. À l’image du fastueux cinq étoiles Kempinski Libya Hotel et de la Banque commerciale du Chari (BCC), propriétés de la LAAICO (Libya Arab Africa Investment Company, un des nombreux fonds d’investissement de Kadhafi).
 
Le Libya Hotel, à N'Djamena. Photo de notre Observateur Richard Mbatna. 
 
Quand la crise libyenne a éclaté, en février, la coopération économique entre le Tchad et la Libye tournait à plein régime. Le Tchad venait de céder à la Libye plus de 50 000 hectares de surfaces agricoles à exploiter, ainsi que l’hippodrome de N’Djamena, que Mouammar Kadhafi avait promis de transformer en complexe islamique. Aujourd’hui, un mois après sa mort, ces grands projets sont en sursis.
 
Le président tchadien, Idriss Déby Itno, qui a reconnu le CNT (Conseil national de transition), à la fin août, après la chute de Tripoli, a longtemps soutenu Mouammar Kadhafi contre la rébellion. Les relations du Tchad avec les nouvelles autorités libyennes, qui l’ont accusé de fournir des mercenaires à Mouammar Kadhafi, restent aujourd’hui tendues (lire le rapport de l'ONG Crisis Group "L'Afrique sans Kadhafi : le cas du Tchad"). 
Contributeurs

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires