Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 21:10
 


 

L'équipe nationale de football Togolaise sera absente des deux prochaines Coupes d'Afrique des Nations (CAN), une sanction qui fait suite à son retrait de la compétition suite à l'attaque du bus des Eperviers par le Front de Libération de l'enclave de Cabinda (FLEC). Attaque durant laquelle le chargé de communication de l'équipe, Stanislas Ocloo, et l'entraîneur assistant, Amélété Abalo, ont perdu la vie.

 

Dans un communiqué en date du 30 janvier, la Confédération Africaine de Football (CAF), réunie en Conseil exécutif à Luanda en Angola, a annoncé la suspension de l'équipe du Togo pour les deux prochaines éditions de la CAN qui auront lieu en 2012 et 2014. Une amende de 50 000 dollars US a aussi été infligée à la Fédération Togolaise de Football (FTF). Peu de temps après le drame de Cabinda, Constant Omari, membre du comité d'organisation de la compétition, avait prévenu que le Togo s'exposait à « des sanctions prévues par le règlement » et plus précisément par l'article 78 de celui-ci qui prévoit les peines déjà évoquées en cas « de retrait de la compétition moins de vingt jours » avant le début de cette dernière.

Le président de la CAF, Issa Hayatou, a tenu à préciser pour justifier cette mesure que le 9 janvier, soit le lendemain de l'attaque du bus, « Nous leur avons demandé (ndlr, les joueurs) de bien vouloir rester, mais que s'ils partaient, on en pendrait acte et on comprendrait bien leur position ». Alors pour quelle raison la sélection togolaise est-elle sanctionnée? Hayatou poursuit alors, « Si les joueurs Togolais avaient décidé de partir, devant cette peine, devant cette émotion, on aurait compris. Mais quand il y a issa_hayatou_le_prsident_de_la_confdration_africaine_de_football.jpginterférences politiques, on ne peut pas l'accepter ». Ce serait donc à cause d'une ingérence politique dans le domaine sportif que les coéquipiers d'Emmanuel Adebayor se verraient empêchés de participer aux deux prochaines CAN. Compétitions qui impliquent fêtes et cohésion entre les peuples d'Afrique sur un continent qui en a bien besoin. Néanmoins, il y a bien eu intrusion politique du gouvernement Togolais dans le choix qu'ont fait les Éperviers de ne pas participer à la compétition se déroulant sur le territoire Angolais. Le premier ministre du Togo avait en effet précisé au lendemain de l'attaque, «  L'équipe doit revenir (…). C'est une décision mûrie depuis vendredi (ndlr, le jour de l'attaque). Nous avons compris la démarche des joueurs – qui souhaitaient jouer après avoir décidé de rentrer – qui voulaient exprimer une manière de venger leurs collègues décédés, mais ce serait irresponsable de la part des autorités Togolaises de les laisser participer à la compétition ». Décision responsable ou coup politique? La seconde hypothèse peut se révéler plausible d'autant que le FLEC, par l'intermédiaire de son porte-parole Stanislas Boma, a produit le communiqué de presse suivant:

 

« Le FLEC (qui) n'est pas un mouvement terroriste, déplore les dernières évolutions au Cabinda contre l'équipe nationale du Togo et disparaît à ce qui s'est passé (sic), en réaffirmant leur attachement au dialogue et à la paix à Cabinda.

FLEC a appelé l'équipe nationale du Togo, et les autres de ne pas compromettre leur participation à la CAN 2010, qui est une fête du football africain.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires