Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 19:13

Publié le 29 juin, 2015

Interrogations et supputations n’ont cessé d’envenimer et d’embaumer le climat politique depuis les évènements du 15 juin 2015. De l’avis unanime, le gouvernement ne met pas beaucoup d’effort pour retrouver les auteurs, les complices et rétablir la vérité sur ce qui s’est réellement passé à N’Djamena et corrélativement un état d’esprit est en train de s’installer ; malheureusement mais petit à petit fortement et avec insistance : les tueries du 15 juin ne sont le fait de Boko Haram ! Pour le lambda tchadien, il y a quelque chose qui cloche au sommet de l’Etat. Et des rumeurs pour le moins étonnantes sont venues corroborer cet état d’esprit.

Selon la dernière persistante à N’Djamena, au lendemain des tueries, des enquêteurs de l’ANS en collaboration avec des coopérants techniciens, auraient arrêté des individus suspects qui transportaient du matériel interdit (de la poudre explosive du même genre que celle utilisée par les terroristes). Contre toute attente les patrons de l’Agence piquent des crises des nerfs, engueulent proprement les auxiliaires qui ont osé transgresser les consignes en prenant des initiatives personnelles ; ils libèrent donc les prévenus et dessaisissent le dossier des enquêteurs. Ceux-ci, infatigables grattes papiers, s’arrangent à envoyer un rapport à la présidence, lequel rapport fut intercepté au niveau du Cabinet et bloqué. Mais les enquêteurs sont têtus, ils arrivent à glisser le rapport sous le grand boubou d’un des nombreux visiteurs nocturnes d’IDI. Ayant pris connaissance, IDI pique à son tour une crise – naturellement pour des raisons différentes – et convoque une réunion réunissant tous les responsables des services des renseignements. C’est la fameuse réunion du 24 juin où il a partagé comme à l’accoutumée des injures, des insultes, des coups des pieds, de cendrier etc., pour finalement promettre leur renvoi définitif. Depuis cette réunion, paradoxalement la tension a baissé d’un cran et les contrôles ont subitement diminué d’intensité.

Quant aux différentes victimes des explosions, personne n’a trouvé utile de s’en charger. Les blessés sont à la charge des familles, pas d’un brin de consolation aux parents de victimes. Tous les regards sont tournés vers le palais rose qui garde un mutisme coupable. Cela donne du sel aux supputations que les kamikazes auraient été identifiés, que c’étaient des petits élèves d’un « mabrouka » non loin de N’Djamena, que le grand et gros homme qui apparaît dans la vidéo de surveillance et qui a l’air de convoyer le kamikaze et qui a complètement disparu de l’écran, cet homme serait un visiteur nocturne de l’ANS. Et ca continue, et ca paffe, jusqu’à ce que la vérité éclate ou soit étouffée définitivement.

Correspondance particulière.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nouvel Essor
commenter cet article

commentaires