Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 11:29

GRANDE MARCHE DU SAMEDI 11 JANVIER 2014

Pour que la lumière soit faite sur les assassinats de journalistes en CÔTE D’IVOIRE

« J’aimerais dire qu’il n’y a pas de raisons que qui que ce soit ou quoi que ce soit tue leurs rêves. »Voilà comment s’achève l’une des dernières interviews menée par Désiré OUE parue dans le Magazine Tomorrow dont il était le Rédacteur en chef, en même temps que l’un des correspondants d’Ivoirebusiness en CÔTE D’IVOIRE… Avant d’être lâchement assassiné à son domicile par des Escadrons de la Mortle 14 novembre dernier sous les yeux horrifiés de sa femme et de ses deux filles âgées de 18 ans et d’à peine trois mois. Désiré OUE devait se marier deux jours plus tard. Voilà comment on tue les rêves de la Jeunesse aujourd’hui en Côte d’Ivoire.


>

Alors, était-il ce prétendu «milicien pro-Gbagbo » recherché comme ont tenté de le faire croire les autorités en place dans un premier temps? La Ministre de la Communication en personne a tenu à s’en excuser auprès de la famille non sans avoir d’abord laissé se répandre la rumeur, vite démentie par les preuves abondantes de la respectabilité de Désiré OUE, qui n’a jamais dérogé aux  lois régissant tant la profession de journaliste que la vie en société.


>

Désiré était un journaliste honnête, travailleur, reconnu dans la profession pour son sérieux et son dévouement aux valeurs humaines de paix et de liberté.

Mais Désiré OUE est loin d’être le premier journaliste ainsi abattu dans l’exercice de ses fonctions, mort pour avoir défendu notre droit à une information libre et indépendante.

Après Antoine MASSE assassiné par des soldats de la Licorne à DUEKOUE en novembre 2004 alors qu’il couvrait les terribles événements de BOUAKE ou encore Sylvain GAGNETAUD sauvagement abattu par les FRCI lors de leur prise de pouvoir par la force sous les bombes franco-onusiennes d’ABIDJAN en mai 2011, voilà encore un journaliste qui quitte tragiquement ce monde sans qu’aucune enquête sérieuse ne soit diligentée.

Combien de temps va-t-on encore accepter que les droits de l’Homme et les libertés fondamentales soient bafoués en Côte d’Ivoire par ceux-là même qui prétendaient les incarner, que la France et la Communauté internationale soutiennent en toute impunité ?


>

L’affaire Guy André KIEFFER qui a fait couler tant d’encre et de salive à l’époque et a été utilisée comme l’un des prétextes à une intervention armée en Côte d’Ivoire est en passe d’être enterrée par prescription décennale. Où sont passés ceux qui exigeaient la tête de GBAGBO sur simples accusations fallacieuses mettant en cause ses proches dans la tragique disparition de ce journaliste français ?


>

Certes, Reporters Sans Frontières s’est fendue d’un communiqué de presse regrettant l’assassinat de Désiré OUE et les tentatives d’intimidation de certains de ses confères. Et puis SILENCE…


>

Nous, Ivoiriens, Panafricains ou tout simplement  militants du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, appelons  à une grande marche pour dénoncer les atteintes aux libertés de la presse qui se multiplient en CÔTE D’IVOIRE, mais aussi pour que toute la lumière soit faite sur les crimes de ce régime liberticide installé et maintenu par la force au mépris de ses institutions souveraines.


>

Que ceux qui croient à une réconciliation possible de tous les enfants de CÔTE D’IVOIRE se rappellent cette célèbre formule abusivement attribuée à VOLTAIRE : « je suis contre vos idées, mais je mourrai pour que vous puissiez les exprimer ». Désiré OUE est mort pour que nous puissions faire nos choix en conscience et en responsabilité. Merci de venir nombreux à la grande marche du samedi 11 janvier 2014 qui partira de place de la République pour converger vers la place de la Bourse sous les fenêtres de l’Agence France Presse et de RSF.


>

Sa famille au sens biologique comme la grande famille des journalistes ainsi que toutes les victimes du Régime de Terreur qui s’est abattu sur la CÔTE D’IVOIRE comptent  sur vous et vous remercient de votre mobilisation.



>

Désiré OUE, journaliste ivoirien lâchement assassiné par des Escadrons de la Mort le 14 novembre 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires