Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 23:43

Les Brèves de N’Djamena: Interrogations, interrogations et interrogations…

Publié le 17 juin, 2015

Trois jours après les évènements dramatiques que le pays a connus il serait certes malsain de faire place aux interrogations, aux spéculations et autres constats, tant le sang des compatriotes injustement assassinés par des obscurantistes aveuglés et les larmes des parents meurtris par le chagrin ne se sont pas encore asséchés. Cependant il y a tant d’incohérences et d’attitudes inappropriées de la part des autorités du pays qu’on serait obligé de s’arrêter sur un certain nombre des faits troublants.

L’attitude la plus bizarre pour ne pas dire la plus ecoeurante est certainement celle de Deby lui-même. En effet IDI a trainé les pattes pour ne rentrer que 24h après la fin du sommet et presque 36h après les évènements sans aucune réaction publique de sa part, laissant ses collaborateurs patauger dans une cacophonie indescriptible qui frise l’amateurisme et l’incompétence. Ses premières paroles et son attitude ne le sont pas moins. Lui qui, d’ordinaire pour des faits anodins ou évènements de moindre importance que ceux que viennent subir les tchadiens ne pouvait jamais contenir sa colère ; il s’enflammait, s’agitait, dérapait en actes et paroles, vilipendait ses plus proches collaborateurs, comme on dit au village, « sur son visage on pourrait cuir des œufs ». Or il était hier à son arrivée d’un calme herculéen et inhabituel avec un visage impassible et inexpressif. En déclarant péremptoirement à son arrivée qu’il n’est nullement surpris de ces actes et au contraire il s’y attendait, IDI a choqué amèrement l’opinion tchadienne en générale et la pauvre population ndjaménoise en particulier. Si tel est le cas, pourquoi alors le gouvernement n’a-t-il pris aucune mesure qui s’imposerait ? La réponse fut donnée par l’éditorialiste de TV5 dans son édition du 16/06/15 dans le journal du 19h; en effet celui-ci disait en somme que « les ressources financières du pays sont accaparées par la famille du Président et celle de sa belle-famille qui utilisent beaucoup pour museler l’opposition de l’intérieur que de s’occuper de la sécurité de la population. » Surtout faire baisser la garde et rouvrir amplement les frontières est un acte d’insouciance notoire.

Revenons au film des événements : Tous les témoins oculaires présents sur les lieux d’explosions sont formels et catégoriques : les kamikazes étaient à pieds, ils ne sont ni en voitures moins encore en motos ; ils étaient trois et à pieds !!
A l’Ecole de Police, il y a eu deux terroristes venus à pieds. Contrairement à toutes les supputations, Le véhicule aux vitres teintées qu’on aperçoit à l’intérieur de l’école de police et que tout le monde l’indexe comme appartenant au kamikaze, était arrivé avant l’explosion et garée ; il appartient bel et bien à une autorité zaghawa bien connue. Or le terroriste, selon des témoins oculaires est un individu, jeune par son âge, mal habillé, et qui semble ne pas bien connaitre les lieux , faisant des pas maladroits, un peu à droite un peu à gauche, avant de s’immobiliser et s’exploser subitement. Quant au deuxième individu personne n’aurait prêté attention à ses manœuvres. Plus curieuse encore l’arrivée des secours qui ont mis plus de 30mn pour être sur les lieux.

C’était le même scénario au commissariat central de police c’est un seul individu qui a voulu forcer l’entrée et quand les gardes lui ont lancé l’éternel « machi weine hawanda », il a ouvert sa ceinture et s’est fait exploser.

Ainsi donc il n’y aurait eu ni véhicules aux vitres teintées, ni motos, moins encore 4 kamikazes ; mais seulement 3 et . . . . . à pieds !

Beaucoup d’interrogations sur les mobiles de ces mensonges et fausses pistes. Selon les policiers présents dans les deux sites, les terroristes sont d’apparence étrangère, sinon du moins étrangers à la ville de N’djaména et de surcroît tous les 3 sont morts sur place. Alors pourquoi ce haro sur les véhicules à vitres fumées conduits par de simples compatriotes n’appartenant pas au cercle familial ? Deuxième grande question, comment a-t-on pu arrêter des complices dans moins de 2h après les attentats d’autant plus que les principaux auteurs et témoins sont morts sur place ??

Ainsi donc c’est la porte ouverte à tous les dérapages, en particulier sécuritaires, mais aussi aux arnaques, aux ramassages et arrachages des véhicules et motos des particuliers, aux arrestations abusives en se basant sur des faciès ethniques, etc.

Dieu sauve le Tchad et les tchadiens.

Beremadji Félix
N’djaména – Tc
had

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article

commentaires