Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 19:42

On pensait s’être débarrassé de la Djandjawid avec nos 26 millions et d’autres grosses poussières des dollars. Divorcée et repartie au Soudan définitivement. Mais que non !  C’est sans compter avec  l’appétit  du Chef de Djandjawid et les manœuvres dilatoires du régime islamiste de Khartoum pour contrôler Deby pour les besoins de sa sécurité interne et de la propagation  de l’islamisme. En effet, depuis le mariage de la fille du chef des Djandjawids avec Deby, il y a un déferlement sans précédent des soudanais vers le Tchad, et la plupart continuent au Nigeria pour les affaires, mais selon une source bien informée, ces visiteurs sont en majorité des prosélytistes islamistes envoyés par les différents réseaux islamistes des pays du golf, traversent le soudan avec la complicité de Khartoum, séjournent sous la jupe d’Ammani et atterrissent au Nigeria dans les bras de Boko Haram et de là vers le Mali ou ailleurs. Ainsi que donc, Deby, vers qui tout le monde a les yeux tournés pour botter l’Aqmi hors du Mali, est en même le principal complice dans la fourniture des appuis multiformes à ce même Aqmi ! Sacré Deby !!

Le départ d’Ammani du Tchad (départ provisoire selon son père) n’a rien changé dans les relations entre les djandjawids et Deby. Pour perdurer les liens familiaux, Deby vient de donner en mariage la fille de sa sœur Ittir Deby, la Mairesse adjointe, au fils de Moussa Hilal. Selon les mauvaises langues, le nouveau beau-fils va remplacer  l’autre aide de camp, c.à.d. le Z. Ainsi, Deby prend le frère de Hinda et celui d’Ammani comme aides de camp. Hinda versus Ammani au sommet de l’Etat tchadien ! Quel spectacle ! Mieux, lors de son dernier passage à N’djaména et suite aux rumeurs des coups d’Etat qui auraient été tentés par des proches, le Chef des djandjawids a proposé à Deby d’assurer désormais sa protection : une centaine des djandjawids auraient été recrutés et seraient en attente d’être envoyés dans un pays pour une formation en sécurité rapprochée. On cite pèle mêle l’Algérie, le Maroc, l’Israël, etc. comme centre de formation. Ainsi, va le Tchad.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires