Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 09:09
source: Le pays

 

Au moment où l’intervention militaire en préparation, sous la houlette de la CEDEAO, se précise, des négociations sont menées au plan international pour parachuter aux commandes les cadres des forces armées sénégalaises.

La participation des forces armées sénégalaises dans l’opération militaire au nord du Mali, sous contrôle des islamistes d’Aqmi (Al-Qaida au Maghreb islamique), est presque acquise pour les Occidentaux. Mieux, le commandement des forces de la Communauté Economique Des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pourrait même revenir aux cadres de l’armée du Sénégal. C’est, en tout cas, le plus grand souhait des Etats-Unis et de la France, profondément préoccupés par le développement d’Aqmi qui continue d’étendre ses tentacules. Pour ces grandes puissances occidentales, malgré l’accord de principe donné par les Chefs d’Etat du Ghana et du Nigeria, comme le théâtre des opérations est localisé dans un espace francophone, il faut un haut gradé du Sénégal au QG (Quartier général) qui sera installé à Bamako. Quoi qu’il en soit, des sources proches de la Présidence de la République indiquent que le Chef de l’Etat, Chef suprême des armées, Macky Sall, est « très hésitant ». Au sein de la grande muette, les avis sont par contre partagés. Si de hauts gradés estiment que leurs hommes peuvent relever le défi, à condition d’être « bien équipés », en dehors d’une « bonne couverture des bases arrières », certains craignant le spectre de la débandade de l'armée mauritanienne lors d’une opération menée contre les islamistes dans ce milieu hostile, sont farouchement opposés à l’envoi de militaires sénégalais dans l’enfer du désert malien.  

Obama et Hollande tablent sur 1000 Diambars 

Contrairement à ce qu’une bonne partie de l’opinion publique nationale retient, si jamais les autorités sénégalaises confirment la participation des forces armées sénégalaises à l’intervention militaire au nord du Mali, elle sera loin d’être symbolique. Au-delà du commandement qui devrait revenir au Sénégal, selon la volonté des Occidentaux, nos sources révèlent que la hiérarchie travaille sur la simulation d’un contingent composé de 1000 hommes. Soit le tiers de l’ensemble des troupes qui seront déployées au Mali sous la bannière de la CEDEAO. Un schéma assujetti à la triple conditionnalité suivante : Une parfaite et sincère collaboration des alliés Occidentaux (Etats-Unis, France et Allemagne) pour l’utilisation des renseignements stratégiques, un appui logistique avec des équipements non obsolètes et une surveillance aérienne efficace. C’est d’ailleurs dans ce sillage qu’il convient d’inscrire les dernières révélations de la presse américaine concernant cette opération. Le Washington Post a récemment annoncé que des drones des Etats-Unis ( avion commandé à distance, qui emporte une charge utile, destinée à des missions de surveillance, de renseignement, de combat ou de transport) seront prêts, dans quelques mois, à veiller sur la force de la CEDEAO. L’Allemagne a également exprimé sa volonté d’assister en logistique les troupes qui seront engagées au combat. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor - dans société
commenter cet article

commentaires