Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 20:47

Suite à la catastrophe en Haïti, les questions sur l'aide au développement et à la diffusion des droits de l'homme se sont ajoutée à l'émotion. Le blogueur l'hérétique en appelle à une réforme de cette politique, aujourd'hui fondée sur la charité.



La dernière note de Toréador sur Haïti m’interpelle : en substance, il questionne la pertinence d’amener démocratie et droits de l’homme dans une nation qui n’a pas les moyens de se les offrir. Il observe, en effet, que dans le drame qui touche ce pays, il y a une large part d’impéritie de l’État. Toréador utilise même les termes d’État failli.

Quand on pense à la démocratie, on y associe très souvent les droits de l’homme, l’égalité, la liberté. Il me semble que c’est réducteur, et puis surtout, que d’un point de vue fonctionnel, il n’y a là rien qui garantisse l’exercice effectif de la démocratie. Les exemples de nations qui se proclament « république » et qui ne le sont à aucun point de vue regorgent.

Des critères de la démocratie...

A mon sens, l’un des tout premiers critères pour l’instauration d’une démocratie, c’est en premier lieu la transparence. La transparence est la première des garanties contre la corruption. L’ONU diffusait tout récemment un sondage effectué en Afghanistan : il en ressort que la préoccupation première des Afghans, ce n’est pas l’insécurité mais la corruption ! Ce qui est plus grave encore c’est que plus de la moitié de la population considère ONG et organisations internationales dans le pays comme corrompues.

L’existence de codes et de lois écrites ne suffit pas : ce qui importe, c’est la manière dont les lois deviennent effectives au niveau local. L’entassement des lois les unes sur les autres génère par exemple, comme l’observe C.K Pralahad (4 milliards de nouveaux consommateurs) une prolifération de micro-règles dont l’interprétation dépend du bon vouloir bureaucratique. Ceci favorise l’émergence d’un secteur informel et non codifié. En somme, trop de lois tuent les lois ou valent absence de lois. Ce qui vaut, aux yeux de Pralahad, pour les mécanismes de marché s’applique aux miens largement pour l’établissement de la démocratie.

... à l'échec de la politique des droits de l'homme

Il vaut mieux donner des dizaines de millions d’euros aux juges et aux forces de police chargés de faire appliquer la loi, si nous devons apporter une aide aux pays les plus en difficulté, que de construire des écoles, des dispensaires ou de faire don de nos surplus alimentaires (sauf urgence, évidemment).

Or, à l’heure actuelle, aucune nation occidentale développée n’a fait de ces axes majeurs une priorité absolue. C’est à mon avis l’une des causes principales de l’échec de nos politiques de droits de l’homme dans  les pays en proie à la misère.

C’est une erreur non moins entretenue que de s’imaginer que la priorité absolue de ces peuples, c’est de manger d’abord. A l’exception des cas de famines, leur priorité, c’est de pouvoir devenir industrieux et développer leur commerce.

Notre vieux fond judéo-chrétien nous pousse à leur faire la charité : c’est là montrer bien du mépris pour ces nations. Par un paradoxe étonnant, la plupart des nations les plus pauvres sont en réalité très riches. Mais, potentiellement, seulement. Il faut donc pouvoir leur donner la possibilité d’exploiter leur potentiel, c’est-à-dire leur faire confiance, et leur permettre d’établir des marchés transparents avec des états impartiaux. Ce devrait être, même, la seule et unique aide que nous devrions leur apporter.

Nous n’avons cessé, sous l’effet des repentances diverses et variées, notamment issues de la décolonisation, de nous comporter en gentils bwanas dispensateurs d’aumônes.

J’aimerais voir mon parti, le MoDem, amorcer un virage radical, par rapport à toutes les autres formations politiques, et adopter cette perspective pragmatique, issue essentiellement d’économistes libéraux modérés, venus non de la bien-pensance intellectuelle occidentale mais au contraire, des pays en voie de développement.

Haiti : la charité c'est le mépris des nations

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires