Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 20:46

BAGDAD — Quatorze partis et hommes politiques irakiens ont été interdits de se présenter aux élections législatives de mars, en raison de leurs liens présumés avec le Baas, parti interdit au pouvoir sous Saddam Hussein, a indiqué vendredi à l'AFP un député irakien.

Cette décision devrait encore ralentir les efforts de réconciliation nationale entre la communauté chiite, dont des représentants sont à la tête du gouvernement, et les sunnites, qui ont perdu le pouvoir en 2003 après 80 ans de domination.

Ces 14 hommes politiques et partis ont été interdits par le Comité indépendant pour la Justice et l'Intégrité, chargé notamment de purger la société irakienne de ses éléments baassistes. Parmi eux figure Saleh al-Motlaq, chef du Front du dialogue national (un parti sunnite), a indiqué le président de la Commission parlementaire pour le Justice et l'Intégrité, Falah Chanchal.

Le Comité qui a pris la décision et cette commission sont deux entités différentes.

"La décision du comité est intervenue après l'apparition d'autres informations et preuves montrant que Motlaq promeut et glorifie le parti Baas interdit", a précisé M. Chanchal, membre du parti du chef radical chiite Moqtada Sadr.

Selon ce député, M. Motlaq aurait déclaré devant le Parlement: "Je vais voter au nom du Baas". "Ces déclarations font la propagande du parti Baas de Saddam Hussein alors que la Constitution interdit de voter pour le Baas", a ajouté M. Chanchal.

Le député n'a pas été en mesure de préciser les noms des 13 autres personnes ou partis interdits de concourir aux élections pour les mêmes raisons mais a indiqué qu'ils pouvaient encore faire appel de la décision.

"Il est clair que cette décision est illégale et inconstitutionnelle", a réagi Saleh al-Motlaq lors d'une conférence de presse à Bagdad, soulignant qu'il ferait appel de cette décision devant un tribunal fédéral.

"S'il n'y a pas de pression politique sur le tribunal, nous gagnerons. Nous continuerons à nous battre. Nous ne partirons pas", a-t-il insisté.

Un porte-parole du parti de Salah al-Motlaq, Haydar al-Mollah, a affirmé que le Front du dialogue national n'avait pas officiellement été informé de la décision.

Interrogée par l'AFP, une responsable de la commission électorale irakienne, Hamdia al-Husseini, a également assuré n'avoir reçu aucune requête formelle demandant de rayer ces partis des listes électorales.

M. Mollah a accusé l'Iran chiite d'être derrière cette décision, au lendemain de la visite du ministre des Affaires étrangères iranien à Bagdad, Manouchehr Mottaki.

"Il existe des influences régionales, plus particulièrement de l'Iran pour prendre de telles décisions qui visent à troubler le processus électoral irakien", a accusé le porte-parole.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires