Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 23:29
 
La Chine est le premier producteur et consommateur de coton au monde.
La Chine est le premier producteur et consommateur de coton au monde.

Lors de la réunion ministérielle de l'OMC qui s'est tenue la semaine du 12 décembre à Genève. Un accord de coopération dans le domaine cotonnier a été signé entre la Chine et les pays regroupés au sein du C4, Bénin, Tchad, Burkina Faso et Mali.

Partis il y a de longues années de cela au combat contre les subventions du gouvernement américain à ses producteurs de coton, les mousquetaires africains se retrouvent aujourd'hui pris dans les filets de la grande puissance chinoise. De Washington, malgré les innombrables réunions, proclamations et protestations, ils n'ont rien obtenu. Les subventions sont toujours là, à peine écornées par quelques réformes. De Pékin qui subventionne tout autant ses producteurs, ils auront des machines, des engrais, des formations et de bonnes paroles. Car la Chine, à l'incommensurable appétit pour tout ce qui est matières premières ne se satisfait pas des métaux ou du pétrole africain. Il lui faut aussi la production de coton.
 
Des quatre pays qui ont signé l'accord avec les Chinois la semaine du 12 décembre à Genève, les deux principaux producteurs sont le Mali et le Burkina Faso. A eux deux, ils arrivent à mettre sur le marché environ 800 000 tonnes de fibres, soit à peu près 10% de la production chinoise. La Chine est le premier producteur et consommateur de coton au monde. Les livraisons ouest-africaines permettront donc d'alimenter quelques filatures chinoises.
 
Tout le monde semble y trouver son intérêt : la Chine qui croît contrôler un peu plus encore les cultures africaines ; les cultivateurs africains qui pensent bénéficier là de débouchés privilégiés. C'est si vrai que l'association cotonnière africaine qui réunit les égreneurs de tout le continent, ceux qui transforment la graine de coton en fibre, a entamé depuis deux mois des démarches pour se rapprocher de l'association cotonnière chinoise.
 
Cette bonne entente surfe sur des cours mondiaux du coton tout à fait alléchant. Bien qu'on soit redescendu des sommets atteints au mois de mai dernier, la livre de coton vaut encore environ 1,5 euro, ce qui permet de rémunérer assez correctement les producteurs ouest-africains. C'est d'ailleurs ce qui explique le regain de production. Le coton africain qu'on disait, il y a cinq ou six ans de cela, voué à la disparition, est toujours là. Les acheteurs chinois semblent se bousculer. Il y a quelques semaines, des importateurs chinois ont brutalement réduit des trois quart une commande. La coopération est un joli mot mais le commerce, lui, est toujours très brutal.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires