Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 18:40

C'est tombé vendredi soir. Mardi prochain, 2 mars, Nicolas Sarkozy convoque l'ensemble des têtes de listes aux régionales, y compris, Axel Poniatowski et Roger Karoutchi. On l'imagine dire "je vous laisse seuls cinq minutes et c'est la pagaille !"

 

Réunion de crise ou conseil de discipline ? Car comment retourner la situation en deux semaines alors que l'on pourrait voir, au soir du 14 mars prochain, les listes gouvernementales UMP arriver après les listes socialistes...

 

Car il est évident que le 22 mars, en cas de défaite, les pavés voleront à droite et ce sera la chienlit chez Sarkozy.

 

Il va de soi que l'issue de cette réunion sera déterminante à droite pour la dernière ligne droite de la campagne. De là à pouvoir rebondir... C'est un peu comme vendredi soir pendant Galles-France où dans les dernières minutes, le XV du poireau s'était réveillé après une première mi-temps ou les Bleus avaient été excellent dans tous les secteurs du jeu - en mêlée comme en défense - mais trop tardivement. Probablement que la droite a sous-estimé la capacité de rebond du PS et les limites de l'hyperprésidence qui ne peut masquer indéfiniment la réalité comme on l'a vu avec les chiffres du chômage...

 

Alors il reste à la droite l'arme de la plainte tous azimuts. Devedjian et Madelin pourraient déposer plainte contre Peillon et la folie judiciaire frappe même les gens d'un même camp. Ainsi vient-on d'apprendre que Pécresse pourrait probablement porter plainte contre... un proche de Karoutchi. No comment.

 

Quand la politique fait appel à la justice pour résoudre des problèmes politiques, c'est la démocratie qui en prend un coup.

 

Pour le coup, revenons à la politique.

 

A deux semaines de la fin de cette campagne, les stratégies et les arguments sont bien posés. Il y en a de particulièrement percutants.

 

Comment convaincre les gens qu'on réussira au plan régional ce qu'on est incapable de faire au plan gouvernemental ?

 

Comment convaincre qu'on mènera une bonne politique de sécurité et d'éducation alors qu'au gouvernement on a coupé les vivres, réduit le personnel et diminué les budgets ?

 

Comment voter pour des candidats qui semblent ne pas connaître leurs dossiers ?

 

Dans un récent billet, nous avertissions que la technologie ne remplaçait pas la politique. En l'occurrence, pour montrer qu'elle était dans le mouv', Valérie Pécresse a fait concocter une application pour Iphone. Bel exercice de modernité, mais pourquoi si tard ? Il aurait fallu lancer cela plus tôt, ça aurait fait du « buzz ». Cela dit, on en fait très vite le tour puisque le programme n'y figure pas. Si c'est pour avoir les mêmes contenus que sur le site, on se demande à quoi ça sert. Bon, certes, elle pourra dire après qu'elle fut la première femme politique à avoir investi l'univers des applications pour smartphones, après qu'Anne Hidalgo soit devenue une pro de Twitter. Dans ladite application, qui doit coûter quelques dizaines de milliers d'euros, rien de plus que sur le site. Alors à moins d'être extrêmement impatient ou d'être persuadé que mardi, à la fin du conseil de discipline élyséen, tout sera sur le site de Pécresse, autant se rabattre sur la réédition de Duke Nukem 3D pour Iphone !

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires