Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 23:34

François Hollande n'escamotera pas la situation des droits de l'homme au
Congo-K lors de son déplacement à Kinshasa, du 12 au 14 octobre, pour le sommet
de la francophonie. Sa visite souligne cependant les premières incohérences
du PS en matière de politique africaine.
Posture diplomatique à géométrie variable : François Hollande, qui a ouvertement
boycotté en juin l'Euro 2012 de football en Ukraine, au nom du respect
des droits de l'homme, assistera au 14e Sommet de la francophonie organisé du 13
au 14 octobre à Kinshasa. Des milliers de kilomètres séparent les deux pays, mais
aucun en matière de libertés publiques. Outre la résurgence d'une rébellion dans
l'Est, le chef de l'Etat français débarquera dans un Congo-K où - coïncidence avec la
préparation du sommet ? - les exactions se multiplient depuis plusieurs semaines. Le
28 juillet, le secrétaire général adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès
social (UDPS), Jean-Marie Vianney Kabukanyi, a été enlevé avec son frère par des
agents de l’Agence nationale de sécurité (ANR) et transféré dans les locaux de la
Police d’intervention rapide. Fin août, le même corps dévoué au président Joseph
Kabila a encerclé les villas des principaux responsables de ce parti dirigé par Etienne
Tshisekedi, qui considèrent "la venue des chefs d’Etat au Sommet de la francophonie
comme un geste d’hostilité vis-à-vis du peuple congolais". Ce n'est pas tout. Depuis
sa disparition le 27 juin, l’ancien ministre des mines et président de la Démocratie
chrétienne, Eugène Diomi Ndongala, proche de l'UDPS, n'a toujours donné aucun
signe de vie. Pour l’avocat George Kapiamba, président de l’Association congolaise
pour l’accès à la justice, la disparition de l'opposant vise précisément à le réduire
au silence pendant les préparatifs du sommet.
Preuve de l'embarras et de la cacophonie sur ces questions au sein du Parti
socialiste (PS) : le 27 août, le secrétaire national à la coopération et député des Français
de l'étranger, Pouria Amirshahi, a justifi é mordicus le déplacement de François
Hollande sur son blog : "Pour défendre les principes de liberté et d'Etat de droit". Un mois
plus tôt pourtant, le 26 juillet, un communiqué offi ciel du PS signé de Jean-Christophe
Cambadélis, secrétaire national à l'international, conspuait la visite de deux
anciens premiers ministres de Jacques Chirac à Brazzaville, "dans un pays classé à la
154e place sur 180 de l'indice de corruption de l'ONG Transparency International" (lire
p.2). Or, la RDC est située en 168e position. Cherchez l'erreur

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires