Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:22
  • 0
     

Jacques Attali, dans son livre intitulé « C’était François Mitterrand », » paru en 2005 chez fayard, a écrit le paragraphe suivant : «Présider la République du Tchad ne s’improvise pas. Il y faut une connaissance approfondie du pays, une passion pour ses habitants, des compétences administratives et juridiques exceptionnelles, une analyse rigoureuse des enjeux stratégiques du temps, une considérable capacité de travail, une grande mémoire, une immense résistance physique. Et aussi du caractère, une grande maîtrise de soi, une faculté d’anticipation, des repères moraux, une disposition à reconnaître ses erreurs et à changer d’avis; enfin, et peut-être surtout, une vision du Tchad et du monde, et un projet suffisamment fort pour se permettre d’être indifférent aux critiques en acceptant, si nécessaire, une impopularité provisoire. Idriss Déby a tout cela.»

Vous l’avez certainement compris, on s’est amusé d’y avoir apporté quelques changements en remplaçant France par Tchad et François Mitterrand par Idriss Déby. Comme on peut le constater comparaison n’est pas raison. Après avoir éclaté de rire ou esquissé un sourire énigmatique comme celui de Mona Lisa, revenons à l’analyse du contenu.

Présider la République du Tchad ne s’improvise pas. Si Hassan Djamous n’avait pas été capturé et tué par H Habré, on sait que Déby ne serait jamais devenu président. Ce n’est seulement pas l’improvisation mais c’est juste par le hasard de l’histoire qu’il soit devenu Président du Tchad et s’y accroche comme un sangsue, depuis 23 ans.

Il y faut une connaissance approfondie du pays, une passion pour ses habitants: Après 23 ans de pouvoir, demander à Deby le nombre de langues parlées par les tchadiens, de l’histoire du peuplement de la cuvette tchadienne, vous allez verser des larmes. Après deux ou trois phrases, il s’arrêtera net, se mettra à balbutier, complètement cuit, ne sachant plus quoi dire.

Des compétences administratives et juridiques exceptionnelles: Oh, bon Dieu, tout sauf cela. Une des caractéristiques majeurs de Déby est notamment l’incompétence administrative et juridique. Pour avoir des compétences administratives et juridiques, il faut d’abord connaitre les règles et procédures et surtout les respecter. Le règne de Déby est caractérisé depuis 23 ans par la violation systématique des lois et règlements de la République, des accords signés avec autrui : violation des règlements financiers, de la hiérarchie administrative et militaire, de la constitution. Violations des droits humains, assassinats, disparitions forcées, telles sont les pratiques quotidiennes de l’homme. Déby n’a pas lu une seule ligne des œuvres de John Locke ou de Charles-Louis Montesquieu. Dès lors, il n’est pas étonnant qu’il soit aussi inculte et qu’inhumain.

Une analyse rigoureuse des enjeux stratégiques du temps: Avoir la capacité d’analyser rigoureusement les enjeux stratégiques du temps, c’est d’abord être un homme suffisamment cultivé, avec un minimum de connaissances de l’histoire du monde et de son évolution. Ceux qui ont eu la mauvaise idée d’offrir un livre à l’homme l’ont appris à leurs dépens. Le sport favoris du bonhomme est la chair féminine, les belles cuvées, la compagnie des charlatans, des vrais et faux marabouts et bouffons. Il n’a jamais invité à sa table un homme de culture ou des sciences. Il se comporte exactement comme un Gengis Khan qui a conquis le Tchad avec une horde de kleptocrates.

Une considérable capacité de travail, une grande mémoire, une immense résistance physique: Deby a des capacités connues de tous, et surtout de son mentor H. Habré qui a su les mettre en valeur et à outrance : pacifier des régions en massacrant des paisibles citoyens : septembre noir dans le sud du Tchad, terreur dans le Guerra, puits empoisonnées dans le Tibesti, etc… Il a la haine tenace et la rancune acerbe. Il n’oublie jamais l’offense, même celles infligées par ses amis d’enfance. Pour la résistance physique c’est à voir, sauf si vous lui offrez des bonnes bouteilles de whisky qu’il sifflera en quelques laps de temps.

Et aussi du caractère, une grande maîtrise de soi: Pour tous ceux ont pratiqué l’individu, ils savent qu’il ne supporte pas la contradiction. Il suffit de le regarder droit dans les yeux et lui asséné un non formel. Il perd automatiquement son sang froid et cherche à abréger la rencontre. La honte d’étaler son ignorance le pousse à rentrer dans son cocon et sa fierté mal placée fait le reste.

Une faculté d’anticipation, des repères moraux: Plus immoral que Deby, on meurt. Sa principale anticipation est comment capter toutes les ressources financières du Tchad pour en jouir, lui et les siens : marchés fictifs, privatisation pour son compte et sa famille des entreprises et services publics, prélèvement des liquidités du trésor public sans aucune justification, etc… Pour ces choses et autres délits, on peut faire confiance à Déby ; il a une énorme faculté d’anticipation et beaucoup d’immoralité.

Une disposition à reconnaître ses erreurs et à changer d’avis: Déby, comme la plupart des siens est un semi analphabète. Le Tchad est le seul pays au monde où on trouve des gendarmes (officiers de police judiciaire) et des généraux analphabètes qui décorent leur tenue militaire avec quatre, cinq ou voire six stylos de grande marque.  Deby est pareil, n’ayant rien dans la tète, son truc à lui est d’impressionner, voire menacer ses collaborateurs. Il donne des ordres, les plus fantaisistes, à exécuter. Celui qui ose placer une petite réflexion qui contredit ses oukases prend pour son grade. Younousmi en sait quelque chose ! Dès que les choses tournent mal, les fautifs, ce sont les autres, ce n’est jamais lui. Comment peut-on imaginer, ne serait-ce qu’un instant, qu’un génie des Carpates, comme lui, puisse se tromper ? Deby est un concentré de bêtises et il ne changera jamais !

Une vision du Tchad et du monde: Chez Déby, tout est improvisation et impulsion. Comme il aime à le dire, quand par hasard une lueur de lucidité traverse, un instant, son esprit : « je suis un soldat, il me faut de bons jarrets et une bonne colonne vertébrale. » Et on serait tenter d’ajouter et une tète qu’il porte comme une simple charge ! Zéro culture donc zéro vision du Tchad et du monde.

Et un projet suffisamment fort pour se permettre d’être indifférent aux critiques en acceptant, si nécessaire, une impopularité provisoire: Déby n’aime pas les critiques, mieux encore, son souhait le plus ardent est qu’on ne chante que ses louanges. Vous avez vu, comment il s’entoure : des bouffons et des charlatans. Quand quelques malins griots lui inventent des mérites chimériques, il les arrose d’or. Celui qui ose le critiquer, même de manière positive, devient son ennemi. L’oreille de Déby est faite pour entendre des louanges et des mensonges et rien de plus !

Idriss Déby n’a absolument rien des vertus et qualités d’un homme d’État.

 Dr Freud

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires