Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 23:38

En visite au Cameroun il y a quelques jours, puis reçue à Genève par Paul Biya, la représentante des USA au Conseil des Nations unies pour les Droits de l'homme, était venue déclencher la phase décisive de l'opération «Epervier». Avis de tempête sur le pays.

 



Charles Metouck, administrateur directeur général de la Société de raffinages du Cameroun (Sonara) convoqué et entendu pendant plusieurs heures à la Direction de la police judiciaire mardi dernier ouvrait ainsi les portes de l'abattoir. Plusieurs de ses collaborateurs et hauts cadres de la Sonara sont d'ailleurs attendus ou sont déjà passés devant les fins limiers de la police judiciaire à Yaoundé pour répondre de faits que l'on peut soupçonner relatifs à la gestion de cette entreprise d'Etat. On parle d'un détournement de près de 46 milliards de FCFA.

C'est l'effroi et l'émoi dans la haute hiérarchie de la République. Des anciens ministres impliqués dans des affaires d'Etat et des dossiers de détournements de deniers publiques et autres crimes financiers ont perdu le sommeil. Surtout que certains se sont vu retirer leurs passeports et d'autres sont étroitement mais discrètement sous haute surveillance dans leurs résidences et dans leurs mouvements dans la ville, qui sont d'ailleurs de plus en plus restreints. Il serait d'ailleurs fort audacieux et même périlleux de rendre visite à l'un d'entre eux ou de s'afficher avec un autre. Même au cours d'un grand meeting du RDPC fort couru. Quelque soit sa popularité et les ovations qu'il provoque dans la foule.

Selon des sources crédibles, une trentaine de dossiers déjà finalisés par les différents services de lutte contre la corruption seront transmis à la police judiciaire dans les prochains jours. Parmi les dossiers les plus importants, l'affaire «Albatros» dans laquelle des noms percent le couvercle fermé arbitrairement depuis son déclenchement à savoir Marafat Amidou Yaya, Chief Ephraïm Inoni. Autres dossiers la CRTV avec Gervais Mendo Ze et autres complices, La Fécafoot avec lya Mohamed et ses comparses dans la gabegie des fonds des mondiaux de football, le dossier Semry de Yagoua et des affaires à découvrir au sein des ministères des finances, des transports, des travaux publics et de l'agriculture et du développement rural. Les intéressés le savent ou le sentent déjà depuis quelques jours.

C'est Eilen Chamberlain Donahoe, américaine, représentante des Etats-Unis auprès du Conseil des Nations Unies pour les Droits de l'Homme qui aurait donné le feu vert pour certaines sources, exigé pour d'autres sources proches de la Présidence la phase la plus dévastatrice de l'opération «Epervier». Lançant ainsi ce que l'on appellera dans les prochains jours «Epervier 3». La diplomate américaine ayant trouvé Paul Biya absent du pays lors de son passage au Cameroun, est allé le rejoindre urgemment à Genève pour parler de choses sérieuses, après avoir fait des séances photos et des rencontres utiles avec des ministres à Yaoundé.

Avant l'arrivée de cette brillante diplomate, reconnue pour sa rigueur et sa détermination dans les dossiers qui déséquilibrent les rapports humains au sein des nations et dans le monde, les camerounais attendaient la grande réalisation des promesses de campagne de Paul Biya. L'une d'elles, qui avaient été très applaudis par toute l'élite du régime aujourd'hui aux abois, était l'intensification de la lutte contre la corruption et les crimes économiques dans le sens de l'assainissement des mœurs pour la relance économique et la lutte contre la pauvreté. La prochaine vague de mesures punitives, quelles soient sous pression américaine ou émanant des grandes réalisations de Paul Biya, aurait un caractère plus spectaculaire que les deux précédentes phases. Car elle touchera des «intouchables» et déracinera des «baobabs» du régime. Elle nous permettra enfin de voir à l’œuvre le tribunal criminel spécial et la loi récente votée par l'Assemblée Nationale sur les détournements de fonds. Elle nous permettra surtout de savoir jusqu'où peut aller Paul Biya, englué dans un environnement qui ressemble de plus en plus à des sables mouvants. Tellement le mal est haut et profond. En tous cas, de nouvelles cellules VIP ont déjà été livrées en annexe de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé. Preuve que l'«Obam», l'épervier, en langues bulu et béti, volera bientôt. La chasse aux oiseaux rapaces est ouverte encore une fois.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires

Louisette Fénélom 05/03/2012 17:46

L’acte 3 de l’opération épervier avait été prévu longtemps dans les différents discours du président Paul Biya et ce n’est pas la présence de qui que ce soit qui a joué ou joue un quelconque effet,
mais c’est la volonté réelle du président qui se traduit.