Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 19:38

Deby est à Paris depuis le début de la semaine passée. C’est une visite d’agréments et des retrouvailles, programmée de longue date. Mais il faut trouver un alibi pour justifier un séjour de 2 semaines en dehors du Tchad ; et il fut trouvé: Un colloque scientifique que les universités européennes organisent à tour de rôle sur les lacs africains et qui s’intitulent « Projet Méga Tchad », c’est un truc qui existent depuis une vingtaine d’années ;  mais transformé depuis, par l’Unesco  en Sommet mondiale sur l’Eau. Cette année  il est organisé à Marseille  et Deby a donc sauté sur l’occasion : « le Chef d’Etat va assister avec ses pairs au Sommet mondial sur l’Eau, sur invitation du Président français» tonne-t-on à N’djaména. Double bluff ! Qui de ses paires assiste à ce Sommet ? Et puis le Président français ne l’a jamais invité, la preuve, jusqu’à ce jour il ne l’a pas rencontré ! Bizarre invitation. Le seul officiel à avoir fait le déplacement à l’hôtel Bristol est le Ministre de la Coopération ; comment s’appelle-t-il déjà ? Bof, pas important. Mais Deby s’est donné du travail : il a été reçu par le SG de la Francophonie ; c’est le monde à l’envers ! L’OIF, étant une organisation intergouvernementale, son SG étant alors un fonctionnaire des Etat, c’est à ce dernier de se déplacer chez les Président et non l’inverse. Bref, apparemment les préséances dépendent de la tête de l’individu. Deby a reçu aussi l’Ambassadeur de la Suède en France pour exprimer ses inquiétudes sur l’activisme  de certains milieux cathos suédois pour leur appui au Mouvement pour l’Emancipation du Sud du Tchad (MEST) ; et puis l’Ambassadeur du Venezuela en France et non le Ministre des Affaires Etrangères comme signale son service de presse. Pourquoi Venezuela ? La présence d’IDI en France étant en train de passer inaperçu, il faut  s’attirer tout simplement l’attention. Et enfin la Communauté tchadienne en France. Mais Deby a aussi d’autres chats à fouetter pendant son séjour parisien. Outre le passage à l’hôpital américain (8 et 9 mars) et l’escapade marseillaise, Deby a aussi d’autres chats à fouetter pendant son séjour parisien.

Premier sujet de préoccupation d’IDI à Paris : nourri par la sève de l’idéologie extrême droite des écoles militaires françaises, Deby a une haine viscérale vis-à-vis de la gauche française et une peur bleue d’une éventuelle arrivée de cette même gauche au pouvoir. Il répète à qui veut l’écouter que pendant les 4 ans de règne des socialos sous Chirac, il n’avait pas mis pieds en France. Aussi a-t-il fait un déplacement, peut être le dernier, dire au revoir à ses amis de droite et même les aider dans la mesure de ses moyens malgré les relations aigres douces de ces derniers temps.

Deuxième sujet de préoccupation: les pressions de la Belgique et la probable déchéance d’Abdoulaye Wade aidant, l’extradition de l’ex-Président tchadien, HH, vers la CIJ serait imminente, ce dont l’ancien président lui-même serait partant. Par contre Deby n’y serait pas du tout ! Selon des témoins, il est en train d’utiliser avec plein carburant tous les réseaux françafricains pour retarder cette échéance. Abdoulaye Wade, que beaucoup d’observateurs avertis qualifient de maitre chanteur vis-à-vis de Deby sur le dossier de Habré, serait sur le point de lâcher du lest sur le sujet et ce, malgré les 3,5 millions d’euros qu’il aurait reçu de Deby pour la présente  campagne présidentielle.

Autre raison de séjour présidentiel : Deby veut s’éclater ; longtemps sevré de ses meilleurs bouffons, mis au placard par l’ex Dame de fer, il a retrouvé ses bouffons à la faveur de la mise à l’écart de ladite Dame. Ils sont une quinzaine à faire le déplacement  avec Deby y compris 9 Généraux en retraite.  Ces bouffons, c’est la crème des conteurs et raconteurs ; chacun d’eux est spécialiste d’un domaine précis et d’une langue tchadienne donnée, ils les manipulent aussi bien que Maradona le ballon rond. Les anecdotes assaisonnées de piment, racontées avec l’éloquence d’un Malraux, font rire Deby aux larmes. Seule leur présence le rend heureux et le déconnecte momentanément de sombres réalités  tchadiennes. Tous les bouffons occupent des chambres et des suites à l’hôtel Bristol. 40.000 euros par jour sans les extras (alimentation, téléphone, internet, pressing, etc.) Pour un pays pétrolier, 40.000 euros par jour c’est comme du gratis, surtout s’il faut faire rire aux éclats un grand Sultan de la trempe d’IDI.

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires